L1 : Le PSG se sort difficilement du piège à Brest

L1 : Le PSG se sort difficilement du piège à Brest©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le samedi 09 novembre 2019 à 19h30

Une semaine après sa défaite à Dijon (2-1), le PSG s'est à nouveau fait peur samedi à Brest, mais a arraché la victoire dans les dernières minutes (1-2) après avoir encore été rejoint au score. Les Bretons perdent leur invincibilité à domicile cette saison face à des Parisiens qui prennent 10 points d'avance en tête de la L1.

Le debrief
Le PSG a encore joué avec le feu samedi. Mais il s'est cette fois tiré d'affaire en arrachant la victoire dans les dernières minutes à Brest (1-2). Entré peu avant à la place d'Edinson Cavani, Mauro Icardi a fait basculer la rencontre avec son 9eme but de la saison toutes compétitions confondues. Une semaine après leur défaite surprise à Dijon (2-1), les Parisiens renouent avec la victoire en championnat et reprennent provisoirement 10 points d'avance en tête du classement. Ils brisent aussi au passage l'invincibilité des Brestois à domicile cette saison. Des Bretons punis en fin de match après une prestation ambitieuse, où ils ont parfois fait mieux que jeu égal avec le PSG. Mais ils ont manqué de l'efficacité froide d'Icardi dans la surface adverse.



Avant ce dénouement heureux, les Parisiens avaient alterné le bon et le médiocre. Auteurs d'une bonne entame malgré un onze de départ remanié, avec des titulaires en manque de temps de jeu ces dernières semaines (Draxler, Cavani, Sarabia, Kurzawa, Rico), ils avaient mis d'entrée l'intensité réclamée la veille par Thomas Tuchel en conférence de presse. Mais ils n'obtenaient pas pléthore d'occasions pour autant, par manque de justesse aux abords de la surface. Le PSG était même gêné dans la relance par le placement haut des Brestois, qui ont bénéficié de ballons de récupération intéressants grâce à leur pressing. Mais c'est aussi sur une situation de pressing qu'ils ont été pris en contre en fin de première période.

Devant au score, comme à Dijon ou contre Bruges dans la semaine en Ligue des Champions (1-0), le PSG s'est à nouveau laissé endormir, pris dans un faux-rythme qui a maintenu les Bretons dans le match. L'égalisation finalement pas si imméritée des hommes d'Olivier Dall'Oglio, qui avaient toutefois peu investi le camp adverse dans ce second acte, a secoué des Parisiens gagnés par la fébrilité. S'en est suivi une bonne dizaine de minutes de flottement, jusqu'à l'entrée d'Icardi, mais aussi d'Eric-Maxim Choupo-Moting et de Marquinhos, qui ont participé à remettre de l'ordre dans la maison. D'autant plus important que ce match était justement une question d'ordre à rétablir. Le PSG l'a fait, mais dans la difficulté. Preuve que le patron manque encore d'autorité.
L'instant T :
Les Brestois jouent leur chance à fond et mènent l'attaque à la 85eme minute. Alexandre Mendy cherche à trouver Yoann Court dans l'axe, mais Abdou Diallo vient couper une offensive particulièrement dangereuse pour le PSG. Avec sa récupération, le défenseur parisien lance le contre sur lequel son équipe pliera le match. Cruel pour les Bretons.
Les buts
40eme minute (0-1)
Sarabia se sort du pressing brestois pour servir Verratti. Le milieu italien se retourne et trouve Draxler entre les lignes bretonnes. L'Allemand lance Di Maria, qui se présente seul face à Larsonneur et réalise sa « spéciale » en piquant son ballon au-dessus du gardien. D'abord signalé hors-jeu, « Fideo » était parti à la limite et est réhabilité par le VAR.

72eme minute (1-1)
Superbe sortie de balle des Brestois, qui repartent de Larsonneur pour remonter tout le terrain. Excentré sur la droite, Charbonnier cherche Cardona plein axe. Il bénéficie d'un contre favorable face à Thiago Silva, trop tendre, et le ballon revient sur Court, qui fixe avant de décaler Grandsir. Ce dernier conclut d'une frappe entre les jambes de Rico.

85eme minute (1-2)
Sur un contre parisien, Draxler lance Choupo-Moting sur le côté gauche. Sans contrôle, l'international camerounais centre au cordeau vers Icardi. Bain est trop court pour dégager et l'attaquant argentin conclut avec beaucoup de sang-froid, malgré le retour de Perraud et de Larsonneur sur sa ligne.
Les tops et les flops
Idrissa GUEYE (6)
Après un début de match compliqué, en particulier dans la première relance, pour résister au pressing brestois, Idrissa Gueye est monté en puissance au fil des minutes. Le Sénégalais a gratté énormément de ballons à la récupération et montré du mieux techniquement. Le retour du Gueye infatigable travailleur dans l'entrejeu.
Pablo SARABIA (4)
Peu utilisé ces dernières semaines, Pablo Sarabia est clairement apparu en manque de rythme. L'ailier espagnol a beaucoup tenté depuis son côté droit. Mais il a très peu réussi, à l'image de centres dans l'ensemble imprécis. Il a étalé un manque de confiance criant dès qu'il a touché le ballon. De l'envie, mais c'est à peu près tout.
Edinson CAVANI (3)
Edinson Cavani a manqué l'opportunité de marquer des points pour sa première titularisation avec le PSG depuis août. Loin d'être saignant physiquement et peu inspiré techniquement, l'attaquant uruguayen a traîné sa peine à la pointe de l'attaque parisienne. Jamais dans le coup et dans le tempo de ses partenaires. Pour ne rien arranger, Icardi a surgi pour donner la victoire à Paris.

La feuille de match
BREST - PSG : 1-2
Stade Francis-le-Blé (15 000 spectateurs environ)
Temps venteux - Pelouse bonne
Arbitre : M.Lesage (6)

Buts : Grandsir (72eme) pour Brest - Di Maria (40eme) et Icardi (85eme) pour le PSG

Avertissements : Court (95eme) pour Brest - Draxler (74eme) et A.Diallo (91eme) pour le PSG

Expulsion : Aucune


Brest
Larsonneur (5) - Faussurier (5), Castelletto (4), Bain (4), Perraud (5) - I.Diallo (6), Belkebla (5) - Cardona (5) puis A.Mendy (78eme), Autret (cap) (4) puis Grandsir (65eme), Court (6) - Charbonnier (6)

N'ont pas participé : Léon (g), Duverne, Baal, Magnetti, Mbock
Entraîneur : O.Dall'Oglio


PSG
Rico (5) - Dagba (6), T.Silva (cap) (4), A.Diallo (6), Kurzawa (5) - Gueye (6), Verratti (5) puis Marquinhos (80eme) - Sarabia (4) puis Choupo-Moting (80eme), Draxler (6), Di Maria (6) - Cavani (3) puis Icardi (80eme)

N'ont pas participé : Innocent (g), Kimpembe, Bernat, Paredes
Entraîneur : T.Tuchel

Vos réactions doivent respecter nos CGU.