L1 - OM : Steve Mandanda absent 4 semaines, fracture de l'orteil confirmée pour Bouna Sarr

L1 - OM : Steve Mandanda absent 4 semaines, fracture de l'orteil confirmée pour Bouna Sarr©Media365

David HERNANDEZ, publié le lundi 20 août 2018 à 18h08

L'Olympique de Marseille a confirmé la fracture de l'orteil de Bouna Sarr contractée dimanche contre Nîmes. Son indisponibilité n'a pas été communiquée au contraire de celle de Steve Mandanda. Touché à la cuisse, le gardien marseillais sera éloigné des terrains pour 3 à 4 semaines.

La saison de l'Olympique de Marseille n'a commencé que depuis deux journées que Rudi Garcia doit déjà faire face à des coups durs. La défaite contre Nîmes dimanche soir (3-1) a laissé des traces et pas seulement psychologiques. L'OM a communiqué lundi en fin d'après-midi sur le cas des deux blessés de la veille que sont Steve Mandanda et Bouna Sarr. Le portier marseillais est sorti peu après l'heure de jeu en se touchant la cuisse suite au deuxième but nîmois. Après avoir passé des examens, le champion du monde souffre d'une déchirure des ischio-jambiers de la cuisse gauche. Une blessure qui va le tenir loin des terrains entre 3 et 4 semaines selon le club marseillais et lui faire manquer le prochain rassemblement de l'équipe de France. Depuis son retour dans la cité phocéenne il y a un an, Mandanda s'est déjà blessé 4 fois dont 3 à la cuisse.

Remplaçant au coup d'envoi, Bouna Sarr a remplacé Florian Thauvin juste après l'égalisation du champion du monde (58eme). Le latéral droit a terminé la rencontre mais Rudi Garcia a fait état d'une blessure lors de la conférence de presse d'après-match. La nouvelle a été confirmée par l'OM. L'ancien Messin souffre d'une fracture de l'orteil mais aucune indisponibilité n'a été communiquée. Dans la matinée, deux à trois semaines ont été avancées dans la presse. Reste à savoir si ces deux blessures peuvent changer les plans des dirigeants marseillais, eux qui sont à la recherche d'un milieu de terrain et d'un attaquant dans la dernière ligne droite du Mercato.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU