L1 - OM : Les enseignements d'une semaine sous tension

L1 - OM : Les enseignements d'une semaine sous tension©Media365
A lire aussi

Thomas BONNAVENT, publié le lundi 18 septembre 2017 à 12h35

Après quinze jours électriques ponctués par une défaite à domicile face à Rennes, l'Olympique de Marseille vient de boucler une semaine avec deux victoires. Un bon bol d'air frais.

Une quinzaine comme il vient de la vivre, l'Olympique de Marseille s'en passerait bien. L'OM a besoin de calme pour son « Champions Project ». Mais le calme est un mot bien galvaudé sur le Vieux-Port. Et pour rompre une dynamique infernale, agrémentée d'une gronde de ses supporters contre les joueurs et les dirigeants, Rudi Garcia ne s'est pas gêné pour aller à l'encontre d'un slogan piétiné ces dernières semaines. Lors de la réception de Konyaspor en Ligue Europa (1-0) et du déplacement à Amiens (2-0), l'entraîneur a (enfin) fait des choix. Des choix pour le moment gagnants. Mais il faudra attendre une adversité plus tenace pour se rendre compte des progrès marseillais.
Luiz Gustavo a besoin d'un compagnon au milieu
A chaque sortie de l'OM en ce début de saison, la fébrilité du 4-3-3 semblait de plus en plus évidente. Le milieu de terrain était sujet à des percées dévastatrices et à des moments de solitude inquiétants. Sur ces deux dernières rencontres, Rudi Garcia a opté pour un 4-2-3-1. Un choix qui a eu le mérite d'équilibrer l'entrejeu marseillais. Après la belle surprise Boubacar Kamara jeudi dernier, c'est Frank Zambo Anguissa qui a été titularisé aux côtés de Luiz Gustavo face à Amiens. Le Camerounais a apporté la dose d'agressivité tant réclamée par Rudi Garcia. Moins de spectacle, plus de rigueur. C'est la recette gagnante à Marseille pour le moment. « Quand ça va un peu moins bien, il faut revenir aux fondamentaux. Un groupe qui travaille, une organisation draconienne, une assise défensive qui nous permet de gagner les matchs. L'équipe était bâtie pour avoir du répondant et de la vitesse devant », a expliqué le coach olympien en conférence de presse.
Rami en patron, la renaissance de Pelé ?
Absent lors de la débâcle à Monaco (6-1), et « mal accompagné » face à Rennes (Aymen Abdennour était titulaire malgré un manque de rythme évident), Adil Rami a livré deux performances solides face aux Turcs de Konyaspor et à Amiens. Auteur d'un but salvateur jeudi dernier, l'ancien Sévillan a rassuré son équipe dimanche après-midi. Solide dans les duels, habile à la relance et toujours aussi dominateur dans les airs, le patron de la défense marseillaise c'est lui. Et dans son dos, Yohann Pelé fait mieux que d'assurer l'intérim dans le but marseillais. Steve Mandanda blessé, « l'Albatros » vient de boucler son deuxième clean-sheet de la saison, sans être réellement inquiété - il faut bien l'avouer - mais suffisant pour rebattre les cartes dans la hiérarchie des gardiens ? Après un retour à Marseille accueilli avec plus ou moins d'optimisme chez les supporters et une blessure, Steve Mandanda n'aura sans doute pas le droit à l'erreur.
Njié va logiquement se mêler à la lutte Germain-Mitroglou
L'OM cherche un grand attaquant. Le refrain de l'été a déchaîné les réseaux sociaux à Marseille. L'arrivée tardive de Kostas Mitroglou, blessé, a guère enchanté les Marseillais et Valère Germain peine à confirmer son bon début de saison. Aujourd'hui, le meilleur buteur de l'OM se nomme Clinton Njié. Auteur de cinq buts (dont un doublé face à Amiens) en quatre matchs de Ligue 1, le Camerounais est l'attaquant le plus efficace de Ligue 1 avec un but toutes les 42 minutes. L'ancien Lyonnais apporte de la profondeur au jeu marseillais et son lot de réalisme également (but de l'épaule contre Dijon et du ventre face à Amiens). Dans cette période compliquée, l'OM ne va pas s'en priver. Une solution de plus pour Rudi Garcia sur le front de l'attaque qui devra faire des choix si le 4-2-3-1 venait à s'installer. Mais cette semaine rafraîchissante a tout de même fait une victime : Maxime Lopez.
Maxime Lopez, le grand perdant
Sur le banc de touche face à Konyaspor, Maxime Lopez n'était même pas sur la feuille de match dimanche après-midi à Amiens. Auteur d'un début de saison sans relief, le « Minot » peine à trouver sa place depuis le début de l'an 2 Rudi Garcia. Malgré le changement tactique, le Marseillais ne semble pas avoir le profil idéal pour répondre aux besoins immédiats de l'OM. Avec Dimitri Payet repositionné en numéro dix et un milieu de terrain plus musclé, Maxime Lopez va devoir fournir d'importants efforts pour de nouveau entrer dans la rotation. Une place de titulaire semble désormais bien loin pour le numéro 27. Les deux prochaines rencontres (abordables) pour l'OM face à Toulouse et à Salzburg en Ligue Europa devraient confirmer toutes ces tendances. Mais à Marseille, plus qu'ailleurs, tout peut (encore) changer très vite.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU