Ligue 1 : Rennes accroche un point

Ligue 1 : Rennes accroche un point©Media365

Raphaël Brosse, publié le vendredi 24 janvier 2020 à 22h37

Rennes, troisième de Ligue 1, s'est contenté du nul vendredi à Nice (1-1, 21eme journée).

L'affiche n'était peut-être pas des plus alléchantes, et nul doute que de nombreux amateurs de football ont dû la laisser de côté. Mal leur en a pris. Car ce Nice - Rennes, s'il a accouché d'un score de parité somme toute logique, s'est avéré palpitant de bout en bout, avec des occasions en pagaille (39 tirs au total) et beaucoup d'intensité. Mis sur de bons rails par Kasper Dolberg (47eme), les Azuréens ont finalement été rejoints par les Rennais suite à un but de Flavien Tait (81eme). Troisièmes, les Rouge et Noir ont provisoirement quatre points de retard sur Marseille (3eme) et cinq longueurs d'avance sur Nantes (4eme). L'OGCN, qui aurait pu s'inviter au pied du podium en cas de succès, reste dans le ventre mou (10eme).


Malgré deux coups du sort et un grand Benitez, Rennes arrache un point

Surpris dans son antre par Marseille il y a deux semaines (0-1), Rennes espérait certainement se rattraper avec un succès à Nice ce vendredi. Les Bretons n'y ont, en définitive, engrangé qu'un petit point, mais ils sauront probablement s'en contenter. En première période, les hommes de Julien Stéphan ont en effet globalement subi la domination des locaux, même si Raphinha a pu placer quelques accélérations foudroyantes. Le sort a en outre donné l'impression de s'acharner sur les Brétilliens. Entré en jeu à la place d'un Faitout Maouassa malade (27eme), Gerzino Nyamsi s'est blessé sur l'action ayant conduit au but niçois et a dû céder sa place à Jérémy Gélin (50eme). Les Rennais n'ont pas baissé pavillon pour autant. Dans un grand soir, Walter Benitez a retardé l'échéance, avant de s'incliner sur une frappe du gauche signée Flavien Tait. Ce point est donc plutôt bon à prendre pour le SRFC, qui recevra Nantes, son plus proche poursuivant, vendredi prochain (20h45).

Nice a perdu le fil

Par conséquent, les regrets se trouvent essentiellement dans le camp azuréen. Auteurs d'un premier acte d'excellente facture, à l'image d'un Adam Ounas intenable, les Aiglons avaient bien cru avoir fait le plus dur lorsque Kasper Dolberg a ajusté Edouard Mendy à bout portant. Emballants jusqu'à présent, les protégés de Patrick Vieira se sont toutefois peu à peu mis à reculer, jusqu'à véritablement laisser l'initiative du jeu aux visiteurs. Mis sous pression, les partenaires de Dante ont fini par craquer. C'est maintenant une double confrontation face à Lyon qui attend le Gym, d'abord en Coupe de France jeudi (20h55) puis en championnat dimanche (15h00), à chaque fois à l'Allianz-Riviera. De quoi en savoir un peu plus sur ce que ce Nice-là a dans le ventre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.