L1 - Marseille : Le 3-5-2, viable... et durable ?

L1 - Marseille : Le 3-5-2, viable... et durable ?©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le vendredi 10 août 2018 à 07h10

Rudi Garcia a largement expérimenté le 3-5-2 lors des deux derniers matchs de préparation de l'Olympique de Marseille. Le résultat n'a pas été probant et pourtant, l'entraîneur a de véritables raisons d'insister.

Rudi Garcia va devoir trancher entre sa raison et son envie, ce vendredi soir (20h45) au moment d'établir la composition d'équipe qui lancera la saison de l'Olympique de Marseille. Avant d'affronter Toulouse en ouverture de la saison de Ligue 1, le coach phocéen oscille entre deux schémas tactiques : le 4-2-3-1, qui lui offre les garanties de la saison passée et des automatismes à chaque ligne, et le 3-5-2, opportunité à saisir pour exister malgré un groupe décimé, ou surfer durable sur les enseignements du Mondial. Le dispositif à trois défenseurs se popularise et a toujours attiré le technicien de 54 ans depuis son arrivée sur la Canebière, qui l'avait déjà adopté, à plusieurs reprises, en Ligue Europa. Il n'a plus jamais quitté l'esprit du coach après la double confrontation victorieuse face au RB Leipzig, en avril dernier, en quart de finale.

Masquer les défauts, et combler les absences en attendant


A l'époque, déjà, la solution répondait aux problèmes numériques, puisque la charnière expérimentale composée par Boubacar Kamara, Luiz Gustavo et Hiroki Sakai avait comblé les absences d'Adil Rami et Rolando. Avec la blessure durable du Portugais, les retours tardifs des Bleus étoilés et la méforme physique de la recrue Duje Caleta-Car, Garcia a testé plusieurs formules lors de la préparation. Pour se prémunir de cette situation délicate mais prévue de longue date, l'ancien du LOSC a sérieusement insisté sur le 3-5-2 lors des deux dernières rencontres amicales. Malgré un nul (1-1) contre un Sporting en reconstruction et une gifle reçue à Bournemouth (5-2), l'entraîneur olympien a d'autres raisons d'insister.

Marseille s'apprête encore à vivre une année chargée avec un groupe toujours restreint. Il est donc « intéressant pour les joueurs d'évoluer dans divers systèmes, car cela pour servir tout au long de la saison », comme l'a justement rappelé le coach. Mais cette flexibilité offrirait aussi des solutions techniques pour tirer le meilleur de certaines individualités. Ce système a l'avantage de libérer les latéraux. Jordan Amavi en aurait bien besoin, après avoir joué aux montagnes russes la saison dernière, entre une première partie enthousiasmante et une seconde décevante. Il conforterait aussi Bouna Sarr, dont l'apport offensif en a fait une alternative de plus en plus crédible aux yeux de Rudi Garcia.

Que des avantages, mais le doute autour de Thauvin


Le tout ne déstabiliserait même pas le milieu de terrain, au contraire. Il pourrait notamment conforter Morgan Sanson. L'ancien Montpelliérain n'a jamais trouvé une place définitive dans le onze olympien, Dimitri Payet étant indéboulonnable dans son rôle préférentiel, et son association avec Luiz Gustavo dans un registre plus en retrait n'ayant jamais apporté la solidité souhaitée à son entraîneur. Avec un homme de plus dans son dos, la problématique aurait moins de raison d'être. Autre avantage, et pas des moindres, l'option du 3-5-2 obligerait le technicien phocéen à associer un autre attaquant à Kostas Mitroglou, en attendant l'arrivée de Mario Balotelli, d'une autre pointure ou de personne sur le front offensif.

Le Grec a toujours été plus efficace dans un duo. Au Benfica Lisbonne, son association avec Jonas avait fait des merveilles (51 buts en 88 matchs). Alors que ses qualités avaient tout pour compléter celles de Valère Germain, les deux hommes n'ont jamais joué l'intégralité d'une rencontre de Ligue 1 ensemble. L'anomalie serait ainsi réparée. Au moins jusqu'au retour de Florian Thauvin, promis au rôle de soutien du buteur dans un 3-5-2. C'est d'ailleurs là que le doute subsiste : le joueur le plus décisif de l'OM devrait alors faire évoluer son jeu. C'est un axe de progression pour lui. C'est une énorme prise de risque pour l'équipe.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU