Montpellier bute contre Metz

Montpellier bute contre Metz©Media365
A lire aussi

Vincent DEGREMONT, publié le mercredi 05 février 2020 à 21h33

Le FC Metz est allé décrocher un précieux match nul sur la pelouse de Montpellier mercredi soir (1-1).

Si l'ouverture du score de Téji Savanier à la 14eme a récompensé l'emprise des Héraultais dans le jeu, les joueurs de Michel Der Zakarian se sont ensuite contentés de gérer, n'appuyant que par intermittence. Le penalty repoussé par Geronimo Rulli à la 21eme leur a servi d'avertissement, avant l'égalisation rageuse de Farid Boulaya à la 81eme. Montpellier reste cinquième, Metz seizième.

Le MHSC visait pourtant les trois points

Sortis sans gloire de la Coupe de France par les amateurs de l'ASM Belfort, puis torpillés par le PSG en championnat, les Montpelliérains voulaient redresser la barre pour leurs retrouvailles avec La Mosson. « Tout a été mis en œuvre pour qu'on oublie cette semaine. La meilleure manière de rebondir, c'est de gagner demain », déclarait Jordan Ferri en amont de la rencontre. Le relayeur pailladin avançait même ses pions « On sait comment on doit jouer, on a la chance d'avoir un milieu de terrain qui a du ballon ». Et ça commençait fort : dès la première minute, Florent Mollet testait Alexandre Oukidja d'une volée en angle fermé. Quelques instants plus tard, c'est Gaëtan Laborde qui enchaînait contrôle du droit dos au but et frappe du gauche en se retournant, obligeant le portier lorrain à une claquette sous sa barre. Les joueurs de Michel Der Zakarian approchaient les 80% de possession au moment où Téji Savanier choisit de récompenser leur domination. Aussi soudaine qu'adroitement exécutée, sa frappe enroulée du gauche d'une vingtaine de mètres trouvait le soupirail à la 14eme. Problème : les Héraultais choisirent alors de ne plus prendre le jeu à leur compte. Probablement chatouillés dans les vestiaires par leur coach, ils reprenaient le deuxième acte tambour battant, avec deux frappes de Gaëtan Laborde et Florent Mollet qui remettaient aussitôt le gardien lorrain dans le bain. A la 61eme, l'avant-centre pensait profiter d'une sortie complètement ratée d'Alexandre Oukidja sur corner, mais le VAR refusait le break pour un hors-jeu pointilleux. Probablement le tournant du match, les Montpelliérains retombant ensuite dans leur travers de la première période, laissant le ballon et abaissant le bloc. La suite, on la connaît.


Le FC METZ étend sa série d'invincibilité en championnat à six rencontres

« Montpellier est une équipe qui a des résultats impressionnants à domicile », redoutait Vincent Hognon en conférence de presse. Le coach des Grenats, qui restaient sur trois victoires consécutives face à Strasbourg, Reims et Saint-Etienne., alignait un onze prudent, qui regardait jouer l'équipe d'en face dans le premier quart d'heure. Contrariés par l'ouverture du score précoce, les Lorrains devaient abandonner leur schéma frileux, mais ne parvenaient pas pour autant à mettre en danger leurs hôtes sur des attaques placées. Moins justes techniquement, ils pensaient bénéficier du cadeau de Daniel Congré et Vitorino Hilton. A la 19eme, les deux défenseurs se faisaient des politesses, laissant Habib Diallo lancer Ibrahima Niane, et obligeant ainsi leur portier à faucher l'attaquant dans sa surface. Mais le capitaine messin ne profitait pas du penalty, son intérieur du droit trop mou étant brillamment anticipé par Geronimo Rulli. Le gardien argentin se trouvait aussi sur la route d'Habib Maïga dans les arrêts de jeu de la première période, sortant d'une manchette la frappe croisée de l'international ivoirien. Les visiteurs manquaient encore de réalisme à la 63eme, lorsqu'Habib Diallo ratait la cible au terme d'une chevauchée. La réussite allait néanmoins changer de camp à la 81eme, quand un débordement de l'intenable Fabien Centonze finissait sur la tête de son capitaine. Si Geronimo Rulli réalisait d'abord un réflexe salvateur, sa défense tardait à dégageait, et Farid Boulaya - qui venait à peine d'entrer - surgissait pour croiser une frappe puissante. Malgré lui, Vitorino Hilton déviait le ballon, ce qui rendait sa trajectoire imparable. Une égalisation que les Messins sont allés chercher au courage, et qui leur permet d'étirer leur série d'invincibilité à six rencontres. Pas mal pour un promu !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.