Marseille : " Ce n'est pas suffisant ", prévient Garcia

Marseille : " Ce n'est pas suffisant ", prévient Garcia©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le jeudi 14 février 2019 à 15h10

Rudi Garcia a fait le tour de l'actualité de l'Olympique de Marseille ce jeudi en conférence de presse, alors que son équipe affrontera Amiens samedi (17h00).

Rudi Garcia, vous avez la possibilité de faire une série de trois victoires pour la première fois de la saison samedi contre Amiens (17h00)...

C'est important d'avoir la volonté de faire la passe de trois. J'ai assez répété que ce n'est qu'à force de séries de victoires qu'on sera à même de recoller aux équipes devant nous. Il faut être dans la lignée de ce qu'on fait depuis quelques semaines, dans le jeu, dans la volonté, en étant encore plus solides pour avoir le meilleur résultat possible. Amiens est une équipe difficile à jouer. Au-delà du fait qu'elle ait battu Caen, elle ne perd jamais par beaucoup de buts d'écart. C'est une équipe qui s'accroche. Mais peu importe l'adversaire on veut juste remporter un troisième match de suite.

Cela va-t-il être compliqué pour les absents de revenir dans le onze malgré leurs statuts ?

Il n'y a pas de statuts particuliers. C'est le terrain qui parle. Si on ne joue pas tous les trois jours et qu'il n'y a pas de blessés ou de suspendus, ce sont les joueurs qui jouent en ce moment qui marquent des points. Je préfère avoir du mal à faire mes choix. A eux de cravacher pour retrouver leur place.

Garcia félicite Balotelli

On pense notamment à Dimitri Payet. Où peut-il jouer dans un 4-4-2 ?

Il n'y a pas énormément de différences avec ce qu'on a fait depuis très longtemps. On dit 4-4-2 parce que les deux de devant sont plus des attaquants, ou on dit 4-2-3-1 parce qu'on joue avec un meneur de jeu. Si vous regardez le match contre Bordeaux et la seconde période à Dijon, le deuxième attaquant décroche beaucoup presque comme un meneur de jeu. En soutien de Mario (Balotelli) ? Dimitri peut aussi jouer sur un côté. Cela dépend aussi de l'adversaire.

Comment expliquez-vous l'adaptation express de Mario Balotelli ?

Tout joueur a besoin de se sentir aimé. Mario, on savait que c'était un bon coéquipier, cela nous avait été confirmé avant qu'il arrive. C'est un joueur apprécié. Il est en confiance, assez joyeux, tout le monde l'a bien intégré. Il ne se met pas en avant, il se montre disponible et souriant, montre sa motivation. Il a marqué deux buts en trois matchs, c'est bien et il faut que ça continue. Ma seule préoccupation, c'est son état athlétique. On est en train de refaire une préparation de début de saison avec lui. Mais en tout cas il fait des efforts et semble épanoui.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.