L1 (J8) : Une démonstration du PSG pour renvoyer Bordeaux à ses chères études

L1 (J8) : Une démonstration du PSG pour renvoyer Bordeaux à ses chères études©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le samedi 30 septembre 2017 à 19h00

Le PSG a brisé sèchement l'invincibilité de Bordeaux en L1 en atomisant les Girondins samedi au Parc des Princes, après une première période monstrueuse (6-1). Les Parisiens ont ainsi profité du faux-pas de Monaco contre Montpellier pour reprendre trois points d'avance en tête du classement avant la trêve internationale.

 
Le debrief
Encore un show de Neymar & co. Trois jours après avoir rendu chèvre le Bayern Munich en Ligue des Champions (3-0), le PSG a fait exploser Bordeaux samedi en L1 (6-2). Une démonstration de force des Parisiens contre une équipe arrivée invaincue au Parc des Princes et qui est la troisième meilleure équipe de France en 2017. A priori, les Girondins avaient tout pour faire passer un vrai test au club de la Capitale avant la trêve internationale. Sauf que les plans de Jocelyn Gourvennec n'ont pas résisté à la tornade. Après seulement vingt minutes, le match était plié, sous les coups de boutoir du trio Neymar-Mbappé-Cavani, bien soutenu par un Julian Draxler brillant dans un rôle de relayeur. Froid de réalisme, le PSG a mis trois buts sur ses trois premiers tirs cadrés et joué à sa main tout le reste du match. Il y a bien eu un relâchement coupable pour permettre à Bordeaux de revenir à 3-1. Mais deux accélérations avant la pause ont suffi aux Parisiens pour punir à nouveau des Girondins apathiques et rentrer aux vestiaires avec quatre buts d'avance.

Cinq pions, tous plus beaux les uns que les autres, en première mi-temps, ce n'était jamais arrivé au sextuple champion de France dans toute son histoire. Un bel hommage offert à Francis Borelli, président historique du club dont les dix ans de la mort étaient célébrés par un Parc en fête ce samedi après-midi. Le PSG est parfois tombé dans la facilité, mais comment lui reprocher avec un tel score au tableau d'affichage et un tel potentiel offensif, qui permet même aux tentatives les plus folles d'être couronnées de succès. L'histoire de la saison retiendra aussi que le « penaltygate » a peut-être trouvé sa résolution, avec Neymar pour transformer celui obtenu par Paris à la 40eme minute, ce qui deviendra bientôt anecdotique. Ce qui l'esy moins, c'est que le PSG a repris trois points d'avance sur Monaco avec le nul de l'ASM contre Montpellier vendredi (1-1) et qu'il a encore envoyé un message fort à la France du football. Oui, il y a de quoi avoir peur devant ces Parisiens-là.
Le film du match
5eme minute (1-0)
Coup-franc plein axe suite à une faute indiscutable de Toulalan sur Mbappé. Neymar s'en charge de 28 mètres et sa frappe enroulée du droit prend une trajectoire vicieuse, pour retomber dans la lucarne droite d'un Costil scotché sur sa ligne.

12eme minute (2-0)
Kimpembe casse les lignes d'une passe vers Mbappé, qui remise vers Neymar d'une talonnade. L'attaquant brésilien accélère et fixe la défense bordelaise avant de servir Cavani dans la profondeur. Du bout du pied droit, l'Uruguayen bat Costil sur sa gauche.

21eme minute (3-0)
Draxler s'avance sans être attaqué et décale sur le côté gauche Berchiche, qui centre en une touche à ras de terre. Mbappé manque sa reprise et le ballon file jusqu'à Meunier, seul au second poteau pour déposer son tir dans la lucarne de Costil.

31eme minute (3-1)
A la tombée d'un corner bordelais mal dégagé par la défense du PSG, Pellenard hérite du ballon plein axe. Il se joue de Verratti pour lancer De Préville à la limite du hors-jeu. L'ancien Lillois fixe Areola pour donner un caviar à Sankharé, qui pousse le ballon dans le but vide.

