L1 (J30) : Au lieu d'exploser, Lyon s'est rebiffé à Marseille

L1 (J30) : Au lieu d'exploser, Lyon s'est rebiffé à Marseille©Media365

Geoffrey Steines, publié le dimanche 18 mars 2018 à 23h10

Au Vélodrome, l'Olympique Lyonnais est venu à bout de l'Olympique de Marseille (2-3) au terme d'un match animé et revient à deux points de son adversaire du soir au classement.

Le debrief

Ce Lyon est décidément insondable. Comme depuis le début de la saison, l’OL a cette faculté à réagir dans les moments où plus personne ne l’attend. Au bord de la crise de nerfs suite à son élimination en Ligue Europa dans la semaine, il s’est complètement relancé dans la course au podium en L1 avec un incroyable succès à Marseille dimanche en clôture de la 30eme journée (2-3). Incroyable par son scénario et par son dénouement, Memphis Depay endossant encore le costume du héros avec le but de la victoire, à l’instant de ce qu’il avait réalisé contre le PSG en janvier (2-1). Incroyable et surtout logique pour des Gones qui ont largement maîtrisé les débats après une première demi-heure pourtant pénible. Mais l’essentiel est là pour des Lyonnais qui n’ont plus que deux points de retard sur leur adversaire du soir. De son côté, l’OM a probablement abandonné tout espoir de rejoindre Monaco et de viser la deuxième place.

C’était pourtant l’objectif annoncé des Marseillais, qui avaient aussi, via André-Frank Zambo Anguissa, lancé les hostilités par médias interposés en assurant vouloir « exploser l’OL », en représailles d’un match aller qui avait laissé un goût amer (2-0). Pendant une demi-heure, ça en prenait le chemin, tant les hommes de Rudi Garcia ont réussi l’entame parfaite pour profiter des carences actuelles des Gones. Ils se sont installés dans le camp adverse, ont imposé un pressing étouffant et se sont montrés menaçants à intervalles réguliers. Ils ont fini par être récompensés par une ouverture du score logique. Sauf que ce qui aurait pu enfoncer les Lyonnais a eu pour effet de les piquer au vif, alors qu’ils semblaient en plein doute au vu d’une entame de match sans agressivité et sans envie. Mais même dans ce temps faible, ils avaient pu se rendre compte que la défense de l’OM ne donnait pas toutes les garanties de sûreté.

Ils en ont vite profité pour revenir à hauteur et ont entamé dès lors un long temps fort qui s’est prolongé jusque tard en seconde période, sous l’impulsion d’un duo Ndombélé-Aouar absolument irrésistible. A défaut de se mettre à l’abri, les Lyonnais se sont mis à reculer et se sont retrouvés dans les situations inconfortables qui leur ont régulièrement coûté des points depuis le début de la saison. Ça a bien failli leur jouer un nouveau mauvais tour, quand Kostas Mitroglou a joué son rôle de « supersub » en égalisant sur la seule occasion marseillaise de la seconde période, dans le plus pur style d’un OM qui a pris le pli de ne jamais rien lâcher. Mais la rencontre a fini par basculer dans le sens de l’équipe qui avait proposé le plus de choses, avant de se terminer dans la confusion. Lyon a néanmoins ramené de Marseille ce qu’il était venu chercher : l’antidote contre le poison du doute.

Tops et flops

TOP 3

NDOMBELE est à l’image de son équipe, à savoir qu’il sait élever son niveau dans les grandes occasions. Impliqué sur les deux buts lyonnais, le milieu de l’OL a fait preuve d’une énorme activité à la récupération et s’est montré très à son aise pour transpercer des lignes balle au pied, dans son style caractéristique. Une nouvelle preuve de son talent qui ne demande qu’à s’exprimer avec plus de constance.

Autant AOUAR a mis une petite demi-heure à prendre la mesure de ce choc, autant il a pris les clés du jeu une fois qu’il a mis la machine en route. Il a régalé par sa classe et sa qualité technique, qui lui a permis de se sortir de toutes les situations pour orienter le jeu avec justesse. Il a couronné le tout du but de la victoire, avant de sortir à bout de forces, après avoir été hospitalisé en début de semaine.

Sans un S.MANDANDA décisif sur trois parades de classe internationale, l’addition aurait pu être bien plus lourde pour l’OM. Déjà monstrueux à Toulouse, le gardien marseillais s’est encore occupé de masquer les faiblesses de sa défense, qui est apparu ultra fébrile d’un bout à l’autre du match. Frustrant pour lui qu’une telle prestation se solde par une défaite.

FLOP 3

THAUVIN n’a pas arrangé son cas pour ce qui est de son rendement dans les grands matchs. Encore une fois, il n’a pas pesé sur les événements à la hauteur de la saison qu’il réalise et a trop vite disparu de la circulation, après un premier quart d’heure intéressant. Lui aussi a semblé en manque de jambes et n’a pas su s’inscrire dans le collectif.

