Mario Balotelli trop coûteux ? L'OM envisage un drôle de montage

Mario Balotelli trop coûteux ? L'OM envisage un drôle de montage©Media365
A lire aussi

Arthur Merle, publié le vendredi 18 janvier 2019 à 10h53

Alors que l'OM cherche à s'attacher les services de Mario Balotelli, le club phocéen étudierait la possibilité d'un prêt avec option d'achat pour des raisons fiscales.

Si les dossiers du Mercato étaient classés par ordre de complexité, alors celui de Mario Balotelli aurait à coup sûr sa place sur le podium. L'attaquant de l'OGC Nice - qui n'a toujours pas marqué cette saison et dont les relations se détériorent avec Patrick Vieira - est annoncé avec insistance du côté de l'OM depuis l'été dernier. Lors du marché estival, l'affaire était tombée à l'eau au moins en partie à cause des demandes de Mino Raiola, l'agent de l'Italien. Depuis l'ouverture de cette période de tractations hivernale, les discussions ont repris de plus belle pour que l'ancien de l'Inter Milan, du Milan AC, de Manchester City ou encore de Liverpool vienne au secours d'un poste d'attaquant qui fait cruellement défaut à Marseille. Mais à chaque Mercato sa complexité. Alors qu'il est acté que l'attaquant de 28 ans résiliera son contrat avec le Gym dès qu'il aura trouvé un point de chute (et qu'il restera sur la Côte d'Azur jusqu'en fin de saison s'il ne trouve pas), « Super Mario » semblait plus proche que jamais de la cité phocéenne en début de semaine. Mais un détail d'ordre fiscal est venu compliquer l'affaire.

Un prêt payant pour Balotelli (Nice) à l'OM ?

En s'engageant à l'OM après une expérience à Nice, « Super Mario » ne pourrait plus bénéficier du régime des impatriés, permettant une exonération d'impôt de 30% à un joueur venant de l'étranger. Pour faire simple, l'écurie du président Jacques-Henri Eyraud devrait payer plus (environ 500 000 euros sur six mois) pour que le natif de Palerme touche la même somme qu'à l'OGCN. Selon L'Equipe, l'OM chercherait donc la parade et, conseillé par l'avocat fiscaliste Xavier Rollet, envisagerait l'option d'un prêt payant de six mois, de sorte à ce que le club azuréen continue de rémunérer son joueur. Un montage « aussi malin fiscalement que risqué légalement » selon le quotidien, qui précise qu'il y a peu de chances que cette idée ne se concrétise. Pendant ce temps, Andoni Zubizarreta (directeur sportif), garde le contact avec le sulfureux agent...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.