L1 - Guingamp : Pour l'En Avant, il y a de quoi être pessimiste

L1 - Guingamp : Pour l'En Avant, il y a de quoi être pessimiste©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mercredi 26 septembre 2018 à 09h33

Dernier avec aucun point au compteur avant la 7eme journée de Ligue 1, Guingamp va très mal. Et de nombreux signaux incitent au pessimisme.

Guingamp, c'est ce club tranquille dans une petite cité de moins de 10 000 âmes, qui ne cause jamais de tort à personne sinon parfois à quelques gros via le discours très ferme de son président. Une certaine idée du football, en somme, qui est aujourd'hui en danger. Car après six journées de Liuge 1, l'En Avant est bon dernier au classement avec six défaites au compteur. Rien n'est perdu pour les hommes d'Antoine Kombouaré, mais de nombreux signaux n'incitent pas à l'optimisme. Tour d'horizon avant le déplacement des Bretons à Nîmes ce mercredi (19h00).



Un entraîneur contesté
Dimanche dernier, dans les dernières minutes du match perdu par Guingamp contre Bordeaux (1-3), une banderole déployée sur toute la largeur d'une tribune a mis Antoine Kombouaré sous pression. « Antoine, comme au golf, quand ça ne va pas, il faut changer de club », pouvait-on lire blanc sur noir au Roudourou, en référence à la Ryder Cup qui débute cette semaine en France et à la passion du Kanak pour le golf. Pourtant, on pensait l'ancien coach parisien tranquille à Guingamp, où il démarre sa troisième saison d'affilée. Que nenni. « La banderole, bien sûr que ça touche. On n'aime pas. J'ai été touché, mais je comprends. J'ai toujours accepté les critiques. Je fais ce métier-là, je sais que je suis le premier à endosser cette responsabilité, j'accepte », a réagi l'intéressé en conférence de presse mardi.



Une défense qui voit flou
En six journées, Antoine Kombouaré a aligné cinq défenses différentes. Et aucune n'a trouvé la solution. Même la charnière expérimentée Kerbrat-Sorbon, reformée depuis deux rencontres, n'a pu empêcher Guingamp de prendre la matée à Marseille (4-0) puis contre Bordeaux (1-3). Avec 17 buts encaissés depuis le mois d'août, l'En Avant possède sans surprise la pire défense du championnat. Surtout, le club costarmoricain n'avait jamais connu pareille perméabilité en début de saison dans son histoire dans l'élite. En Ligue 1 justement, il faut remonter à la saison 2005-06 de Rennes (17 également) pour trouver trace d'une entame aussi catastrophique défensivement parlant.



Seul Caen s'est sauvé avec pareil départ
Un départ aussi laborieux permet-il encore de croire au maintien en fin de saison. La question mérite d'être posée. Car même si des équipes ont réussi de jolis come-back ces dernières saisons en Ligue 1, jamais celles-ci n'avaient eu des démarrages aussi lents. D'ailleurs, historiquement, une seule des cinq équipes comptant zéro point après six journées de L1 s'est sauvée. Il s'agit de Caen en 1988-89. L'inspiration, Antoine Kombouaré entend pourtant la puiser ailleurs. « Si on doit prendre un exemple, s'inspirer de choses positives, c'est Nîmes il y a trois ans, quand ils ont commencé la saison avec huit points en moins à cause des matches truqués (ndlr : en L2). Ils avaient réussi à se maintenir », a rappelé l'entraîneur guingampais cette semaine.



Nîmes ne réussit pas à Guingamp
Entre Nîmes et Guingamp, ce sera la première opposition en Ligue 1 ce mercredi. Mais à d'autres échelons, les clubs gardois et breton se sont déjà affrontés quinze fois dans leur histoire. Et ça n'a jamais bien fonctionné pour l'EAG, qui court toujours après sa première victoire aux Costières après huit visites (2 nuls, 6 défaites). Pire, les Bretons n'y ont inscrit que deux buts dans leur histoire. Quand on sait le comportement offensif des Crocos depuis le début de la saison, on se dit qu'il en faudra plus pour espérer gagner un premier match en championnat...


Vos réactions doivent respecter nos CGU.