Lucas Ocampos veut montrer que l'OM n'est pas mort

Lucas Ocampos veut montrer que l'OM n'est pas mort©Media365

Rédaction , publié le lundi 04 février 2019 à 17h10

Présent ce lundi en conférence de presse, l'attaquant argentin Lucas Ocampos a évoqué la crise de l'OM. L'ancien Monégasque reconnaît que le club traverse « un moment difficile », mais il n'est pas question de baisser la tête.



Lucas Ocampos, quel est votre état d'esprit après la défaite de samedi dernier contre Reims ?

C'est un moment difficile. Ce n'est pas facile de perdre autant de fois. C'est difficile. On n'a pas les résultats que l'on espère. Il faut que l'on reste ensemble et que l'on continue à travailler. Il n'y a que ça.

Que pensez-vous du mécontentement des supporters ?

Quand cela va mal, c'est normal que les supporters ne soient pas contents. Cela se passe comme ça dans tous les clubs, ce n'est pas seulement ici à Marseille. Mais c'est clair que l'on a besoin de leur soutien. Nous nous sentons plus forts au Vélodrome avec eux.

Personnellement, comment vous sentez-vous ?

Je suis moins décisif que l'an dernier, je le sais. Mais ça dépend aussi des situations. En ce moment, il faut plus travailler pour l'équipe. Je me concentre sur ça. Le fait d'évoluer à plusieurs postes ? Ce ne sont pas mes postes habituels, mais le coach me le demande et je dois l'accepter. Je n'ai aucun problème avec ça.

Ocampos assure que l'équipe ne lâche pas Garcia

Avez-vous le sentiment que l'équipe puisse lâcher Rudi Garcia ?

On passe un moment difficile, mais ce n'est pas pour ça que l'on n'est pas avec le coach. Jamais de la vie ! C'est impossible de penser que l'on cherche un mauvais résultat pour écarter l'entraîneur. Il n'y a pas de problème avec Rudi (Garcia). Quand ça va mal, ce sont toujours ce genre de choses qui sortent, mais ça ne se passe pas comme ça.

Quid de l'arrivée de Mario Balotelli ?

Nous sommes tous contents de sa venue. C'est un grand joueur. Il faut encore que l'on apprenne à jouer ensemble et il faut qu'il soit bien physiquement. Quand il sera à 100%, il va beaucoup nous aider dans ces moments difficiles.

Comment abordez-vous ce match en retard contre Bordeaux ?

Les équipes qui viennent au Vélodrome jouent leur vie à chaque fois. On le sait. Demain (mardi), pour nous, ça sera l'occasion de montrer que l'on n'est pas mort, d'essayer de gagner pour calmer un peu les supporters et de prendre des points car il n'y a que ça qui compte. Pour l'instant, c'est difficile. Il faut rester positif. Les quinze premières minutes étaient très bonnes contre Reims. Au final, on perd. Ce n'est pas ce que l'on attendait, mais il faut rester positif. Ce n'est pas facile. Travailler et ne pas avoir le résultat espéré. Il faut continuer, rester ensemble, nous les joueurs, avec le staff et les supporters.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.