Marseille s'incline en amical face à Naples

Marseille s'incline en amical face à Naples©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le dimanche 04 août 2019 à 23h00

Face à une solide équipe de Naples, Marseille a perdu son dernier match amical de l'été (0-1). André Villas-Boas était privé de nombreux titulaires pour cette répétition générale avant la reprise de la Ligue 1. ,



L'OM a goûté dimanche au haut niveau européen dont il sera privé cette saison. Les Marseillais ont ainsi constaté contre Naples (0-1), pour leur dernier match de préparation avant la réception de Reims samedi prochain en L1 (17h30), ce qui les séparait d'une équipe du calibre du vice-champion d'Italie en titre. Ils ont fait relativement bonne figure dans cette rencontre de gala, disputée devant un Orange Vélodrome bien garni, avec plus de 45 000 spectateurs venus pour découvrir le cru 2019-20 de leur équipe. Avec l'espoir déjà d'y déceler la patte André Villas-Boas, en attendant l'arrivée de Dario Benedetto, qui doit passer lundi sa visite médicale préalable à la signature d'un contrat de quatre ans et à un transfert à 16 millions d'euros en provenance de Boca Juniors. Intéressants dans le jeu depuis le début de l'été, les Olympiens ont cette fois touché leurs limites dans l'utilisation du ballon.

L'OM s'est vite rendu à l'évidence

Disposés dans un 4-3-3 modulable, où les joueurs étaient en mouvement en permanence, les Marseillais ont peiné à s'approcher du but d'Alex Meret. L'OM s'est vite rendu à l'évidence que les tirs de loin seraient sa meilleure arme et Florian Chabrolle, plein de culot, a pris sa chance dans l'exercice (8eme, 23eme). Dimitri Payet a bien démontré qu'il avait renoué avec un niveau physique décent et Nemanja Radonjic a affiché d'autres dispositions que la saison passée. Mais c'était trop peu face à une équipe aussi solide que le Napoli. Alors Marseille est resté bien en place, dans un dispositif défensif qui a retrouvé de la consistance sous Villas-Boas, notamment avec Kevin Strootman en sentinelle. Les partenaires de Steve Mandanda, qui étrennait son nouveau brassard de capitaine pour l'occasion, passaient aussi à cinq derrière quand le besoin s'en faisait sentir. Bouna Sarr reculait d'un cran pour pousser Hiroki Sakai plus près de Boubacar Kamara et Duje Caleta-Car.

Lihadji a amené une étincelle

Ce bloc a dans l'ensemble bien contenu les assauts de Naples et a fait reculer les Italiens pendant une petite demi-heure. Mais il a aussi connu des trous d'air, en particulier sur le côté gauche de Jordan Amavi. Après une première alerte qui a abouti sur une frappe à bout portant de Lorenzo Insigne repoussée par Mandanda (11eme), l'OM a été puni. Avec le trio magique du Napoli en action : Insigne au départ, José Callejon au relais et Dries Mertens à la conclusion d'un tir croisé (0-1, 38eme). Au retour des vestiaires, Carlo Ancelotti a largement fait tourner, avec six changements, et le niveau de sa formation s'en est ressenti. Les Marseillais en ont profité pour refaire surface dans le jeu. Sans pour autant parvenir à se montrer réellement menaçants. C'est même Amin Younes qui s'est procuré la meilleure situation du second acte, d'une tête bien sauvée par Mandanda (57eme). Il n'y a guère que l'entrée en jeu du jeune Isaac Lihadji, dont l'avenir à l'OM reste incertain, qui a donné du sel à la fin de match. C'est insuffisant pour un club qui reste sur une dernière saison frustrante.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.