36eme minute
Transversale de Kamano vers Lerager, esseulé sur la droite. L'international danois remet en retrait pour Lewczuk, qui centre sur un pas. Au second poteau, Kamano est libre de tout marquage, mais il est trop juste pour cadrer sa reprise de la tête à bout portant.

38eme minute
Sur un coup-franc rapidement joué par Neymar, Mbappé tacle pour placer un tir croisé que Costil repousse du genou. Dans la foulée, les Bordelais partent en contre-attaque. De Préville fixe Berchiche pour servir sur sa droite Malcom, qui frappe du droit en bout de course. Areola s'interpose à son tour, du pied droit.

39eme minute
Encore une attaque rapide pour les Parisiens. Mbappé trouve dans l'axe Cavani, qui décale ensuite Draxler sur la gauche. Le vainqueur de la dernière Coupe des Confédérations enroule sa tentative du droit, mais l'écrase trop pour réellement mettre en danger Costil, qui se couche bien sur sa gauche pour repousser.

40eme minute (4-1)
Penalty pour le PSG, pour une main volontaire d'Otavio à l'angle de la surface de réparation, dans une position pourtant peu dangereuse pour son équipe. Neymar se charge de la sentence et la transforme en toute tranquillité, malgré le coup de bluff de Costil, placé très à gauche de son but.

45eme minute (5-1)
Draxler chipe le ballon dans son camp et accélère pour mener la contre-attaque parisienne. L'international allemand joue le trois contre deux en décalant Mbappé sur la droite. Sa passe est légèrement trop en arrière, mais l'ex-Monégasque s'en sort en déposant son centre au second poteau pour retrouver Draxler, qui place une volée du gauche splendide dans le petit filet opposé de Costil.

58eme minute (6-1)
Draxler gratte le ballon dans les pieds bordelais. Il accélère balle au pied, se faufile dans la défense girondine et délivre un petit ballon dans la profondeur parfait pour Mbappé. Ce dernier, dans une position excentrée, tope sa frappe croisée du droit, juste ce qu'il faut pour battre Costil.

69eme minute
Malcom fixe la défense parisienne avant de servir A.Mendy dans le dos. Dans un angle extrêmement fermé, l'ancien Guingampais adresse une frappe surpuissante. Areola bouche bien son angle, mais il est tout de même suppléé par son poteau gauche.

72eme minute
A la tombée d'un centre très aérien, Marquinhos est trop court pour repousser de la tête et il prolonge au second poteau jusqu'à Kamano. Il s'applique sur sa frappe du droit, qu'Areola claque avec la main opposée au-dessus de sa barre transversale.

79eme minute
Exceptionnel jeu en triangle des Parisiens, avec Di Maria en accélérateur, Lo Celso en relais et Neymar à la conclusion. Le milieu argentin trouve le Brésilien d'un petit ballon piqué d'une magnifique subtilité et son partenaire reprend d'une volée du gauche croisée frôlant le poteau de Costil.

90eme minute (6-2)
Penalty pour Bordeaux, pour une faute indiscutable de Meunier sur Cafu, qui l'avait pris de vitesse sur le côté gauche. Malcom se charge du penalty et l'envoie dans la lucarne droite d'Areola d'une frappe puissante.
Tops et flops

TOP 3

Dans un rôle de relayeur qui lui convenait a priori moins que celui de meneur de jeu à l'ancienne, DRAXLER a rendu une copie d'une toute autre tenue qu'à Montpellier la semaine. Impliqué dans le travail défensif, il s'est occupé de la récupération et de la finition puis de la passe décisive sur deux buts parisiens. Sa facilité technique a fait un bien fou pour fluidifier les offensives du PSG. Une option de plus à ce poste pour Unai Emery.

