Ligue 1 : Accrochage entre André Villas-Boas et le staff nantais

Ligue 1 : Accrochage entre André Villas-Boas et le staff nantais©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber : publié le dimanche 23 février 2020 à 11h53

La rencontre entre Marseille et Nantes (1-3) a été marquée par une petite altercation à la mi-temps. Dans le couloir menant aux vestiaires, André Villas-Boas et Patrick Collot ont échangé de manière virile.



Après 14 matchs sans défaite en championnat, Marseille est tombé. L'OM s'est incliné ce samedi soir sur la pelouse de l'Orange-Vélodrome devant Nantes (1-3). Un revers qui n'a pas été facilement digéré par les Sudistes. A la mi-temps du match, une altercation a eu lieu dans le couloir menant aux vestiaires. Elle a impliqué André Villas-Boas, l'entraîneur marseillais, et Patrick Collot, l'adjoint de Christian Gourcuff chez les Canaris. Les caméras de Canal+ ont capté la scène.


Tout est parti d'une décision arbitrale restée en travers de la gorge du coach portugais. Au moment de rentrer aux vestiaires, il a pris à partie un arbitre-assistant. Il lui a reproché de ne pas avoir vu une claque de Moses Simon sur Duje Caleta-Car. Le Nantais n'a eu qu'un carton jaune, ce qui a eu le don d'irriter AVB. « Tu n'as pas d'expérience. 60 000 personnes, c'est trop pour toi » Une critique entendue par Patrick Collot. Le membre du staff nantais n'a pas apprécié et l'a fait savoir. Il a regretté les critiques permanentes de l'OM envers l'arbitrage précisant que son équipe pouvait même jouer à dix. « on peut jouer à 10 si vous voulez. On joue à 10, si vous voulez, sans déconner. Arrêtez un petit peu. Vous allez pleurer auprès de l'arbitre tout le temps. » Un échange viril mais correct. Les deux hommes se sont provoqués mais une distance de sécurité a été préservée entre eux pendant l'intégralité de l'événement. Cette révolte du tacticien marseillais n'a pas été suffisante pour relancer ses joueurs qui s'inclinent à domicile pour la première fois depuis la première journée de Ligue 1.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.