B.SARR avait régulièrement donné satisfaction à son nouveau poste de latéral droit, il est passé au travers cette fois. Lancé à la demi-heure de jeu, il n’a pas été aidé par le fait que Marseille a ensuite traversé un énorme temps faible. Mais il a autant souffert défensivement que techniquement dans un match où il a étalé ses limites.

Bien évidemment, RAMI est passeur décisif sur l'ouverture du score de l'OM. Mais ça ne peut suffire à sauver son match, tant il a rendu une copie catastrophique. Le défenseur français est tout simplement à la ramasse sur les trois buts lyonnais, avec une mention spéciale pour son CSC, qui arrive après un dégagement raté. Cerise sur un gâteau indigeste, il a donné un coup de poing à Marcelo loin de l'arbitre. Nul à tous les niveaux.

La feuille de match

L1 (J30) : MARSEILLE - LYON : 2-3

Orange Vélodrome (65 000 spectateurs environ)

Temps frais - Pelouse bonne

Arbitre : M.Buquet (7)

Buts : Rolando (32eme) et Mitroglou (85eme) pour Marseille - Rami (42eme csc), Aouar (52eme) et Depay (90eme) pour Lyon

Avertissements : Thauvin (18eme) et Mitroglou (89eme) pour Marseille - Rafael (22eme) et Mariano (48eme) pour Lyon

Expulsion : Aucune

Marseille

S.Mandanda (7) - Sakai (non noté) puis B.Sarr (35eme / 3), Rami (3), Rolando (4), Amavi (4) - M.Lopez (5), Luiz Gustavo (4) - Thauvin (4), Payet (cap) (7), Ocampos (4) puis M.Sanson (75eme) - Germain (5) puis Mitroglou (64eme)

N'ont pas participé : Y.Pelé (g), Bo.Kamara, Zambo Anguissa, Njie

Entraîneur : R.Garcia

Lyon

A.Lopes (5) - Rafael (4), Marcelo (6), Morel (4), F.Mendy (6) - Ndombélé (7), Tousart (6), Aouar (7) puis Ferri (77eme) – B.Traoré (6), Mariano (5), Cornet (6) puis Depay (64eme)

N'ont pas participé : Gorgelin (g), M.Diakhaby, Tete, C.Diop, Maolida

Entraîneur : B.Genesio

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
12 commentaires - L1 (J30) : Au lieu d'exploser, Lyon s'est rebiffé à Marseille
  • Supporters lyonnais sur le terrain votre équipe vaut pas mieux que l'OM, c'est vrai pour l'instant vous êtes en avance sur nous sur le recrutement car deux ou trois joueurs
    à chaque fois vous sortent la tête de l'eau ,en plus nous avons une défense vraiment
    nulle "a voir la saison prochaine pour la renforcé " bref vous nous battez ,votre pleureuse d'aulas, même quand vous gagnez ,pleure ;et nous avec notre équipe de bras cassés ,on vous fait peur!!!! cela fait 21 fois que vous vous qualifiez ;mais bande de rigolos la grande coupe vous ne l'aurez jamais ,alors soyez modestes et fermer vos gueules tout comme votre pleureuse de président.

  • Et Stef7659 tu connais rien aux règles du football. Quand un joueur revient d une position de hors jeu et qu il est destinataire du ballon il est hors jeu. C est normal dix secondes avant il était hj il est toujours considéré hj. Je te rassure à la fin du match cela ne compte plus.

  • Sans cet arbitre, lyon ne gagnait pas

  • Si on excepte S.Mandanda, L'OM avec une telle défense doit beaucoup au réalisme d'un entraîneur auquel on commence à reprocher de ne pas faire mieux. Sans défense, sans relance de qualité il est dérisoire de tenir une saison. Pas question de solliciter l'imagination et les capacités d'adaptation d'un tel groupe. L'élément marquant ne réside pas tant dans le fait que l'OM n'ait pas réussi un seul match contre les 3 autres équipes du Top4 que dans la régularité avec laquelle Garcia a réussi in fine à engranger des points contre les autres équipes. Quant à Lyon tout le monde sait que seuls les concours de circonstances (le 3ème but par exemple relève du gag) peuvent parfois créer l'illusion. Par ailleurs, si on en croit le Président Aulas, qui comme chacun sait ose tout, l'exhibitionnisme et la provocation imbécile seraient la règle sur tous les terrains d'Europe... Ce qui est certain, c'est que cette règle devient récurrente et mérite d'être tout autant sanctionnée la que bêtise de Rami...

  • Il suffit de comparer les joueurs sortis du centre de formation de Marseille et ceux sortis du centre de formation de Lyon. Il n'y a pas photo.