Un bijou sur coup-franc, une passe décisive pour Cavani : NEYMAR s'est chargé de plier le match en un quart d'heure. Il y a ajouté un penalty après la pause pour conclure sa prestation quasi parfaite. A mettre seulement à son débit un trop-plein de facilité qui lui a coûté des pertes de balle évitable. Mais à chaque accélération, il a semé une énorme panique dans la défense bordelaise et semblé retrouver son élan de ses débuts à Paris. Une excellente nouvelle pour le club de la Capitale.

Passeur décisif pour Meunier sur le troisième but du PSG, BERCHICHE a ainsi conclu une rencontre pleine. Le défenseur espagnol est aussi costaud défensivement qu'intéressant offensivement, avec un gros impact physique et une qualité technique intéressante. A ce rythme-là, il pourrait installer une vraie concurrence avec Kurzawa sur le côté gauche de la défense parisienne.


FLOP 3

La charnière bordelaise JOVANOVIC - TOULALAN a vécu un calvaire au Parc des Princes. Dépassée à chaque changement de rythme du secteur offensif parisien, elle a laissé des trous béants dans son dos et souffert dans le duel direct. Quand elle a commis des fautes, elle s'est mise en danger, à l'image du coup-franc sur lequel Neymar a ouvert le score. Terrible.

Sans une passe décisive vers Sankharé, DE PREVILLE aurait probablement vécu sa pire journée sur un terrain de L1. L'ancien Lillois a raté tout ce qu'il a tenté. Ses transmissions étaient mal assurées, même les plus aisées, et ses tirs étaient tentés sans conviction. En sus, il a commis un nombre incroyable de fautes pour un avant-centre (5). Un grand moment de solitude.

Bien évidemment, OTAVIO a fait ce qu'il a pu pour colmater les brèches dans son rôle de sentinelle. Mais il a laissé trop de boulevards dans son dos et subi les vagues incessantes des Parisiens. Surtout, il a commis une faute de main évitable au moment où Bordeaux paraissait en mesure de relancer le match face au PSG. Lui n'a pas passé avec succès son premier gros test en France.
Monsieur l'arbitre au rapport
Un penalty justement accordé au PSG, une maîtrise constante des événements : Alexandre Letexier n'a pas commis la moindre erreur, même s'il aurait probablement dû avertir Nicolas De Préville, dans un match qui a perdu en intensité après la pause. Cela a facilité la tâche de l'arbitre, serein jusqu'à son dernier coup de sifflet.
La feuille de match
L1 (J8) : PSG - BORDEAUX : 6-2
Parc des Princes (45 000 spectateurs environ)
Temps ensoleillé - Pelouse excellente
Arbitre : M.Letexier (7)

Buts : Neymar (5eme et 40eme sp), Cavani (12eme), Meunier (21eme), Draxler (45eme) et Mnbappé (59eme) pour le PSG - Sankharé (31eme) et Malcom (90eme) pour Bordeaux

Avertissements : Meunier (45eme+1) pour le PSG - Jovanovic (40eme) pour Bordeaux

Expulsion : Aucune


PSG
Areola (6) - Meunier (6), Marquinhos (cap) (7), Kimpembe (7), Berchiche (7) - Verratti (6) puis Nkunku (79eme), Rabiot (7) puis Lo Celso (70eme), Draxler (8) - Mbappé (7), Cavani (6) puis Di Maria (61eme), Neymar (8)

N'ont pas participé : Trapp (g), Thiago Silva, Dani Alves, Lucas
Entraîneur : U.Emery


Bordeaux
Costil (3) - Sabaly (non noté) puis Lewczuk (33eme / 3), Jovanovic (2), Toulalan (cap) (2), Pellenard (3) - Lerager (3), Otavio (2), Sankharé (4) - Malcom (5), De Préville (2) puis A.Mendy (56eme), Kamano (2) puis Cafu (75eme)

N'ont pas participé : Prior (g), Plasil, Vada, Laborde
Entraîneur : J.Gourvennec

 
40 commentaires - L1 (J8) : Une démonstration du PSG pour renvoyer Bordeaux à ses chères études
  • Le QPSG avec toutes ses stars à mis la main sur la ligue 1 , reste les miettes et l'humiliation pour les autres .
    Pauvre championnat !!

