Le spectre de la rupture avant la finale

Le spectre de la rupture avant la finale©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le vendredi 11 mai 2018 à 23h35

Les Marseillais ont encore été héroïques pour arracher un point sur le terrain de l'En Avant Guingamp (3-3) ce vendredi soir. Mais après la rencontre, les joueurs de l'OM ont semblé beaucoup plus énervés contre eux-mêmes que satisfaits de leur formidable rejet de la défaite.

L'esprit collectif et le rejet permanent de la défaite sont de formidables tremplins. L'Olympique de Marseille y a rebondi par des faits, d'abord, en arrachant la victoire devant Nice (2-1) la semaine dernière ou la qualification à Salzbourg (2-1) quelques jours plus tôt. Les Phocéens les ont aussi conservés par des mots, avant ou après les rencontres, qui transpiraient l'union. Ce vendredi, à Guingamp, malgré le nul inespéré qu'ils ont arraché (3-3) à 9 contre 11, les Olympiens ont plutôt laissé place à l'amertume, aux regrets, et, plus inquiétant encore, aux reproches.Thauvin : « Clairement, ça commence à m'énerver »« On se devait de prendre les six points sur les deux derniers matchs pour pouvoir espérer, a rappelé Valère Germain après la rencontre, au micro de Canal+ Sport. On n'a pas le droit, à une semaine des vacances, même s'il y a un peu de fatigue... On ne peut pas se permettre de lâcher. On s'est tiré une balle dans le pied ». Quelques minutes plus tôt, son passeur, Florian Thauvin, avait été encore plus dur envers l'équipe : « Ce n'est pas normal. On mène 2-0, on se met à l'abri et on n'arrête de jouer... On n'a pas été bons, avait-il lâché à Canal+ Sport, à chaud. Ce soir on perd deux points importants. Je suis dégoûté et énervé. On doit prendre les trois points et une fois de plus, on n'y parvient pas. Clairement, ça commence à m'énerver ».Garcia : « Nos attaquants ont fortement oublié de nous aider, on va dire »L'absence de Dimitri Payet, laissé en tribunes pour ne pas aggraver une gêne musculaire, a peut-être été l'origine du sentiment de rupture qui a semblé envahir le vestiaire phocéen. Car même Rudi Garcia, qui avait mis en avant la cohésion de son groupe à chaque fois qu'il en avait eu l'occasion, a préféré, cette fois, pointer ses défaillances en conférence de presse : « Nos attaquants ont été très bons, mais sur les cinq dernières minutes de la première période, ils ont fortement oublié de nous aider, on va dire... » Le signal est évidemment inquiétant, à cinq jours d'une finale de Ligue Europa, où l'OM aura besoin, plus que jamais, de la force de caractère qui a animé toute sa saison.Germain : « Ca fait chier... »Il l'est aussi parce qu'il a plombé les têtes marseillaises alors que le podium n'est pas encore définitivement hors de portée, Lyon et Monaco ayant aussi deux rencontres périlleuses à négocier d'ici la fin de saison, respectivement face à Nice et Saint-Etienne. Marseille devra dans tous les cas s'imposer, à domicile, face à Amiens, lors de la dernière journée. Mais l'heure n'est pas vraiment à l'enthousiasme : « On va suivre les rencontres de samedi en espérant des faux pas, a renchéri Germain. Et on ira peut-être chercher quelque chose à la 90eme minute contre Amiens. Mais ça fait chier quand même... »

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU