L1 (J6) : Reims - Dijon, voyage au bout de l'ennui

L1 (J6) : Reims - Dijon, voyage au bout de l'ennui©Media365
A lire aussi

Vincent DEGREMONT, publié le samedi 22 septembre 2018 à 23h00

La rencontre, annoncée charnière pour ces deux formations qui avaient bien commencé leur championnat pour marquer le pas ensuite a accouché d'une souris. Il y a eu un peu de rythme au début, puis de moins en moins entre une équipe incapable de produire du jeu et une autre venue pour le refuser.

Le debrief
« Confirmer à domicile contre Dijon » après le nul courageux obtenu à Nantes, c'était l'objectif claironné par Yunis Abdelhamid en conférence de presse. Avec seulement 45% de possession contre un bloc qui s'était déplacé pour faire 0-0, les Champenois ont étalé leurs limites offensives criantes. Incapables de produire des attaques placées à domicile malgré la titularisation de Marvin Martin au poste de milieu offensif, les protégés de David Guion ont préféré attendre les contres. Seuls quelques rares coups de pieds arrêtés ont fait passer un frisson dans les travées d'Auguste Delaune. Au pain et à l'eau plutôt qu'au champagne et aux biscuits roses, les supporters du Stade de Reims ont sifflé à la fin de la partie des joueurs qui n'ont plus trouvé la faille depuis plus de trois matches. Intenables à l'échelon inférieur la saison passée, les attaquants rémois n'y arrivent pas dans l'élite. Inquiétant, d'autant plus que les Champenois se rendront au Parc des Princes lors de la prochaine journée.

Olivier Dall'Oglio attendait une « réaction du groupe » après deux défaites consécutives à domicile et proposait un inhabituel 3-5-2, éjectant Rosier, Yambéré, Loiodic et Sliti de son onze de départ. Un 3-5-2 sur le papier, car les Bourguignons se sont clairement déplacés pour ne pas prendre de but. Aucune frappe cadrée en plus de 90 minutes, des séries de transmissions horizontales ou vers l'arrière, un match cadenassé avec maîtrise. Mais rendu soporifique, même si Runarsson a quand même fait peur à ses partenaires en commettant une boulette sans conséquence aux portes du temps additionnel. La venue de Lyon à Gaston Gérard sera à scruter avec attention : quelle sera l'attitude du DFCO devant ses propres supporters ?
Le film du match
15eme minute
Sur un corner botté par Chavalerin côté gauche et retombant au point de penalty, Abdelhamid va plus haut que tout le monde, mais son coup de casque ne fait que lécher l'équerre de Runarsson.

27eme minute
Un coup-franc lointain de Chavalerin retombe derrière l'alignement dijonnais. Chavarria arme une tête que Runarsson repousse d'un réflexe des poignets peu académique, mais efficace !

36eme minute
Sur un coup de pied de coin de Chavalerin venu de la droite, Abdelhamid joue jusqu'au bout le ballon contre Runarsson et dévie dans les gants du gardien. La balle ricoche sur le bras d'Engels, que Ciman empêche de pousser au fond par la suite.

83eme minute
Oudin envoie Konan au centre sur l'aile gauche. L'Ivoirien trouve Chavarria, qui claque au second poteau une tête puissante, mais pas assez maîtrisée pour attraper le cadre.

90eme minute
Chavarria travaille Haddadi, avant de centrer tendu... Runarsson commet une faute de main, et manque de rentrer la balle dans ses propres filets. Le portier islandais s'en sort finalement avec un simple corner.
Tops et flops

TOP 3

Dijon a bétonné autour de CIMAN. Organisant son bloc bas avec sang-froid et métier, l'international belge s'est montré parfait sur les quelques situations chaudes qui auraient pu causer des frayeurs à ses partenaires. S'il n'avait pas été là...

Son alter-ego rémois a lui aussi réalisé un gros match. Gardant l'habitude de gagner la plupart de ses duels, ABDELHAMID est également venu porter le danger sur les coups de pieds arrêtés. N'ayant peur de rien de la tête, il a mis la pression à Runarsson en allant lui contester les ballons dans les airs. Récompensé défensivement, mais pas sur ses montées.

Si Abdelhamid a pu venir porter le danger sur les coups de pieds arrêtés, c'est parce que ces derniers étaient tirés avec justesse. Comme le Stade de Reims ne parvenait pas à rentrer dans les 30 derniers mètres par des séquences, il a dû s'en remettre à une bonne vieille technique de Ligue 2 : les coups-francs lointains qui flottent et retombent devant le but. A ce petit jeu-là, CHAVALERIN s'est montré adroit. Le public a pensé trois fois « Chava le faire », mais Abdelhamid et Chavarria n'ont pu conclure.

FLOP 3

Prêté par le finaliste de la dernière Ligue des Champions, OJO s'annonçait comme le gros coup de la fin du mercato ! Titularisé sur l'aile droite d'un 4-3-3, l'international espoir anglais a finalement laissé Haddadi et Lautoa bien tranquilles. Et Chavarria s'est morfondu en pointe. Une sortie dès la 58eme en forme de sanction. Il faudra livrer des copies plus convaincantes pour intéresser Jürgen Klopp !

Milieu offensif à l'ancienne en soutien de l'attaquant, c'est peu dire que MARTIN a déçu. A la peine physiquement contre ses chiens de garde, il n'a pas su ouvrir des brèches et mettre dans de bonnes disposition sa triplette de devant. Une prestation expliquant en partie l'indigence du spectacle offensif proposé par le Stade de Reims.

Artificier en chef des Bourguignons avec 3 réalisations cette saison, TAVARES a lui aussi été fantomatique sur la pelouse d'Auguste Delaune. Envoyé au charbon, le Cap-Verdien a été mangé dans ses duels aériens par les tours de contrôle Abdelhamid et Engels. Ses partenaires n'ont jamais cherché à s'approcher de lui et à l'alimenter en bons ballons. Une rencontre ingrate à vite oublier.
Monsieur l'arbitre au rapport
Dans un match sans tension apparente, sans vice, sans rythme, avec seulement quelques tacles plus maladroits que méchants, M.Brisard n'a pas eu à forcer son talent pour maîtriser les débats.
La feuille de match
L1 (6eme journée) : REIMS - DIJON : 0-0
Stade Auguste Delaune (11 523 spectateurs)
Temps doux - Pelouse de qualité
Arbitre : M.Brisard (6)

But : Aucun

Avertissements : Doumbia (31eme) pour Reims - Abeid (58eme) pour Dijon.

Expulsion : Aucune


Reims
E.Mendy (5) -- Foket (5), Engels (6), Abdelhamid (6), Konan (5) - M.Martin (cap) (3) puis Cafaro (74eme), Romao (4), Chavalerin (5) - Ojo (4) puis Suk (58eme), Chavarria (4), M.Doumbia (4) puis Oudin (65eme)

N'ont pas participé : J.Carrasso (g), Métanire, Fontaine, Ndom
Entraîneur : D.Guion


Dijon
Runarsson (4) - S.Coulibaly (4), Ciman (7), Lautoa (5) - Chafik (4) puis Rosier (81eme), Marié (4) puis Sliti (73eme), R.Amalfitano (4), Abeid (4), Haddadi (4) - W.Saïd (4) puis J.Keita (73eme), Tavares (cap) (4)

N'ont pas participé : Allain (g), Yambéré, Loiodice, Jeannot
Entraîneur : O.Dall'Oglio

Vos réactions doivent respecter nos CGU.