L1 - OM : La polyvalence, la solution miracle pour Rudi Garcia

L1 - OM : La polyvalence, la solution miracle pour Rudi Garcia©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le samedi 12 août 2017 à 07h35

A l'image d'un Jordan Amavi latéral gauche pouvant dépanner à droite ou un cran plus haut, Marseille dispose de pléthore de joueurs polyvalents. Un atout pour Rudi Garcia dans la gestion de son effectif sur la durée d'une saison.



C'était comme si Jordan Amavi ne voulait pas répondre à la question, comme si admettre que le sujet de ses piges effectués à droite par le passé le mettait mal à l'aise. La dernière recrue estivale de l'OM a fini par reconnaître jeudi lors de sa présentation à la presse qu'il en avait discuté « un petit peu » avec Rudi Garcia et Andoni Zubizarreta avant de signer. Le directeur sportif marseillais était bien plus disert sur le sujet de la polyvalence de l'ancien défenseur de Nice, ailier de formation repositionné latéral gauche et ayant déjà dépanné de l'autre côté. « On va affronter différents styles de jeu, ça aide l'équipe à être plus compétitive, s'est félicité Zubizarreta. Sans changer un joueur, tu peux faire différentes choses. » Cela s'est concrétisé dès la première journée. Après une grosse demi-heure de domination dijonnaise au Vélodrome, Garcia a bouleversé son traditionnel 4-3-3 pour passer en 4-2-3-1, en positionnant Morgan Sanson à hauteur de Luiz Gustavo et Maxime Lopez en soutien de Valère Germain.

Garcia : « Avoir des joueurs polyvalents, c'est toujours un plus »
 

Comme par magie, c'est dans cette configuration que l'OM a fait exploser le DFCO en seconde période pour s'offrir un succès finalement tranquille (3-0). Si le facteur tactique n'était pas la seule explication au changement de physionomie des débats, il a mis en lumière l'éventail de possibilités dont dispose l'entraîneur marseillais, en dépit d'un effectif qui peut apparaître juste dans certains compartiments. « Avoir des joueurs polyvalents, j'en ai quelques-uns, c'est toujours un plus pour un entraîneur, a souligné Garcia jeudi en conférence de presse. Partout où je suis passé, j'ai toujours loué la polyvalence de certains joueurs. Un Alessandro Florenzi à la Roma, c'était un bonheur pour un coach. Greg Sertic est ça aussi, c'est bien. Comme on ne peut pas mettre 21 joueurs (sic) sur la feuille de match comme en Italie, on ne peut en mettre que 18, il faut faire des choix et ils sont parfois faits en gardant des joueurs polyvalents, qui couvrent plusieurs postes. »

Il y en a dans tous les secteurs
 

Ils sont nombreux dans ce cas au sein du groupe olympien. En plus de Sertic et d'Amavi, Tomas Hubocan, Rod Fanni ou encore Boubacar Kamara ont différentes cordes à leur arc. Au milieu, Sanson est l'homme à tout bien faire (récupérateur, relayeur, meneur), Lopez ayant un profil plus offensif et Franck Zambo Anguissa des qualités plus affirmés dans un rôle défensif. Bouna Sarr a appris la polyvalence pendant la préparation estivale, avec un repositionnement forcé comme latéral droit pour doubler le poste d'Hiroki Sakai. Autre exemple probant, outre des Dimitri Payet, Lucas Ocampos et Florian Thauvin qui ont occupé différentes places sur le terrain dans le secteur offensif avec le même succès pendant leur carrière : celui de Clinton Njie.

Pas de renfort au milieu, un 9 en attente
 

Entré sur le côté gauche à la mi-temps contre Dijon, l'attaquant camerounais a claqué son premier doublé en L1, après avoir brillé dans une position plus axiale pendant la pré-saison. « Il est polyvalent. Il le dit lui-même, il se sent mieux sur le côté, mais il peut aussi jouer dans l'axe, a soufflé Garcia. On l'a vu en préparation, il a mis deux buts en jouant avant-centre. » Tout ça aide l'ex-coach de Lille et du Mans à composer avec un effectif dont il faut combler parfois artificiellement les manques. Au milieu, la question d'un renfort à ce poste « ne se pose pas », alors qu'il n'y a pléthore de solutions. Même chose en attaque, où l'avant-centre tant désiré n'est toujours pas arrivé sur la Canebière. En attendant, le staff technique est contraint de bricoler. Mais il le fait avec des joueurs aptes à s'épanouir dans cette improvisation permanente. Heureusement pour lui.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
30 commentaires - L1 - OM : La polyvalence, la solution miracle pour Rudi Garcia