L'OM derrière ses supporters, "doublement victimes"

L'OM derrière ses supporters, "doublement victimes"©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mercredi 05 février 2020 à 23h33

Alors que les 400 supporters marseillais, attendus par leurs homologues stéphanois aux abords de Geoffroy-Guichard, n'ont pu pénétrer dans le stade, le club phocéen accuse.



Le match de la 23e journée entre Saint-Etienne et l'OM n'a pas pu débuter à l'heure prévue (21h) mercredi soir. Et ce en raison de débordements entre supporters des deux camps aux abords de Geoffroy-Guichard. Les forces de l'ordre ont alors dû intervenir en utilisant des fumigènes, ce qui a retardé le coup d'envoi de la rencontre d'un bon quart d'heure.

Le match s'est ensuite déroulé devant un parcage visiteurs vide, les suiveurs phocéens n'ayant "pas été autorisés à rentrer dans leur tribune pour des raisons obscures", déplore l'OM, qui a donné sa version de ces incidents : "À quelques centaines de mètres de l'entrée au stade Geoffroy-Guichard, les cars des supporters de l'OM ont été la cible d'individus cagoulés qui les ont violemment attaqués. Les cars ont subi des dégradations importantes. Arrivés sur le parking du stade, nos supporters ont été confinés sur place et ont subi des jets d'objets multiples de la part des supporters stéphanois et des réactions particulièrement violentes des forces de l'ordre qui ont utilisé des gaz lacrymogènes, un canon à eau mais aussi visiblement des flash-balls."

Les fans phocéens ont donc été contraints de repartir à Marseille. "Les supporters de l'OM sont en effet ce soir doublement victimes, d'une part de l'aveugle brutalité de certains prétendus supporters adverses, et d'autre part du droit de vivre leur passion pour l'OM, ce que le club ne peut cautionner", peut-on encore lire dans ce communiqué. Des supporters qui n'auront donc pu assister au succès 2-0 des hommes d'André Villas-Boas, grâce notamment à un nouveau but de Dimitri Payet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.