Rolland Courbis arrive à Caen comme conseiller de Fabien Mercadal

Rolland Courbis arrive à Caen comme conseiller de Fabien Mercadal©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le vendredi 15 février 2019 à 18h25

Sans poste d'entraîneur depuis trois ans, Rolland Courbis débarque à Caen en qualité de conseiller de Fabein Mercadal, le coach de Malherbe, selon les informations de L'Equipe. La première étape vers un changement sur le banc ?

Après avoir proposé ses services à Dijon suite au départ d'Olivier Dall'Oglio, Rolland Courbis devrait bien retrouver un poste en L1. Le technicien français de 65 ans est tout proche de s'engager avec Caen, selon les informations de L'Equipe. Il ne remplacera pas Fabien Mercadal, mais intégrera le staff technique en qualité de « conseiller » du coach normand. Possiblement une première étape vers une solution plus radicale, puisque l'ancien entraîneur du Paris FC n'a pas rempli l'objectif fixé par ses dirigeants avant la série en cours de trois matchs en une semaine. Ils attendaient cinq points et Malherbe a déjà perdu deux fois, à Amiens (1-0) puis contre Nantes (0-1), avant de recevoir Strasbourg dimanche (15h00). Contacté ce jeudi, d'après L'Equipe, Courbis serait déjà quasiment tombé d'accord avec l'état-major caennais et sa mission pourrait débuter dès samedi, à la veille du prochain match de championnat.

Courbis était déjà « conseiller » à Rennes avant d'être nommé entraîneur

Très expérimenté, avec plus de 30 ans de carrière et de nombreux clubs à son CV, celui qui est consultant pour RMC Sport n'est plus un employé par un club depuis près de trois ans. A l'époque, il avait quitté Rennes au bout de six mois sur le banc, faute d'avoir réussi à qualifier la formation bretonne pour une compétition européenne. Un poste dont il avait hérité une semaine après sa nomination comme « conseiller » du président René Ruello, dans la foulée de son départ de Montpellier. « Je vais faire le maximum pour aider Philippe, sans pour autant dépasser mes fonctions, ce qui affaiblirait son autorité, avait-il alors expliqué à RMC. Je ne vais pas faire à Philippe ce que je n'aimerais pas qu'on me fasse, à savoir interférer, être lourd, pesant, me retrouver dans le vestiaire, dans les causeries. J'observerai les entraînements, je donnerai mon point de vue à Philippe en tête-à-tête, confidentiellement. Il en fera ce qu'il en voudra. » La suite est connue. D'où les doutes légitimes à avoir quant à l'avenir à court terme de Mercadal sur le banc de Caen.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.