Ligue 1 : A Marseille, Eyraud démine le terrain avant la reprise du championnat

Ligue 1 : A Marseille, Eyraud démine le terrain avant la reprise du championnat©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mercredi 10 juillet 2019 à 07h35

Jacques-Henri Eyraud a tenté de déminer le terrain et de redonner de la confiance à ses supporters, à l'occasion d'un grand entretien publié par L'Equipe.

Villas-Boas est très ambitieux

Pour remplacer Rudi Garcia, l'OM a fait le choix d'André Villas-Boas. Arrivé en Angleterre cette semaine pour assister au stage de préparation des coéquipiers de Maxime Lopez, Jacques-Henri Eyraud a pu voir de près le travail du Portugais. « Il y a une curiosité, une excitation, beaucoup d'intérêt de comprendre sa philosophie. Je sens les joueurs vraiment très concernés. J'insiste sur son côté éducateur, il a un vrai goût pour la formation, l'éducation des jeunes talents, leur accompagnement, leur coaching. On le voit dans la façon dont il leur parle », décrypte-t-il. Si Eyraud préfère parler de « nouveau cycle » qui doit mener Marseille jusqu'en 2024, année de la réforme de la Ligue des Champions (« faire partie des 32 ou 36 meilleures équipes européennes »), Villas-Boas est lui ambitieux et vise déjà la C1 : « il m'a étonné par son degré de confiance », s'amuse JHE.

L'OM va changer de modèle économique

Bloqué par le fair-play financier cet été, l'OM doit réduire son train de vie. Mais à en croire le président olympien, le constat avait déjà été fait par l'équipe dirigeante avant que l'UEFA ne mette son nez dans les comptes du club. « Fair-play financier ou pas, notre trajectoire financière n'était plus soutenable sur un cycle aussi long. On se serait dirigés vers l'équilibre financier, c'est nécessaire. Un club n'est pas une danseuse ou un gadget, c'est une entreprise », déclare Eyraud, qui préconise un changement de modèle axé sur la jeunesse. « On va passer à un modèle qui reposera sur la formation, sur la post-formation, sur des profils à former, à valoriser, et sur la diversification des sources de revenus. » André Villas-Boas n'a en tout cas pas été tenu à l'écart de ce genre de discussions. Eyraud assure avoir été très transparent avec son nouvel entraîneur. « On a clairement annoncé la couleur et expliqué qu'on allait tourner une page, avoir des contraintes financières réelles. Il l'a accepté. »

Eyraud veut un attaquant et un défenseur

Dans L'Equipe, Jacques-Henri Eyraud évoque aussi le Mercato. Pour l'instant, l'OM a vendu Lucas Ocampos à Séville mais n'est pas passé à l'offensive. « On peut acheter aujourd'hui, assure-t-il. On peut aussi travailler sur des formules comme des prêts. (...) On doit davantage céder qu'acheter. Mais l'époque des soldes n'a pas démarré à l'OM. Nous ne sommes pas dans l'obligation de faire partir un nombre important de joueurs. » Un message qui ne concerne pas Kevin Strootman, dont le départ est effectivement souhaité, tandis que Mario Balotelli ne reviendra pas. Pour cet été, les dirigeants marseillais sont en quête d'un attaquant et d'un défenseur central plus expérimenté que la paire Kamara - Caleta-Car. « Aujourd'hui, on est sur deux-trois profils, à adapter s'il y a des départs imprévus et qu'on serait amenés à remplacer » , résume Eyraud.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.