Lille : La renaissance de Renato Sanches

Lille : La renaissance de Renato Sanches©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le vendredi 13 décembre 2019 à 07h30

Le milieu de terrain portugais Renato Sanches est de retour à son meilleur niveau avec le LOSC ces derniers temps.


L'aspect physique : « La boule de muscles » n'est plus « sevrée de football »



Renato Sanches vient d'enchaîner trois titularisations en Ligue 1. Rien d'extraordinaire, direz-vous. Pourtant, depuis le début de saison, jamais il n'avait été capable de répéter les efforts. L'international portugais en avait perdu l'habitude : il n'avait cumulé que des bouts de matchs ces trois dernières saisons, au Bayern et lors d'un prêt infructueux à Swansea. « Quand il est arrivé, il était en manque de temps de jeu, a commenté Christophe Galtier à son sujet. Il était sevré de football alors que c'est un garçon qui aime jouer. » Ce déficit de rythme lui a coûté quelques légères rechutes musculaires, notamment après la réception de Chelsea, au début du mois d'octobre, alors qu'il n'avait disputé qu'une vingtaine de minutes. Sa situation sportive n'avait rien arrangé : « C'est une boule de muscles, a rappelé le coach lillois. Il faut qu'il soit un peu plus relâché. » Quand la tête va, le corps aussi. Et inversement.


L'aspect mental : Maintenant, il est lancé vers l'Euro



Voici désormais le joueur de 22 ans dans un cercle vertueux. Beaucoup plus utilisé, Renato Sanches n'est plus soucieux. « Il était pressé, il a perdu patience, il s'énervait rapidement parce qu'il voulait jouer 95 minutes, a noté le technicien lillois. Il aime profondément le football. » Le milieu de terrain avait besoin de temps de jeu pour se rassurer : « Quand vous passez du Bayern à Lille, si vous ne jouez pas, vous pouvez vous demander si vous avez fait le bon choix, ou si vous avez vraiment le niveau. Il a fallu le rassurer très souvent ». Aussi parce qu'il a entamé une course contre-la-montre. Révélation de l'Euro 2016, il a choisi le LOSC pour tenter de réintégrer la sélection portugaise en vue de la défense du titre, alors qu'il n'avait pas été retenu pour le Mondial 2018. L'ancien chouchou du Benfica n'a pas d'autre choix que d'être performant et régulier pour s'imposer, de nouveau, au milieu d'une riche concurrence (Bruno Fernandes, Pizzi, William Carvalho, Danilo, Ruben Neves...).


L'intégration : Le « formateur » José Fonte et la bande de jeunes



Si Renato Sanches approche peu à peu son meilleur niveau, c'est aussi parce qu'il a trouvé des repères. L'international portugais avait justifié son échec bavarois par un problème d'intégration. La rigueur tactique installée par Guardiola au Bayern, la barrière de la langue et la culture allemande, radicalement opposée à la sienne, l'avaient empêché de s'épanouir. Le LOSC a tout fait pour le conforter, profitant de la fibre portugaise entretenue par Luis Campos. José Fonte, le capitaine des Dogues, a joué un rôle prépondérant. « José, le capitaine, est très proche de lui, a noté Jonathan Ikoné. C'est celui qui l'a le plus aidé. » « José a été un relais pour moi, a renchéri Galtier. Il est un capitaine, et même un formateur pour un garçon comme Renato. » La jeunesse lilloise a fait le reste, le Portugais partageant le vestiaire avec des joueurs de son âge (Bamba, Ikoné, Osimhen, Yazici). « On échange, on rigole avec lui, a confié Ikoné. On a fait beaucoup de sorties tous ensemble. C'est comme ça que le groupe se crée. »


L'aspect tactique : Exilé à droite pour plus d'efficacité



Sur le terrain, un changement a permis au Portugais de s'affirmer. Ces dernières semaines, Christophe Galtier l'a replacé sur un côté, à droite de la ligne du milieu dans un 4-4-2 à plat. « J'étais toujours à la recherche d'un équilibre et j'ai pensé que Renato pourrait nous apporter beaucoup de choses à ce poste, a justifié le coach lillois. Que ce soit sur le plan défensif mais aussi sur la projection vers l'avant. Il a des jambes, des capacités d'accélération et il aime aller vers l'avant. » Les chiffres lui donnent raison : son taux de dribbles réussis a sensiblement augmenté (78% contre 69% lorsqu'il a été aligné au cœur du jeu). En trois titularisations, il a cumulé sept passes clés (passes avant un tir), contre quatre lors de ses trois titularisations comme milieu relayeur. Renato Sanches a donc une corde de plus à son arc. Et cela pourrait aussi renforcer sa candidature pour l'Euro.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.