L1 - Lille : Les Dogues ont la manie de tout gâcher dans le " money time "

L1 - Lille : Les Dogues ont la manie de tout gâcher dans le " money time "©Media365

Raphaël Brosse, publié le samedi 21 avril 2018 à 08h57

Lille occupe une très inconfortable place de barragiste au moment de rendre visite à Marseille ce samedi (17h00). A la recherche d'une victoire depuis février, les Dogues ont pris la fâcheuse habitude de perdre de précieux points en concédant des buts en fin de match.

Ils avaient pourtant fait le plus dur. Samedi dernier, les Lillois menaient par deux buts d'écart face à Guingamp au moment d'entamer la dernière minute du temps réglementaire. Enfin, les hommes de Christophe Galtier allaient goûter de nouveau au doux parfum de la victoire, deux mois et demi après leur dernier succès. Enfin, le LOSC allait sortir de la zone rouge et véritablement se relancer dans la course pour le maintien. Le public du stade Pierre-Mauroy y croyait dur comme fer. Et puis, tout s'est écroulé. Junior Alonso (90eme, contre son camp) et Jimmy Briand (93eme) ont permis aux Costarmoricains d'arracher un nul inespéré (2-2). Les Dogues, eux, ont laissé échapper deux précieux points dans la lutte pour le maintien. Deux de plus.Lille a perdu 15 points après avoir ouvert le scoreLille est assez coutumier du fait. Depuis le début de la saison, le club nordiste a déjà perdu dix points à cause de buts encaissés après la 80eme minute de jeu. Ce fut déjà le cas face à Guingamp à l'aller (1-0), mais aussi contre Troyes (2-2), Nice (2-1), Rennes (1-2) et Angers (1-2). En élargissant un peu, on constate que Nicolas Pépé et ses coéquipiers ont laissé filer pas moins de quinze unités après avoir ouvert le score, comme face à Montpellier (1-1) et Bordeaux (2-1) ces dernières semaines. Forcément, cette incapacité à conserver un avantage jusqu'au coup de sifflet final interpelle. « Si ça va jusqu'à la 97eme minute, peut-être même qu'on peut perdre », avait même maugréé Galtier à l'issue de la rencontre face à Guingamp. Ce qui n'est guère rassurant, surtout au moment d'affronter un Olympique de Marseille ayant pris l'habitude de faire la différence au finish, comme en attestent ses récentes victoires à Dijon (1-3) et à Troyes (2-3).Malcuit : « Quand on a pris le premier but, on a paniqué »Comment expliquer cette habitude pour le moins préoccupante ? La jeunesse de l'effectif lillois n'y est sans doute pas pour rien. « On n'a pas peur mais on était inquiets, c'est normal, a expliqué Kévin Malcuit au sujet du match de samedi dernier. C'est là qu'on voit le manque d'expérience : quand on a pris le premier but, on a paniqué. » Christophe Galtier abonde dans le même sens : « On ne fait pas toujours les mêmes erreurs, et elles ne viennent pas toujours des mêmes joueurs, a raconté le coach nordiste en conférence de presse. Il fallait ne donner aucun espoir à Guingamp, ne pas rendre le ballon et on a fait tout le contraire. A partir du moment où l'on a pris le premier but, on a eu la peur de faire et c'est la pire chose qui puisse arriver. ». S'ils avaient été conservés par les dirigeants du LOSC, des joueurs rompus aux joutes de l'élite tels que Rio Mavuba ou Marko Basa, par exemple, auraient pu aider leurs jeunes partenaires à mieux gérer ce si crucial « money time. » L'heure n'est cependant plus au questionnement des choix passés du côté des Dogues, qui ont besoin de prendre des points au plus vite. Et il s'agit d'un besoin vital.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.