L1 - Lille : Dialogue rompu entre Marcelo Bielsa et la direction

L1 - Lille : Dialogue rompu entre Marcelo Bielsa et la direction©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 12 décembre 2017 à 19h40

Marcelo Bielsa et le LOSC n'ont pas trouvé d'accord lors d'une réunion à la commission juridique de la LFP ce mardi. Pire encore, l'un des avocats de l'entraîneur argentin a accusé le club d'avoir « littéralement claqué la porte au nez de M.Bielsa ».

C'est toujours aussi chaud entre Marcelo Bielsa et le LOSC. Une réunion à la commission juridique de la LFP ce mardi n'a pas débouché sur un accord entre les deux parties, trois semaines après la suspension du technicien argentin de ses fonctions d'entraîneur de Lille. L'entrevue, à laquelle Bielsa n'a pas assisté et où les Dogues étaient notamment représentés par son directeur juridique (le président Gérard Lopez et le directeur général Marc Ingla étaient en réunion avec la DNCG au même moment), s'est même mal terminée. « Nous avons fait part de la volonté de M.Bielsa de trouver éventuellement une conciliation avec le LOSC afin de préserver l'esprit sportif, a indiqué Benjamin Cabagno, l'un des avocats d'« El Loco », dans des propos rapportés par l'AFP. Il semblerait que le LOSC ne soit pas du tout dans un état d'esprit de dialogue, on vient littéralement de claquer la porte au nez de M.Bielsa. » « L'exécution pure et simple de son contrat » réclamée Autre conseil de Bielsa, Carlos Alberto Brusa avait évoqué la situation de son client dans les colonnes du Parisien ce mardi. « Le licenciement pour faute grave ne s'applique pas à un entraîneur en manque de résultats, avait-il indiqué. Marcelo Bielsa s'est senti humilié... Il était là pour un projet de longue durée. A la fin, on lui a fait ramasser ses affaires comme un salarié lambda qui aurait volé de l'argent dans la caisse du magasin. Sans même prendre la peine de discuter ». Ce que réclamait le clan de l'ancien entraîneur de l'OM, c'était « l'exécution pure et simple de son contrat », qui est signé jusqu'en 2019 pour environ 400 000 euros bruts par mois. « Pour l'instant, nous sommes lancés dans une bataille judiciaire avec le LOSC, avait ensuite précisé Me Brusa. Mais un arrangement est toujours possible. » Sauf que cette hypothèse a pris du plomb dans l'aile ce mardi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.