L1 (J36) : Un festival offensif et une polémique pour le PSG contre Bastia

L1 (J36) : Un festival offensif et une polémique pour le PSG contre Bastia©Media365

Geoffrey Steines, publié le samedi 06 mai 2017 à 19h05

Le PSG a fait exploser Bastia samedi (5-0) pour réaliser un pas supplémentaire vers la deuxième place en L1 tout en maintenant un semblant de pression sur Monaco dans la course au titre. Mais l'après-midi a surtout été marqué par un but de Marco Verratti inscrit dans des circonstances confuses et qui fera parler à coup sûr.

 
Le debrief
La nette victoire du PSG sur Bastia samedi (5-0) avait tout pour faire oublier une semaine de polémiques. Entre les expulsions de Thiago Motta et Angel Di Maria à Nice, la visite de Marco Verratti aux joueurs de la Juventus Turin à Monaco ou les rumeurs de bisbille entre Unai Emery et Thiago Silva, le club parisien en avait eu son lot ces derniers jours. Il aura certainement à en répondre d'une nouvelle dans les prochaines heures, la faute à un deuxième but inscrit par Marco Verratti dans des circonstances confuses, probablement contraires aux tacites règles du fair-play en vigueur sur tous les terrains du monde. En rien cette réalisation n'a probablement bouleversé le scénario d'un match à sens unique, dominé d'un bout à l'autre par des Parisiens supérieurs dans tous les secteurs à une lanterne rouge qui a affiché ses limites devant une adversité d'un tel niveau. Mais elle entache une journée qui aurait dû permettre aux quadruples champions de France en titre de panser au moins en partie les plaies ramenés de Nice le week-end dernier.

Les hommes d'Unai Emery pourront le regretter, parce qu'ils ont fait ce qu'il fallait pour repartir de l'avant et faire un grand pas pour sécuriser la deuxième place de la L1, à défaut de réellement relancer le suspense dans la course au titre avec Monaco. Ils ont offert un festival offensif à leur public, avec deux buts en trois minutes pour se mettre à l'abri aux alentours de la demi-heure de jeu et un coup d'accélérateur dans les quinze dernières minutes. Le coaching du staff parisien, gagnant avec les passes décisives de Gonçalo Guedes et de Giovani Lo Celso, a donné un nouveau souffle au PSG devant une équipe de Bastia qui a alors explosé. Une mauvaise affaire pour le Sporting, toujours dernier et désormais flanqué d'une différence de buts de -26 qui pourrait faire la différence au moment de faire les comptes en fin de saison. Mais Paris avait décidé d'être impitoyable ce samedi. Un peu trop.
Le film du match
3eme minute
Touche pour le PSG sur la gauche. Maxwell trouve Matuidi, dont le contrôle orienté le place en position de centre. Il envoie le ballon au second poteau, où Meunier place une tête puissante à l'entrée de sa surface. Une reprise sur laquelle Leca doit réaliser une belle parade sur sa droite.

18eme minute
Après une première occasion parisienne sauvée par Leca, le PSG obtient un corner sur la droite. Lucas le frappe et trouve Thiago Silva, libre de tout marquage aux six mètres. Mais le capitaine manque le cadre de peu sur sa tête piquée et décroisée.

20eme minute
Pas attaqué, Lucas s'avance balle au pied avant de déclencher un tir du droit des trente mètres. Sa tentative surpuissante échoue sur l'arête du but de Leca, resté sans réaction sur cette séquence.

32eme minute (1-0)
Servi à l'entrée de la surface, Draxler masque sa passe en profondeur pour Matuidi, couvert par Saint-Maximin. Le milieu international français applique son centre pour Lucas, qui pousse le ballon au fond au second poteau.

35eme minute (2-0)
Une-deux entre Lucas et Matuidi, qui s'écroule dans la surface après un contact avec El-Kaoutari. Dans la foulée, les Bastiais concèdent la touche, rapidement jouée par les Parisiens alors que Leca s'enquiert de Matuidi, resté au sol près du but corse, et pendant que les visiteurs sont arrêtés. Verratti déclenche néanmoins un tir des 25 mètres qui se loge dans la lucarne de Leca, surpris et gêné par un Draxler en position de hors-jeu devant lui.

41eme minute
Cavani hérite du ballon sur le côté droit de la surface. L'attaquant uruguayen temporise avant de servir Verratti, qui se joue de trois adversaires dans un tout petit périmètre, avant de tomber au contact d'un défenseur bastiais. Il prend finalement sa chance du droit et bute de près sur Leca, sorti à sa rencontre.

