Ligue 1 : Strasbourg et Metz dos à dos

Ligue 1 : Strasbourg et Metz dos à dos©Media365
A lire aussi

Arnaud DEMMERLE, Media365, publié le dimanche 13 décembre 2020 à 16h59

Pas de vainqueur dimanche entre Strasbourg et Metz, pour le derby de l'Est à la Meinau (2-2, quatorzième journée de Ligue 1).

Mené deux fois au score, le Racing Club de Strasbourg est parvenu à arracher le match nul face au voisin messin grâce à un petit bijou d'Adrien Thomasson (2-2). Un score de parité qui ne fait pas avancer au classement les deux équipes.

Le FC Metz est bien la bête noire du Racing Club de Strasbourg, face à qui il n'a plus connu la défaite à la Meinau depuis 2006. Les Grenats peuvent nourrir des regrets en Alsace, car ils ont mené deux fois au tableau d'affichage et ont raté un nouveau penalty même si celui-ci prête à discussion. Ils se relancent après deux défaites consécutives à domicile face à Dijon (0-2), puis Lyon (1-3) et gardent leurs distances sur un concurrent direct au maintien. La formation de Thierry Laurey sort, elle, de la zone rouge mais ne gagne toujours pas à domicile (2 nuls et trois défaites).

Mohamed Simakan dans tous les coups

Plus mauvaise défense de Ligue 1, le Racing a fait « honneur » à sa réputation avec deux nouveaux buts encaissés, les absences conjuguées de Lamine Koné et Stefan Mitrovic ne se sont pourtant pas fait ressentir. La charnière centrale composée de Mohamed Simakan et Alexander Dijku a fait le job, mais le premier nommé a concédé deux penalties pour deux mains dans sa surface de réparation. Parti du bon côté sur les deux tirs de Dylan Bronn, le gardien Eiji Kawashima a stoppé le second avec autorité et permis à son équipe de rester en vie (0-1, 51eme). Mohamed Simakan a égalisé une première fois de la tête sur un corner parfaitement botté par Dimitri Liénard pour inscrire son premier but chez les professionnels (1-1, 66eme). Puis Adrien Thomasson, capitaine d'un jour, en a fait de même une seconde fois sur un slalom maradonesque avant de conclure, avec lucidité, d'un petit ballon piqué au-dessus d'Alexandre Oukidja (2-2, 78eme). Le club alsacien aurait même pu arracher la victoire sur une frappe enroulée d'Habib Diallo qui est venu mourir à quelques centimètres de la lucarne de son ancien coéquipier (87eme). Un résultat frustrant au regard de la domination alsacienne, mais qui témoigne de la force de caractère de cette équipe qui tentera de confirmer à Angers en milieu semaine.

L'éclair d'Opa N'Guette

Du côté messin, la tactique était claire et nette : bien défendre et jouer à fond les contres. Les hommes de Frédéric Antonetti ont été largement dominés territorialement et dans la possession du ballon, mais ont profité de certaines erreurs adverses. A commencer par Warren Tchimbembé, impliqué sur les deux penalties obtenues. Dylan Bronn a transformé le premier (0-1, 35eme) avant de voir le portier nippon du Racing stopper le second. C'est le troisième manqué cette saison par un Grenat après Farid Boulaya le week-end dernier contre Lyon et Opa n'Guette contre Dijon. Ce dernier, titularisé en pointe, a été cantonné à la portion congrue. Il ne lui a néanmoins fallu qu'une occasion pour briller, trouvant admirablement le petit filet opposé sur une frappe enroulée du droit (1-2, 70eme). Insuffisant pour revenir les poches pleines de la Meinau, mais les Grenats confirment leur solidité à l'extérieur, eux qui n'ont plus perdu hors de Saint-Symphorien depuis la mi-septembre et un déplacement au Parc des Pinces où ils avaient craqué à la dernière seconde (0-1). Malgré l'absence du capitaine John Boye, la défense a été à son avantage et notamment « Kiki » Kouyaté, auteur d'un match dans le match bluffant avec Ludovic Ajorque. Une option plus crédible pour le coach corse du FC Metz avant le déplacement en milieu de semaine à Montpellier où les Messins tenteront de décrocher leur première victoire depuis le 1er novembre (3 nuls et 2 défaites).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.