  • Le niveau baisse .... Euh ! Faut encore le prouver .... Regardons le classement de la France aujourd'hui (dépendant des résultats des clubs) et comparons à celui d'il y a dix ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans. En tout cas les clubs français pillés par les clubs étrangers plus riches, ils forment à tour de bras des jeunes joueurs pleins de talent pour remplacer les partants ....
    Quant au P.S.G, c'est vrai que si c'était de l'argent russe comme à Monaco ou allemand ou l'argent du Roi (comme à Madrid), ça serait pas pareil ! Mais là de l'argent arabe et musulman, Pouah ! quelle horreur !
    Ainsi va le racisme, inconscient ou conscient ...
    le rigolo est que ce sont les mêmes qui voudraient de toutes leurs forces qu'un club français gagne la Coupe d'Europe ... et qui peut-être admirent le Bayern et l'Allemagne, où le Bayern gagne le championnat 4 années sur 5, ou l'Espagne où Real et Barcelone sont souvent seuls au monde ! Mais là ça abaisse pas le niveau ?
    Quant au sélectionneur de l'équipe nationale (évidemment très mauvais, et tous les prétendus supporters footeux, ont un palmarès largement supérieur au sien ...), il a bâti des équipes qui ont pas trop mal figuré lors des deux dernières compétitions. Mais il doit être étranger ! pensez ! il sélectionne des noirs ! et même parfois des Français d'origine maghrébine et pas des petits gars bien de chez nous (qui, si on cherche un peu, ont un grand-père ou une grand-mère venu de Pologne, de Géorgie, du Portugal ..
    Ils sont drôles (enfin pas tant que ça !), les amateurs de foot !

    Complètement d'accord avec vous ETI45 !
    sauf que vous ne parlez pas des "amateurs de foot" mais des tocards éternels grincheux adeptes des commentaires de comptoirs de bistrots, en manque évident de clairvoyance et de façon évidente d'éducation ....
    car bien heureusement, tout le monde n'est pas basiquement raciste dans notre pays, ...
    et particulièrement chez ceux qui vouent une passion sincère au Football pour ce qu'il a de meilleur.

    bravo dans l'ironie mais si vrai

  • Pas surpris du score...beaucoup de réussite jusqu'à lors pour Bordeaux, tout comme ASSE, des résultats quelque peu flatteurs.... pour les Qataris.... ils sont à l'aise dans un championnat de niveau 2 Européen (médiocre depuis plus de 20 ans....) c'est pour cela qu'il ont choisit la France (promo coupe du monde) ils n'iront pas plus loin que les 1/4 comme d'hab.... Le PB c'est que l'on à maintenant un championnat appauvri à 19 équipes (1place Européenne achetée par les qataris, la seconde pour Monaco et il reste quoi....) et quand tu vois Deschamps qui sélectionne encore des Matuidi, Sissoko, Jallet Digne et Cie.... au niveau national on est bien dans la M.....

  • journalistes a deux balles un peu de respect pour les autres equipe de ligue 1 de toute façon y en na que pour le qatar saint germain quand tu regarde les autres ploucs de 20h00 foot le soir sur c new ya que l equipe du qatar dans leurs gueules les autres equipes n existe plus la ligue 1 ne veut plus rien dire le fric du psg a tout pourrie

    ce fut la même chose pour l'ol et l'ol en leurs temps

  • Ayant pratiqué le foot pendant presque 30 ans,je suis dégouté par la ligue 1.Quels intérêts pour les clubs de rencontrer le Qatar club . Aucun . Triste foot pourri par le fric

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]