42eme minute
Draxler cherche Matuidi à l'entrée de la surface et El-Kaoutari sert involontairement Cavani dans la profondeur. « El Matador » se met dans le sens du jeu sur son contrôle et enchaîne avec un tir du gauche, trop croisé pour attraper le cadre de Leca.

63eme minute
Corner pour le PSG sur la gauche. Draxler enroule son centre au second poteau, où Meunier s'impose au duel avec El-Kaoutari. Sa reprise de la tête, touchée au passage par le défenseur de Bastia, prend une trajectoire lobée et Leca doit s'employer pour sortir le ballon de sa lucarne.

64eme minute
Encore un corner pour le PSG, sur la droite cette fois. Lucas feinte le centre aérien et trouve finalement une passe en retrait vers Draxler, laissé libre de tout marquage et dont le tir croisé passe juste à côté du poteau droit de Leca, scotché sur sa ligne.

76eme minute (3-0)
Situation confuse aux abords de la surface bastiaise, où Draxler trouve une passe magnifique dans une énorme densité de joueurs d'une talonnade inspirée. Guedes fixe ensuite Leca avant d'offrir le but à Cavani, qui n'a plus qu'à terminer le travail.

80eme minute
Penalty pour le PSG pour une faute de Djiku sur Cavani, séché par derrière après une passe de Matuidi dans la surface bastiaise. L'attaquant uruguayen se charge lui-même de la sentence et bute sur Leca, qui a le poing gauche ferme pour repousser le tir puissant à défaut d'être bien placé.

82eme minute (4-0)
Servi par Cavani, Lo Celso efface Djiku d'un petit pont en plein cœur de la surface bastiaise avant de devancer la sortie de Leca pour placer un ballon piqué au-dessus du gardien bastiais. Son tir prend la direction du but, mais Marquinhos touche légèrement le ballon pour marquer son deuxième but en six jours.

85eme minute
Corner pour le PSG sur la droite. Le centre de Draxler est repoussé au premier poteau par Djiku et Lo Celso hérite du ballon à l'entrée de la surface. Le milieu argentin contrôle de la poitrine et envoie un tir du gauche qui fracasse la barre transversale de Leca. Nkunku contrôle ensuite involontairement de la main et l'arbitre signale une faute pour Bastia.

87eme minute
Draxler combine avec Maxwell sur le côté gauche et le latéral brésilien s'infiltre dans la surface bastiaise. Il prend son temps avant de servir Meunier au second poteau. La reprise du plat du pied droit de l'international belge fuit le cadre de Leca.

89eme minute (5-0)
Mauvaise passé en retrait de S.Diallo pour Djiku, devancé par Draxler, qui lance Cavani dans la profondeur du bout du pied. L'attaquant uruguayen place ensuite un pointu pour battre Leca sur sa gauche.
Tops et flops

TOP 3

Passeur décisif sur le dernier but parisien, DRAXLER avait auparavant fait dans l'avant-dernière passe au cours d'une rencontre qu'il aura survolé de sa classe et de son aisance balle au pied. Sa grande liberté d'action lui a permis de se balader sur tout le front de l'attaque et de faire mal à la défense bastiaise par ses inspirations. Encore une fois, il a confirmé qu'il avait bien le niveau international.

MATUIDI a retrouvé son goût pour les courses vers l'avant. Comme il en avait l'habitude par le passé, le milieu des Bleus s'est régalé de ses appels verticaux et de sa faculté à mettre le surnombre pour créer des décalages. Il a causé un problème insoluble à la défense de Bastia, d'autant qu'il était dans un bon jour techniquement. Une prestation qui rappelle pourquoi le PSG ne doit pas à tout prix le pousser vers la sortie l'été prochain.

Avec Saint-Maximin sur son côté, MEUNIER savait qu'il avait le principal poison du Sporting à négocier. Le latéral belge s'est acquitté de cette tâche avec application et autorité, tant sa vitesse lui a permis de rivaliser avec celle du Francilien de naissance. Il a aussi croqué dans les espaces laissés en phase offensive et pesé grandement dans le jeu offensif des siens.


FLOP 3

Avec son gaz, SAINT-MAXIMIN a bien essayé de faire des différences dans son couloir gauche. Mais il est tombé sur Meunier et s'est trop souvent perdu dans des initiatives individuelles, plombées par des erreurs techniques grossières. Il s'est aussi illustré par un investissement défensif douteux, à l'image de son mauvais placement qui a laissé Matuidi en jeu sur l'ouverture du score parisienne.

