Ligue 1 : L'OM termine mal l'année 2020

Ligue 1 : L'OM termine mal l'année 2020©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le mercredi 23 décembre 2020 à 22h55

Complètement à côté de la plaque durant 70 minutes, l'Olympique de Marseille s'est logiquement incliné à Angers (2-1). Longtemps inefficace et apathique, le club phocéen, malgré ses deux matchs en retard à jouer, voit ses concurrents pour le podium prendre de la distance.

Comment griller ses cartouches en trois leçons ? Demandez à l'Olympique de Marseille ! Alors qu'il doit encore disputer deux matchs en retard contre Lens et Nice, le club phocéen a une nouvelle fois perdu du terrain sur ses concurrents pour le podium. Car, complètement à la rue durant un peu plus d'une heure, les protégés d'André Villas-Boas, battus à Rennes et accrochés par Reims, ont très logiquement chuté à Angers (2-1) sur des réalisations de Mathias Pereira Lage (4eme) et Loïs Diony (23eme), alors que Valentin Rongier (75eme) a redonné espoir aux siens. Désormais cinquièmes, les Marseillais comptent 7 points de retard sur le Paris Saint-Germain, 3eme.

Diony s'amuse dans la défense marseillaise

Et cette défaite n'a (quasiment) souffert d'aucune contestation. Malgré un pressing efficace dans les premiers instants, les Olympiens ont pris un premier crochet d'entrée. Suite à un bon travail de Loïs Diony, Mathias Pereira Lage profitait d'une intervention ratée de Valentin Rongier pour ajuster Steve Mandanda d'une frappe du pied gauche dans le petit filet opposé (1-0, 4eme). Un début cauchemardesque pour l'OM, qui aurait pu couler dans la foulée sans la maladresse d'Angelo Fulgini, pas assez précis sur sa reprise au point de penalty après un contre éclair mené par Souleyman Doumbia (12eme).

Ce n'était que partie remise pour un SCO solide défensivement et efficace sur ses attaques placées. Profitant de deux contres favorables à l'entrée de la surface, Loïs Diony, dos au but, échappait à la vigilance de Yuto Nagatomo pour faire trembler l'autre petit filet de Steve Mandanda, stoïque sur sa ligne, d'une demi-volée astucieuse (2-0, 23eme). Un but du break qui enfonçait un peu plus des visiteurs totalement apathiques. En dépit d'une possession du ballon favorable, Marseille ne proposait absolument rien, à l'image des deux attaquants, Valère Germain et Dario Benedetto, inexistants durant 45 minutes.

Payet manque son penalty, l'OM se réveille trop tard

Au retour des vestiaires, ce n'était guère mieux pour la bande à André Villas-Boas. Très, parfois trop agressifs, les Angevins parvenaient à intimider des Olympiens incapables de se rebiffer. Dépassé sur son banc de touche, le coach portugais lançait alors Florian Thauvin. Une entrée qui changeait radicalement le visage marseillais. À tel point que le champion du monde tricolore obtenait un penalty pour une main dans la surface de Mathias Pereira Lage. Mais Paul Bernardoni, pas du tout inquiété jusqu'ici, détournait magnifiquement la tentative de Dimitri Payet d'une superbe horizontale (70eme).

Alors qu'on pensait les Marseillais au fond du trou, le Réunionnais trouvait les ressources mentales pour distiller un joli ballon piqué à Valentin Rongier, qui d'un coup de tête exceptionnel à l'entrée de la surface, relançait l'OM (2-1, 75eme). Une réalisation qui aurait pu faire basculer la rencontre, puisque dans la foulée, Boubacar Kamara (76eme), Florian Thauvin (78eme) et Marley Aké (94eme) passaient proches de l'égalisation. Il était finalement écrit que Marseille devait repartir d'Angers sans le moindre point dans l'escarcelle. Une défaite difficile à avaler mais logique au vu de la prestation globale des Sudistes, dont le réveil trop tardif laissera forcément des regrets...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.