Renato Sanches (Lille) revient sur son transfert avorté au PSG

Renato Sanches (Lille) revient sur son transfert avorté au PSG©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le samedi 22 février 2020 à 10h35

De retour au premier plan après quelques saisons compliquées, Renato Sanches a raconté à L'Equipe la manière dont son transfert au PSG en 2018 a finalement capoté. Le Lusitanien a également justifié son choix d'avoir rejoint Lille l'été dernier.

Renato Sanches fait désormais les beaux jours de Lille, qui a déboursé vingt millions d'euros pour le recruter en provenance du Bayern Munich l'été dernier. Mais l'ex-joueur de Swansea aurait tout à fait pu se retrouver sous le maillot du PSG. Sauf que son transfert vers le club de la Capitale, dans les tuyaux durant le Mercato estival 2018, a capoté. « J'avais parlé avec Antero Henrique (l'ancien directeur sportif parisien, NDLR), a raconté l'international portugais à L'Equipe. Il s'était entretenu avec mon agent, Jorge Mendes. On avait eu un bon échange. Tout était prêt. Je me souviens que j'étais au restaurant quand mon agent m'a appelé. Il me dit : "Demain tu t'envoles pour Paris." Je dis OK, je rentre à la maison et je fais mes valises. Le lendemain, à l'entraînement, mon entraîneur (Niko Kovac, NDLR) me dit : "tu ne pars pas !" Je suis resté. Et je n'ai pas joué. Le match d'après, il m'a offert cinq minutes. Ce n'était pas assez. »

Renato Sanches : « Ce que je voulais, c'était jouer, être heureux à nouveau »

Renato Sanches a aussi profité de cet entretien accordé au quotidien sportif pour expliquer son choix de rejoindre Lille en août dernier. « Munich, c'était devenu chez moi, a raconté l'ancien Lisboète. Mais quand j'ai vu que les choses n'évoluaient pas, j'ai parlé avec José Fonte et Luis Campos (respectivement capitaine et conseiller du président du LOSC, NDLR). Tous les jours. On s'est vus à Lisbonne quand j'étais en congés. J'ai dit : "OK, je veux venir à Lille." Mon agent m'a proposé d'autres offres. Mais mon choix s'est porté sur Lille. Je sentais de la confiance. J'avais de bonnes vibrations. J'ai parlé avec l'entraîneur, le président. Cela m'a conforté dans mon envie. » Avant d'ajouter : « Si vous faites bien le job, que vous jouez bien, vous allez avoir la reconnaissance. Mais ce que je voulais, c'était jouer, être heureux à nouveau. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.