Ligue 1 : Le PSG remet les pendules à l'heure

Ligue 1 : Le PSG remet les pendules à l'heure©Media365
A lire aussi

Jean-Charles Danrée, publié le mercredi 15 janvier 2020 à 23h06

Paris, cette fois, n'a laissé aucune chance à Monaco, en s'imposant mercredi 4-1 à Louis-II (match retardé de la 15eme journée de Ligue 1).

Alors que Dortmund se profile dans un horizon encore lointain, ces deux confrontations contre l'AS Monaco - effectif le mieux garni de Ligue 1 et seconde attaque derrière Paris - étaient une aubaine pour les hommes de Thomas Tuchel. Ils étaient passés par toutes les émotions lors du premier round (3-3). Le second a été beaucoup plus maîtrisé. Ce qui revient à dire que les Parisiens, froids et pragmatiques, ont appris. Pas avec le même onze, mais avec le même système. La même attaque, surtout. Et c'est la plus belle des victoires, ce soir.

Mbappé, toujours prince de Louis-II

Ne nous y trompons pas : il serait réducteur d'affirmer que le score résume totalement la rencontre. D'abord parce que les premières minutes ont rapidement montré que l'intensité serait à nouveau au rendez-vous entre les deux équipes, qui se sont rendues coup pour coup. Lecomte s'est employé dès la 2ème minute sur une frappe de Neymar, avant que Keylor Navas ne lui réponde dans la foulée sur une tentative de Ben Yedder (4ème). Le ton était donné. Les situations chaudes se sont succédées au fil des minutes et Paris a mis du temps à bien quadriller le terrain. Il fallait un déclic.

Et qui de mieux que Kylian Mbappé pour débloquer la situation ? Le champion du monde français a profité d'une passe bien ajustée d'Angel Di Maria pour ouvrir le score en solitaire, avant de célébrer son but tout en sobriété dans cette arène qu'il connaît comme sa poche (0-1, 24ème). Un but discuté puis validé par la VAR, qui s'est éternisée dans sa prise de décision.



En face, l'ASM a livré une vraie opposition. La révolte ne s'est pas faite attendre et Navas a encore fait le job sur une grosse opportunité de Gelson Martins, toujours aussi difficile à contenir sur son côté (27ème). Mais le dernier quart d'heure de la première mi-temps a vu Paris monter en régime. Et Neymar a transformé un penalty obtenu par Kurzawa pour mettre les siens à l'abri (0-2, 45ème+2).

Un PSG plus pragmatique

Le second acte a été un modèle de gestion dans les deux surfaces pour les Parisiens, qui ont encore eu quelques sueurs froides, à l'image de cette belle attaque placée avec Ballo-Touré à la conclusion (62ème), ou d'un tir croisé de Keita Baldé repoussé par Keylor Navas (67ème). Mais ce sont bien les hommes de Thomas Tuchel qui ont eu le dernier mot après plusieurs situations pour faire le break. Kylian Mbappé a manqué la plus nette, en croisant un peu trop son ballon piqué (59ème). Mais Pablo Sarabia, entré en jeu, ne s'est pas fait prier pour exploiter une superbe ouverture d'un autre entrant, Marco Verratti (0-3, 72ème). Décousues, les dernières minutes ont vu l'ASM sauver l'honneur par Bakayoko (1-3, 87ème) avant un dernier coup de poignard parisien signé Kylian Mbappé, d'une conclusion clinique (1-4, 90ème+1).



Avec ce test grandeur nature en deux étapes, Paris boucle la phase la plus importante de ce début d'année avant les grandes échéances de février. Thomas Tuchel ne l'avouera pas, mais elles sont déjà dans toutes les têtes. Ses hommes avaient une première réponse à lui donner. Le contrat est rempli.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.