L1 - OM : Rennes, cette nouvelle bête noire

L1 - OM : Rennes, cette nouvelle bête noire©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le samedi 13 janvier 2018 à 09h04

Battu au Vélodrome et éliminé au Roazhon Park en Coupe de la Ligue, l'Olympique de Marseille retrouve Rennes pour la troisième fois de la saison ce samedi après-midi (17h00). Un adversaire en passe de se transformer en bête noire du club phocéen.

Même s'il a été éliminé d'un match qu'il a gagné, selon les dires de son entraîneur, l'Olympique de Marseille a confirmé ses difficultés à affronter le Stade Rennais le mois dernier. Battu aux tirs au but en huitième de finale de la Coupe de la Ligue, le club phocéen a quitté la Bretagne tête basse et dépité, comme souvent ces dernières années après avoir affronté le SRFC. Une seule victoire sur les cinq dernières confrontations entre les deux équipes, c'est le bilan peu flatteur de Marseille. Pire, sur ces cinq rencontres, l'OM a encaissé treize buts. Mais à Rennes, on préfère se méfier de la bête blessée plutôt que de bomber le torse en s'affublant d'un statut de bête noire. « Je ne sais pas si on a un avantage psychologique. Ce qui est certain c'est qu'ils vont venir pour prendre trois points pour remettre les pendules à l'heure », a déclaré Sabri Lamouchi en conférence de presse.Rolando : « Cette équipe joue bien au ballon, se regroupe bien »« On n'a pas encore gagné contre Rennes, souffle de son côté Rolando. C'est difficile, cette équipe joue bien au ballon, elle se regroupe bien, elle est vite en place. Ce n'est pas facile d'entrer dans le bloc mais ils ont quelques faiblesses. Mais ce sont des matchs différents. Au Vélodrome, Rennes était mieux que nous et ils ont gagné. Là-bas, en Coupe de la Ligue, on a marqué trois buts mais finalement il y a eu match nul », poursuit le défenseur portugais, toujours pas remis de ce scénario particulier. « Si on peut repartir de Rennes avec trois points, ce serait une bonne idée », sourit Rudi Garcia. L'entraîneur marseillais avait trouvé la clé assez aisément au Vélodrome la saison dernière (2-0). Mais depuis, il bute, que son adversaire soit Christian Gourcuff ou Sabri Lamouchi. « On ne peut pas faire de bilan sur deux matchs, surtout que ce n'était pas le même coach et donc pas la même philosophie. A nous d'inverser la tendance. Si cela peut être une source de motivation, on va s'en servir. On n'a qu'un objectif : gagner à Rennes. Ils ont joué en semaine, cela peut aussi être un avantage. Il faut qu'on fasse un match entier pour profiter de leur baisse de régime à un moment donné. »Garcia : « Le match aller n'a pas spécialement été un déclic »A l'aller, les coéquipiers de Benjamin Bourigeaud avaient crispé le Vélodrome en s'imposant avec la manière face à une formation marseillaise aux abois (1-3), une semaine après la rouste à Monaco (6-1). Un match qui avait sonné la fin du 4-3-3 sur la Canebière. « Non, cela n'a pas été spécialement un déclic, se défend Rudi Garcia aujourd'hui. Après une défaite, on a envie de gagner le match suivant. Mais gagner un match ne suffit pas, il faut faire une série. C'est ce qu'on a été capable de faire jusqu'à fin décembre. Ce qui compte, c'est la qualité du groupe à être fort mentalement, sa capacité à rebondir. » Et les Marseillais ont rebondi. En se remettant en question tant individuellement que collectivement. La semaine dernière, l'entraîneur phocéen a même tenté d'ajouter une corde à son arc en testant un 4-4-2 contre Valenciennes en Coupe de France. Sans grand succès. « Le 4-4-2 est à revoir. Cela prend du temps, il faut travailler. Mais je n'oublie pas que c'est en jouant avec une seule pointe qu'on a été à la lutte avec le podium. Cela nous servira en cours de match, peut-être au début », juge l'ancien coach de la Roma. Au Roazhon Park, l'OM devrait s'en tenir à ses fondamentaux.

 
4 commentaires - L1 - OM : Rennes, cette nouvelle bête noire
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]