L1 (J38) : Victoire fleuve et la C1 en prime pour l'OM

L1 (J38) : Victoire fleuve et la C1 en prime pour l'OM©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le samedi 21 mai 2022 à 23h07

Au bénéfice d'un succès fleuve contre Strasbourg pour le compte de cette dernière journée de L1 (4-0), Marseille a fini de la plus belles des manières sa saison devant son public de l'Orange Vélodrome. Et cerise sur le gâteau, Monaco a été tenu en échec sur la pelouse de Lens, un résultat propulsant les Phocéens à la 2eme place.



Dans un stade Orange Vélodrome plein à craquer planait le doux parfum de l'Europe. La tension était forte, tout comme l'enjeu d'un ultime match où Marseillais et Strasbourgeois jouaient gros : un ticket pour une compétition européenne. La Ligue des Champions pour l'OM, à la lutte avec l'AS Monaco et le Stade Rennais. La Ligue Europa Conference pour le Racing - 5e avant le coup d'envoi - qui avait la possibilité de se qualifier pour la première fois en coupe d'Europe, via le championnat, depuis la saison 1995/1996.

L'OM tente de mettre le feu d'entrée devant 65000 supporters en fusion et se créé plusieurs occasions nettes ! Amine Harit va manquer l'immanquable dès la cinquième minute de jeu. Sur un ballon en retrait improbable d'Adrien Thomasson dans sa propre surface, Arkadiusz Milik intercepte et remise en retrait sur Amine Harit qui frappe sur le poteau de Matz Sels (5'). La pression marseillaise est étouffante. Sur un corner, Duje Caleta-Car place sa tête, dévié au passage par Pape Gueye qui manque le cadre à cinq mètres (7'). Mattéo Guendouzi conclura la tempête olympienne par une frappe en pivot que Matz Sels détourne en corner (8'). La furia marseillaise passée, Strasbourg va clairement sortir la tête de l'eau et va manquer sa chance de jouer un mauvais tour à l'OM. Adrien Thomasson sera l'un des principaux détonateurs. C'est lui qui place une tête bien captée par Steve Mandanda (18'). Kévin Gameiro va ensuite faire frémir le Vélodrome au moment de trop décroiser sa frappe sur un centre d'Anthony Caci (25').



Après une première clameur sur l'ouverture du score du RC Lens contre le Stade Rennais, le Vélodrome va chavirer sur l'ouverture du score de Gerson, auteur d'une frappe limpide et puissante au ras du poteau droit de Sels, qui semble avoir mal bouché son angle (1-0, 32'). Sur un bon rythme, la première période se conclue sur cet avantage olympien et sans énorme occasion supplémentaire.

Strasbourg redémarre mieux la seconde période et sera tout proche de l'égalisation. Ludovic Ajorque, à la lutte dans la surface, parvient à trouver Kévin Gameiro qui manque sa demi-volée, totalement seul dans la surface (49'). Puis c'est Ludovic Ajorque qui voit sa demi-volée captée par Steve Mandanda (50'). Cette bonne entame alsacienne sera stoppée nette par une interruption temporaire du match, en raison de fumigènes gênant la visibilité. L'OM reprend le dessus avec Mattéo Guendouzi qui bute sur Matz Sels (61e), Cengiz Ünder qui frappe dans le petit filet extérieur (62e). Il s'agira des quelques éclairs d'un début de seconde période plus calme. S'en suivra un festival marseillais dans une atmosphère incandescente !

Alors que l'AS Monaco mène 2 buts à 1 sur la pelouse de Lens, l'OM va, de son côté, mettre fin au suspense. Amine Harit allume Matz Sels, auteur d'une parade somptueuse (72e). Ce n'est que partie remise... Cengiz Ünder se charge du but du break (2-0, 75e). Le Turc profite d'une inspiration d'Arkadiusz Milik, qui laisse filer entre ses jambes une passe d'Amine Harit, pour tromper Sels au ras du poteau. Alors que tout le stade Vélodrome prie pour une égalisation lensoise, Gerson aggrave le score d'une frappe croisée, sur une passe de Milik (3-0, 89e). Puis l'OM enfonce le clou par Cédric Bakambu, qui marque en renard des surfaces suite à une frappe repoussée de Valentin Rongier (4-0, 92e).

Pour rendre la soirée magique, il ne manquait plus qu'un ingrédient : une égalisation lensoise contre l'AS Monaco à Bollaert. Le miracle va avoir lieu ! La délivrance viendra du Lensois Ignatius Ganago qui, sur l'ultime coup-franc lensois, trouvera le chemin des filets ! L'OM peut lui faire une statue... grâce à lui, la musique de la Ligue des Champions retentira au Vélodrome la saison prochaine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.