L1 : A Caen, c'est surtout la mentalité qui a changé

L1 : A Caen, c'est surtout la mentalité qui a changé©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le samedi 21 octobre 2017 à 10h03

Maintenu à la dernière minute de la dernière journée de Ligue 1 la saison dernière, Caen a changé de mentalité et se pose davantage en conquérant qu'en victime. Même avant son premier choc de la saison, à Monaco ce samedi (17h00), qui doit lui permettre de se maintenir dans le haut du tableau.

Quelque chose a changé à Caen. Quelque chose d'invisible à l'œil nu. Quelque chose d'ancré dans la tête des joueurs de Patrice Garande. Une certitude nouvelle qu'un adversaire, même présumé très fort, n'est plus hors de portée. Le club normand s'est souvent habitué à être rousté par les gros ces deux dernières années : deux fois 6-0 contre le PSG, 4-0 contre Bordeaux, contre Lyon, 5-1 contre l'OM. Des revers qui marquent et qui font peut-être grandir. Car au moment d'aborder le déplacement à Monaco ce samedi (17h00), les Malherbistes se veulent déterminés à ramener un résultat de Louis-II. Une détermination amplifiée par le bon début de saison du SMC, que même la défaite concédée à domicile contre Angers samedi dernier (0-2) n'a pas suffi à ébranler.

Garande : « On y va pour faire quelque chose »
« On n'était pas à la rue complet mais un petit peu en-dessous dans tous les domaines. C'est une bonne piqûre de rappel. Ça n'enlève rien à ce que mes joueurs ont fait depuis le début. Il faut que l'on reste dans cette ligne-là, a expliqué Patrice Garande en conférence de presse. On y va pour faire quelque chose et faire quelque chose c'est gagner. Ça reste une grande équipe mais ils sont un peu en-dessous de ce qu'ils faisaient la saison passée, un peu comme nous qui avons été en-dessous sur le dernier match. L'enjeu de ce match, c'est de voir quelle équipe va se remettre à niveau », poursuit l'entraîneur caennais, à deux doigts de se comparer au champion de France en titre.

Vercoutre : « On y va l'esprit léger, serein »
Il faut dire que Caen, cette saison, surprend. Des victoires à Lille ou à Rennes, et une défense de fer avec quatre clean-sheets en neuf journées. Reste à confirmer contre les gros calibres, Monaco étant le premier à se présenter sur la route du SMC depuis le coup d'envoi de l'exercice 2017-18. Et pour niveler les valeurs, rien de tel que le doute qui habite actuellement les esprits d'une équipe de Monaco dans le dur, qui reste quatre matchs sans succès, dont trois défaites. « Dans le dur, c'est relatif, nuance Rémy Vercoutre. Cette équipe est un peu moins constante mais regorge toujours de talents. C'est un peu une bête blessée. Il faut se méfier de la réaction des grands joueurs quand ils sont piqués au vif. On y va l'esprit léger, serein, mais ça ne va pas être une partie de plaisir. Ils n'auront pas beaucoup de certitudes, mais seront revanchards, et ça peut être encore plus compliqué », estime l'ancien Lyonnais.

Avec Santini et Aït Bennasser
Pour cette affiche en Principauté, Caen retrouvera son buteur, Ivan Santini, forfait lors de la dernière journée. Même Youssef Aït Bennasser, prêté sans option d'achat par l'ASM, a été autorisé à démarrer. Seule absence notable : celle d'Alexander Djiku, auteur d'un gros début de saison en défense, et dont le retour n'est toujours pas à l'ordre du jour. « Les succès se bâtissent sur des bonnes défenses, faire un bon championnat en dépend, rappelle Vercoutre, qui n'a pas aimé prendre deux buts contre Angers. Monaco a des difficultés défensives mais marque encore beaucoup de buts, avec Falcao en feu. On arrive à mieux gérer le ballon cette saison, il faudra savoir s'en servir », prévient le gardien caennais. Mais Caen parle résultat, évoque les difficultés défensives de l'adversaire et se réjouit du retour de Santini : l'ambition est là, même à Monaco.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU