Galtier marque déjà la rupture

Galtier marque déjà la rupture©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le vendredi 29 décembre 2017 à 17h11

En conférence de presse, Christophe Galtier a d'ores et déjà marqué une rupture avec son prédécesseur au LOSC, Marcelo Bielsa. Tout naturellement.

Peut-être encore marqués par la froideur de Marcelo Bielsa, les nombreux journalistes présents sur place ont tout fait pour tirer un mot, un jugement ou une appréciation sur Marcelo Bielsa de la bouche de Christophe Galtier. Mais le nouveau coach de Lille n'a pas eu besoin d'une question lui réclamant de « regarder ses interlocuteurs dans les yeux », ni d'une autre rappelant les écarts de conduite de certains joueurs sous la direction d'El Loco, pour marquer la rupture. Des dogmes de Bielsa aux acquis de Galtier Pourtant, Marc Ingla, le directeur général du club nordiste, avait tenté de rétablir le pont, afin d'atténuer les secousses qui perturbent le projet de valorisation des jeunes joueurs enclenché par le LOSC, et pour lequel le coach argentin était l'une des pierres angulaires. « Le projet est toujours le même. Mais on a des défis à court-terme, a rappelé le dirigeant. Galtier représente une bonne recette pour le projet : un meilleur ancrage dans la région, de meilleures connaissances du foot français. On pense qu'il peut mieux gérer le défi à court-terme ». Les priorités ont donc été revues. Et s'il n'est assurément pas un accélérateur de croissance pour les jeunes pousses lilloises arrachées à coup de millions l'été dernier, le technicien marseillais est une valeur sûre quand il s'agit de sortir une équipe d'une zone dangereuse, comme c'est le cas pour les Dogues, 18eme de Ligue 1 à mi-parcours. « Il y a un vrai et vaste projet, mais ça c'est pour plus tard », a martelé le coach tout au long de la conférence de presse. Et pour accomplir la mission première, la valorisation par les dogmes « bielsistes » sera naturellement mise de côté pour privilégier les méthodes de Galtier, certifiées par ses huit années à Saint-Etienne. Galtier, ex bâtisseur à long-terme, désormais urgentiste Comme dans le Forez, l'ancien coach des Verts veut de la « constance », de la « concentration », des « efforts les uns pour les autres » et transformer son groupe en « une équipe difficile à manœuvre, difficile à battre ». Histoire de rassurer tout le monde. D'abord la DNCG, pour laquelle une relégation rimerait avec de nouvelles sanctions, mais aussi les supporters, lassés du manque de compétitivité de leur club. On va monter une équipe qui leur ressemble. Le projet, on va le mettre entre parenthèses, on va faire en sorte d'aller à l'essentiel et sortir de la zone dangereuse. Et si elle est enchantée, ou, autrement dit, si le LOSC retrouve son statut, la parenthèse se refermera probablement avec lui, au terme de son année et demie de contrat. A moins que, d'ici, la direction lilloise opte pour une nouvelle stratégie. Quand je suis arrivé à Saint-Etienne, rien n'était écrit. J'y resterai tant qu'on souhaitera que j'y reste ». Tant que Lille devra s'inquiéter du classement de Ligue 1 ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.