OM : Cuisance, l'affamé du jeu

OM : Cuisance, l'affamé du jeu©Media365
A lire aussi

Clément Pédron, publié le mercredi 21 octobre 2020 à 15h12

Michaël Cuisance, arrivé en prêt du Bayern Munich à la fin de l'été, devrait faire sa première apparition en Ligue des Champions à l'occasion de l'entrée en lice de l'Olympique de Marseille à Athènes contre l'Olympiakos ce mercredi (21h).

Théoriquement, Michaël Cuisance (21 ans) a gagné la Ligue des Champions avec le Bayern Munich, le 23 août contre le Paris Saint-Germain (0-1). Théoriquement, car le Nancéien a vécu ce sacre depuis le banc de touche où Hansi Flick l'avait assigné. Ce mercredi soir, à 21 h, il devrait être sur la pelouse du stade Karaïskaki d'Athènes dès le coup d'envoi, affublé du maillot phocéen pour le grand retour de l'Olympique de Marseille en C1, sept ans après sa dernière participation. Cela tombe bien, il est arrivé (sous la forme d'un prêt d'un an) pour ça, pour ces soirées chaudes dont l'OM est à la recherche depuis trop longtemps. Avant le match remporté contre Bordeaux samedi dernier (3-1), le jeune milieu de terrain gaucher a été impressionné par la horde de scooters venue escorter le bus marseillais jusqu'au Vélodrome. Pour son premier match où il a comptabilisé 74 minutes, il n'a pas montré de signes d'hésitation ou de manque de repères dans un poste de meneur de jeu dont il a pourtant peu l'habitude. « Il a fait une très bonne prestation, a reconnu André Villas-Boas, son entraîneur. J'apprécie sa qualité à fluidifier le jeu, il jouera s'il se montre à l'entraînement. » Dans le cœur des supporters de l'OM, il est en tout cas largement plébiscité et validé. Cela tombe bien, Cuisance a besoin de sentir cela et il est prêt comme il l'a rappelé : « Ça fait sept ans que Marseille n'a pas joué la Ligue des Champions. On va donner le maximum pour représenter la ville. » Tout ce qu'un aficionado de la cité phocéenne souhaite entendre...

Il sait où il veut aller

Pour son premier match européen, l'international U20 (7 sélections) croisera l'Olympiakos, une formation habituée aux joutes européennes. Pas de quoi pourtant impressionner le petit gars d'1m80 né à Strasbourg. Baroudeur dans l'âme puisqu'il a fréquenté Schiltigheim, Nancy, Mönchengladbach, Munich et désormais Marseille, Michaël Cuisance en a vu d'autres et son caractère l'a incité à ne jamais avoir peur ni baisser les bras. Hargneux dans le bon sens du terme, déterminé avec un soupçon de grinta, le néo-Olympien ne se laisse pas marcher dessus. Raconté par Bertrand Schwoerer, son entraîneur à l'époque des U15 du SC Schiltigheim dans les colonnes de France Football, le jeune alsacien était formaté dès le plus jeune âge à faire du football son métier : « Il voulait devenir professionnel et il était écrit qu'il se donnerait tous les moyens pour le devenir. Il avait un mental, une volonté et une motivation tous azimuts. Je dirais qu'il était en quelque sorte prêt à voyager pour réussir. 'Ah vous ne voulez pas de moi ? Je ne suis pas assez bien pour vous ? Eh bien, je ne vais pas hésiter à aller taper à la porte à côté !'»

Deux épisodes marquants dans sa vie

Cette ambition incommensurable de briller lui vaut deux épisodes qui resteront sur son CV. À 16 ans, Cuisance et sa famille refusent de signer le contrat de stagiaire proposé par Nancy alors que le milieu de terrain est étincelant et l'un des meilleurs si ce n'est le meilleur de sa génération. Lui voulait signer professionnel. Conséquence directe, il est éloigné des terrains et connaît une saison quasi-blanche dans la Meurthe-et-Moselle. Heureusement, l'équipe de France de Bernard Diomède ne le lâche pas et c'est à l'occasion de ces fenêtres internationales que le gaucher brille. Comme lors du Tournoi de Limoges où le sélectionneur prévient son joueur « qu'il ne peut toutefois pas l'aligner plus d'une heure par rencontre étant donné son manque de rythme du moment. » Trois matches, 180 minutes de temps de jeu et deux buts plus tard, Cuisance hérite du titre de meilleur joueur du tournoi remporté par la France. Autre épisode en 2018, alors qu'il joue au Borussia Mönchengladbach (il est arrivé en 2017 pour 250 000 €), il sort du onze de départ car il s'envole disputer l'Euro U19 contre l'avis de son coach et manque, de ce fait, la préparation de l'équipe. L'épisode est mal vécu par le club alors que le jeune Français a été élu meilleur joueur du Borussia lors de sa première saison en Bundesliga. Pas titulaire lors des matchs tout en étant excellent lors des entraînements, Michaël Cuisance n'est jamais récompensé de ses efforts mais ronge son frein en attendant. Et si vous vous souvenez de ce que Bertrand Schwoerer a dit précédemment, vous comprendrez pourquoi l'intrépide Alsacien a débarqué au Bayern Munich l'été suivant. Pour un fan de Zinédine Zidane, qui débarque sur la Canebière avec un maillot de l'OM à l'aube d'une campagne de Ligue des Champions, il n'y a rien à demander de plus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.