L1 (J1) : Angers et Nantes se neutralisent

L1 (J1) : Angers et Nantes se neutralisent©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le dimanche 07 août 2022 à 16h56

Le match de cette rentrée de Ligue 1 opposant Angers à Nantes s'est soldé par un match nul et vierge.



Pas de vainqueur entre Angers et Nantes. Malgré un match agréable à suivre avec des opportunités très nettes de part et d'autre, les deux formations n'ont pas réussi à se départager (0-0), ce dimanche, pour leur entrée en lice dans cette nouvelle saison de Ligue 1. Une rencontre marquée par les performances XXL des deux gardiens, Paul Bernardoni et Alban Lafont.

Ounahi plane à Raymond Kopa

Azzedine Ounahi. C'était le nom qu'il fallait retenir durant la première période. Dans un rôle de meneur de jeu, le Marocain régalait à lui seul le stade Raymond Kopa. A trois reprises, le Lion de l'Atlas délivrait des caviars à ses partenaires, mais Pierrick Capelle (3eme) et Adrien Hunou (21eme) butaient sur Alban Lafont, tandis que Lois Diony voyait sa demi-volée flirter avec le poteau gauche du gardien nantais (36eme). Dans le même temps, le métronome angevin obligeait lui aussi le dernier rempart adverse à se montrer vigilant sur deux frappes tendues (23eme, 45eme+1).


Duel de gardiens

Si le maestro angevin obtenait deux autres opportunités en seconde période (51eme, 72eme), c'était bien Nantes qui se montrait bien plus dangereux au retour des vestiaires. Son alter égo chez les Canaris, Ludovic Blas, décidait de lui voler temporairement la vedette en donnant des frissons à trois reprises à Paul Bernardoni (47eme, 59eme, 69eme). Sauvé par Cédric Hountondji sur une frappe d'Evann Guessand (69eme), le gardien du SCO sortait une nouvelle fois le grand jeu devant Nicolas Pallois (70eme).Un second acte très enlevé qui aurait pu basculer d'un côté comme de l'autre, notamment en faveur d'Angers, qui remettait un coup d'accélérateur dans la dernière ligne droite mais qui manquait de précision sur ses tentatives, à l'image d'une reprise non cadrée d'Azzedine Ounahi (72eme). Marin Jakolis, lui, pensait donner la victoire au SCO mais sa frappe à bout portant était repoussée in extremis par Alban Lafont, revenu en catastrophe (83eme). La dernière grosse occasion d'un match très loin d'être nul entre deux équipes qui ont tout fait pour l'emporter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.