Placé en deuxième attaquant pour tourner autour d'un Crivelli intéressant par son jeu dos au but, NGANDO n'a pas su bonifier du travail de son partenaire. Celui qui est sorti du centre de formation du PSG a manqué de justesse dans le camp adverse et n'a jamais pesé sur les débats.

Lui aussi devait apporter le surnombre, mais ONIANGUE s'est retrouvé à défendre le plus clair de son temps. Le milieu bastiais s'est alors retrouvé dans un entre-deux où il n'a jamais réussi à trouver sa place. Il a surtout manqué de qualité dans ses transmissions et dans ses initiatives pour amener un plus à sa formation.
Monsieur l'arbitre au rapport
Alexandre Letexier aurait pu s'éviter une polémique s'il avait pris ses responsabilités en arrêtant le jeu avant qu'il ne soit trop tard sur le deuxième but parisien, aussi entaché d'une position de hors-jeu. Dommage, parce qu'outre cette péripétie, l'arbitre a bien maîtrisé son sujet et rendu une copie sans fausse note. Mais celle-là est trop grosse pour être vraie.
La feuille de match
L1 (36eme journée) / PSG - BASTIA : 5-0

Parc des Princes (30 500 spectateurs environ)
Temps pluvieux - Pelouse en excellent état
Arbitre : M.Letexier (4)

Buts : Lucas (32eme), Verratti (35eme), Cavani (76eme et 89eme) et Marquinhos (82eme) pour le PSG

Avertissements : Meunier (74eme) pour le PSG - Leca (35eme) et Mostefa (59eme) pour Bastia

Expulsions : Aucune


PSG
Trapp (5) - Meunier (7), Marquinhos (7), Thiago Silva (cap) (6), Maxwell (6) - Verratti (6) puis Lo Celso (81eme), Rabiot (5), Matuidi (7) puis Nkunku (83eme) - Lucas (6) puis Guedes (75eme), Cavani (6), Draxler (8)

N'ont pas participé : Areola (g), Aurier, Pastore, Augustin
Entraîneur : U.Emery


Bastia
Leca (cap) (5) - Ab.Keita (3), Djiku (3), El Kaoutari (4), Bengtsson (3) - L.Coulibaly (3), Oniangué (3), Mostefa (4), Saint-Maximin (2) puis Danic (58eme) - Ngando (3) puis Nangis (73eme), Crivelli (4) puis S.Diallo (88eme)

N'ont pas participé : Vincensini (g), Saint-Ruf, Cioni, Raspentino
Entraîneur : R.Almeida

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
18 commentaires - L1 (J36) : Un festival offensif et une polémique pour le PSG contre Bastia
  • supporters parisiens je pense que vous l avez dans le c;;; cette annee vite reprendre ibra hi hi hi

  • Que des baveux jaloux sur le forum ? personne pour dire que le PSG est grand ? A part les éternels argument bidons et usés comme
    QSG, voleurs, et autres, aucun argument construit, strictement rien d' étayé, si on cherche bien, il y a largement pire comme comportement en Ligue 1

    Non le PSG n'est pas grand et surtout ses joueurs ont un mental inexistant :
    - échecs répétitifs en ligue des champions surtout contre des équipes inférieures.
    - cette saison, il y avait quelques matches à bien négocier, tous ratés :

    - matches de championnat contre Monaco, aller 0/3 et retour 1/1.
    - match à Nice 1/3
    - phase de poule de LDC, finir 1er de la poule, manqué
    - 8e de finale contre Barcelone, ils ont réussi à rentrer dans l'histoire du foot mais pas dans le bon sens.

    être grand c'est être présent dans les grands rendez vous et respectueux des plus petits : le psg a des bons joueurs de football mais des petits hommes

  • Après moults pénaltys généreusement accordés, d'un ballon sorti de 50 cm des limites du terrain non signalé avec but au bout
    voilà maintenant que l'on profite qu'une équipe qui s'enquiert de l"état de santé d'un adversaire blessé pour lui enfoncer le poignard
    dans le dos. Triste mentalité...
    Les bons supporters du PSG diront, bon on a gagné 5-0 on ne va pas en faire un fromage....
    Mais quelle équipe de mercenaires trop grassement payés!!!

  • Mais quelles merdes ces parisiens !!!!!
    Mais que Q.S.I. REMBALLE.....

  • Citez-nous une équipe qui est sur terre ,aimée par chacune ,et qui a un comportement exemplaire par son fric sur le terrain ou en les tribunes.
    Au sport ,on n'en voit pas en dehors de mesdames adorées du papa