L1 (J4) : Auxerre poursuit sa belle série

L1 (J4) : Auxerre poursuit sa belle série©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le samedi 27 août 2022 à 19h57

Auxerre a dominé Strasbourg ce samedi dans le cadre de la 5eme journée de Ligue 1 (1-0). Le promu signe une seconde victoire consécutive et un troisième match sans défaite.



La communion est belle et intense. L'Abbé-Deschamps attendait ça depuis plus 10 ans. Une victoire en Ligue 1 de ses joueurs chéris. Plus agressive et généreuse du début à la fin, l'AJA a logiquement dominé Strasbourg pour signer un deuxième succès d'affilée, après celui de la semaine passée face à Montpellier (1-2). La dynamique est là, pour le plus grand plaisir de Jean-Marc Furlan.

Auxerre avec ses armes

Son équipe a sorti les ingrédients indispensables pour qu'un promu existe en Ligue 1 : lasolidarité, la détermination et l'efficacité. Malgré les absences des buteurs MbayeNiang (suspendu) ou de Gaëtan Charbonnier (blessure), Auxerre a joué crânement sa chance avec le jeune Lassine Sinayoko en pointe. Décomplexé, l'attaquant malien est à l'origine du seul but de cette rencontre. Il décale parfaitement sur la gauche le virevoltant Gaëtan Perrin, qui ajuste parfaitement Mats Sels d'une frappe croisée du gauche chirurgicale (1-0, 29ème).



Les Bourguignons ont souvent plié, mais n'ont pas rompu grâce à une défense rugueuse et courageuse à l'image d'Alexandre Coeff ou du Brésilien Jubal. Dans ses buts, Benoît Costil a enfin gardé sa cage inviolée. Une première pour lui depuis belle lurette, lui qui reste sur une saison délicate avec les Girondins deBordeaux. Il a été précieux dans ses interventions et bien placé, comme en fin de match face à Kévin Gameiro. On retiendra également le match exemplaire du capitaine Birama Touré, véritable plaque-tournante de son équipe. Avec un peu plus de réalisme, l'AJA aurait même pu se faciliter la tâche, mais le Malgache Rayan Raveloson a vendangé l'offrande de l'omniprésent Hamza Sakhi (89ème). Mais nul doute que Guy Roux va sortir quelques bonnes bouteilles de Chablis car avec 7 points en 4 rencontres, son club est largement dans les temps de passage pour se maintenir.

Gameiro dans le dur

Le Racing est, lui, loin de son niveau de l'an passé. Celui qui lui avait permis de rivaliser jusqu'au bout pour une qualification européenne. Strasbourg est toujours à la recherche de sa première victoire de la saison. Après son revers inaugural contre Monaco (1-2), il avait relevé la tête avec deux matchs nuls à Nice (1-1) et dans une moindre mesure à la Meinau face à Reims (1-1). Les Alsaciens sont retombés dans leur travers dans l'Yonne avec une fébrilité défensive évidente. Les blessures de Lucas Perrin et Gerzinho Nyamsi n'expliquent pas tout. Ils n'ont pas été au rendez-vous dans le jeu, mais aussi et surtout dans l'état d'esprit. Ce qui est peut-être le plus inquiétant.

Malgré une domination évidente, au moins territorialement, la formation de Julien Stéphan n'a pas eu énormément d'occasions à se mettre sous la dent. Comme un symbole de l'inefficacité actuelle, Kévin Gameiro n'a pas eu son rendement habituelle, manquant une grosse occasion sur une passe en retrait limpide de son compère Ludovic Ajorque (28ème), juste avant le but auxerrois. Il est également trop court sur une passe par-dessus la défense de Jean-Eudes Aholou (84ème). Adrien Thomasson a joué trop souvent par intermittence alors que Jean-Ricner Bellegarde a manqué de justesse. Et comme Mats Sels ne peut pas jouer à chaque fois les sauveurs, le Racing n'est pas dans le coup en ce début de saison. La crise couve, déjà.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.