L1 - Marseille : Quelles solutions pour relancer l'OM ?

L1 - Marseille : Quelles solutions pour relancer l'OM ?©Media365
A lire aussi

Thomas BONNAVENT, publié le lundi 11 septembre 2017 à 11h18

Après un nouvel échec cuisant à domicile face à Rennes dimanche soir (1-3), l'Olympique de Marseille semble s'enfoncer dans la crise. Et les excuses se font de moins en moins nombreuses.

Une nouvelle humiliation plus tard, l'OM est la risée des observateurs de la Ligue 1. Cette nouvelle copie indigne du standing - du moins ce qu'il en reste - face à Rennes dimanche dernier (1-3) rassemblait tous les symptômes de la crise marseillaise. Bronca du Vélodrome, un jeu inconsistant et un entraîneur totalement dépassé par les événements. Si l'on s'amuse à décortiquer le fameux « Champions Project », cet OM là n'a rien d'un champion. Et les supporters cherchent encore les bases du projet. Que doit faire l'OM ?
Rudi Garcia, stop ou encore ?
Et ce projet, c'est Rudi Garcia qui devait l'incarner. Un an après l'arrivée de Frank McCourt sur le Vieux-Port, l'idylle entre les supporters de l'OM et l'ancien coach de l'AS Roma n'a jamais réellement décollé. Les « Garcia démission » ont rapidement dévalé les gradins du Vélodrome pour assommer l'entraîneur olympien. Et la direction par la même occasion. Son coaching a, une nouvelle fois, été pointé du doigt notamment sur le remplacement de Sakai ou les titularisations de Rami et Abdennour blessés. Rudi Garcia s'embourbe à vouloir confirmer son 4-3-3 coûte que coûte à chaque sortie de son équipe. Orgueilleux ? Sûrement. Mais il va falloir proposer plus pour se (re)faire une place dans le cœur des amoureux du club Ciel et Blanc. Pour se sortir de la crise qui pointe le bout de son nez, l'OM sera vraisemblablement livré à lui-même. Il ferait mieux de se tourner faire ses nombreux joueurs d'expérience. Encore faut-il qu'un véritable leader se dégage.
OM cherche leader désespérément
La nomination de Dimitri Payet comme capitaine de l'OM avait de quoi surprendre en début de saison. Après avoir été trimbalé sur de nombreux biceps lors des matchs amicaux de pré-saison, le brassard de capitaine a donc terminé sa course autour du bras du Réunionnais. Certains joueurs comme Adil Rami, Luiz Gustavo ou encore Patrice Evra semblent avoir un pedigree plus adéquat au rôle de capitaine. Si le Brésilien a manqué face à Rennes (il était suspendu, ndlr), l'ancien latéral de Manchester United traîne sa peine et son âge de week-end en week-end. Et c'est peut-être ça, la véritable mission à court terme du board olympien et de Rudi Garcia : trouver un leader capable de guider un troupeau abandonné. Et hélas pour Marseille, le Mercato est terminé, il va falloir piocher en interne. Et trouver une autre excuse pour justifier les maux de l'équipe.
L'excuse du Mercato, c'est terminé
Utilisé comme maquillage par la direction et l'entraîneur pour camoufler les lacunes de l'effectif, le Mercato marseillais est désormais terminé. Et ses premières limites apparaissent brutalement. S'il va falloir patienter pour juger Kostas Mitroglou, la panique affichée pour recruter l'attaquant tant désiré et un défenseur central en fin de Mercato témoignent du flou qui baigne le club depuis plusieurs semaines. Sans véritable ligne de conduite, l'OM avance à tâtons et pourrait bien franchir le bord du précipice. Rudi Garcia va devoir composer, au moins jusqu'à décembre, avec cet effectif. Le tacticien serait bien inspiré de modifier son schéma de jeu pour densifier un milieu de terrain à la rue à Monaco et dépassé dimanche face à Rennes. Abdennour blessé, il va falloir redonner confiance à une charnière centrale en manque d'automatismes et surtout mettre dans les meilleures dispositions Valère Germain qui n'a toujours pas marqué en championnat. Cela pourrait passer par une nouvelle animation offensive avec un Dimitri Payet plus près de l'attaquant dans un 4-2-3-1 dans une position de numéro 10. Chaque supporter de l'Olympique de Marseille s'amuse à faire sa meilleure composition d'équipe possible depuis dimanche soir 23h00. Mais la confiance pourrait rapidement revenir jeudi, grâce à l'Europa League.
L'Europe, la bouée de sauvetage de l'OM
Après un barrage compliqué face aux Slovènes de Domzale, l'Europe tend enfin les bras aux Marseillais. Ils s'apprêtent à l'embrasser jeudi face aux Turcs de Konyaspor. Un bon moyen de rebondir pour Valère Germain qui compte sur le math de jeudi pour « redonner le sourire aux supporters. » Face au quatorzième de SüperLig (le championnat turc), l'Olympique de Marseille va devoir relancer la machine pour ne pas compromettre son aventure européenne dès la phase de poules. « M.Le Président, fini les promesses mensongères et leurs explications douteuses. Place aux résultats concrets » affichait les Commandos Ultras 84 (groupe de supporters du virage sud) juste avant la mi-temps. « Je ne vais pas lâcher, pas un centimètre. J'emmènerai avec moi ce qui ne lâcheront rien», a promis Rudi Garcia en conférence de presse. Les messages sont passés. Mais il va falloir du temps pour boucler tous les chantiers du côté de l'OM.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU