OM : Anigo torpille Labrune et Bernès

OM : Anigo torpille Labrune et Bernès©Media365
A lire aussi

Dimitri Ferrero, publié le mardi 12 mai 2020 à 18h03

Dans une interview accordée à La Provence, José Anigo, l'ex-directeur sportif de l'OM, est revenu sur ses années au sein du club olympien. Et ce dernier n'a pas mâché ses mots concernant Vincent Labrune et Jean-Pierre Bernès.



À l'occasion des 10 ans du titre de 2010, le journal La Provence réalise toute une série d'entretiens revenant sur le dernier titre de champion de France du club phocéen. Ce mardi, c'est José Anigo qui a bien voulu répondre aux questions du quotidien provençal. L'ancien directeur sportif de l'OM revient sur cette année « difficile » entre le décès de Robert Louis-Dreyfus en pleine préparation estivale, et le départ de Pape Diouf en fin de saison précédente.

José Anigo a d'ailleurs souhaité rendre hommage à Jean-Claude Dassier, le successeur de Pape Diouf, tout en adressant un petit tacle à Vincent Labrune : « J'ai beaucoup de respect pour lui parce que contrairement à d'autres, par exemple Vincent Labrune, Jean-Claude Dassier est un homme courageux, qui a le sens de la parole, qui est honnête et droit. Vincent Labrune a voulu se donner l'image de quelqu'un qui connaissait le football, mais ce n'était pas le cas. Pape Diouf était largement supérieur à lui et Jean-Claude a eu l'honnêteté de dire très vite qu'il ne maîtrisait pas le football. Et qu'on le veuille ou non, ça restera un président qui a gagné. »

« Il n'y avait aucune raison qu'on ne s'entende pas »

Dans la suite de l'interview, José Anigo a aussi évoqué ses relations difficiles avec Didier Deschamps. Selon l'ancien « minot » de l'OM, tout était pourtant réuni pour que Deschamps et lui s'entendent parfaitement : « Il n'y avait aucune raison. On avait atteint une finale de coupe d'Europe la même année avec nos clubs respectifs, lui la finale de la Ligue des champions avec Monaco et moi celle de la Coupe de l'UEFA avec l'OM (en 2003-2004). Ça s'est toujours bien passé durant notre formation, à Clairefontaine, à Aix-en-Provence... Et à partir du moment où il est venu à Marseille, ça a changé ».

Et ce changement soudain d'attitude semble venir d'une seule et même personne, selon l'actuel responsable du recrutement à l'international de Nottingham Forest : « Le problème, on le connaît tous, c'est Jean-Pierre Bernès. Il a foutu un bordel monstre (sic) entre Didier et moi. C'est ça la vérité. Et à la fin, il n'y avait plus de confiance, ni d'un côté ni de l'autre. Didier ne me regardait plus de la même manière, et je ne le regardais plus de la même manière non plus. C'était légitime, mais en réalité, entre lui et moi, il n'y a jamais eu de problème majeur. Je cherche parfois à comprendre comment on a pu en arriver là, mais j'ai du mal à trouver... » Si la cohabitation entre Deschamps et Anigo n'a pas été un succès en interne, sur le plan sportif, les deux hommes ont su ramener l'OM au premier plan en décrochant un titre de champion de France en 2010, trois Coupes de la Ligue (2010, 2011, 2012), deux Trophées des champions (2010, 2011) et en décrochant une place en quart de finale de la Ligue des Champions lors de la saison 2011-2012.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.