Marseille : Mandanda se confie sur sa perte de poids

Marseille : Mandanda se confie sur sa perte de poids©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le lundi 09 septembre 2019 à 08h40

Dans un entretien accordé à La Provence, Steve Mandanda revient sur sa dernière saison manquée avec l'OM. Le gardien évoque aussi sa perte de poids et la perte du brassard de capitaine.



Steve Mandanda n'est pas homme à se défiler. S'il fait toujours passer le collectif avec son cas personnel, le gardien de l'OM (34 ans) ne se cache pas à l'heure d'assumer ses responsabilités. Il l'a fait dans un long entretien accordé à La Provence et publié ce lundi. L'occasion pour l'international français (28 sélections) de revenir sur une dernière saison ratée, comme il le concède lui-même. « Je suis humain. Sur 12 saisons à Marseille, c'est la première où je suis vraiment passé à travers. Ça peut arriver. L'essentiel est d'en prendre conscience et de relever la tête. Tomber, ça arrive à tout le monde, le plus important c'est de se relever et c'est ce que j'essaie de faire. La saison passée a été difficile, mais enrichissante. On découvre les gens, les amis ou le milieu du foot. Ça permet de voir aussi si mentalement je suis costaud. Pour se relever, il faut être solide. Aujourd'hui, j'ai appris. »

Mandanda : « À chercher une explication, autant trouver la bonne »

Mandanda en est notamment passé par une cure à Merano, au sortir du dernier match de la saison passée, pour retrouver son poids de forme. Même s'il n'avait pas grossi dans les proportions évoquées ici ou là. « Ça a été dit et sorti une fois et on a fait une fixation là-dessus, mais je n'avais pas 15 kilos en trop. Ce n'est pas ça qui a fait que je n'étais pas performant. Chez un joueur de foot, un sportif professionnel, ce qui compte, c'est la tête et je n'avais pas la fraîcheur mentale nécessaire pour faire les efforts et être là. » L'ancien du Havre et de Crystal Palace certifie aussi qu'il n'était pas perturbé de ne pas porter le brassard, confié par Rudi Garcia à Dimitri Payet. « La première saison de mon retour, je n'avais pas le brassard et j'ai été élu meilleur gardien du championnat. Ce qui est malheureux, c'est qu'on a sorti une phrase d'un contexte et on en a fait tout un pataquès. J'avais envie de dire : "Arrêtez ! Je ne suis pas performant, j'ai cinq kilos en trop, mais restez là-dessus, n'allez pas chercher des problèmes là où il n'y en a pas". À chercher une explication, autant trouver la bonne. »

Mandanda : « En aucun cas je ne suis revenu avec de la haine »

Depuis le début de la saison, Mandanda a récupéré le capitanat de la part d'André Villas-Boas et parait revenu à son meilleur niveau. Plus affûté, plus serein, il a enchaîné les prestations cet été et a déjà réalisé deux clean-sheets en quatre journées de L1. Il n'en avait réussi que 9 en 34 apparitions toutes compétitions confondues la saison dernière. S'il n'est pas animé par un sentiment de revanche -« En aucun cas je ne suis revenu avec de la haine », le natif de Kinshasa avoue avoir l'esprit enfin libéré. « Si je ne suis pas bien mentalement, même si je suis fit, ma lecture du jeu sera en retard d'un dixième de seconde. C'est un cercle vicieux : perte de confiance, contre-performance, donc de nouveau perte de confiance, etc... Il faut réussir à inverser cette tendance, à être en confiance, donc performant et ainsi de suite ; ça a été d'autant plus compliqué sur un plan personnel que ça l'était pour l'équipe. À un poste exposé, on est vite montré du doigt. Quand on est décisif et que d'un coup, on ne l'est plus, ça choque. Nous avons tous été moins bons, mais chez un gardien, ça se voit encore plus. C'est aussi la beauté de ce poste. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.