Les Girondins " n'ont jamais lâché ", leur coach non plus

Les Girondins " n'ont jamais lâché ", leur coach non plus©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le lundi 18 décembre 2017 à 07h23

A défaut de la victoire et de sa qualité de jeu, Bordeaux a retrouvé dimanche à Nice ce sentiment d'unité et cette cohésion qui lui ont si régulièrement manqué depuis près de trois mois.

Les Girondins avaient même semblé exploser à domicile contre Strasbourg le week-end dernier (0-3). Mais « les joueurs n'ont jamais lâché », selon Jocelyn Gourvennec. « On joue sur tous les ressorts au niveau du collectif, a lancé l'entraîneur de Bordeaux en conférence de presse. C'est bien, mais pas suffisant. Il faut être plus juste. » En effet, les Girondins ont manqué de cette précision technique pour ramener un résultat de son déplacement sur la Côte d'Azur. Il en fallait pourtant dans un 5-3-2 limitant les options offensives. « On a été ensemble, dans une nouvelle organisation, que les joueurs ont bien travaillé cette semaine. J'ai décidé de jouer à cinq derrière après Toulouse (ndlr : défaite 2-0 en Coupe de la Ligue mardi) afin de se sentir plus fort collectivement. Nous avons été dans l'effort, appliqués. Mais on a manqué de précision. » Gourvennec : « La concurrence est pour tout le monde » Ce n'est qu'après l'entrée de Malcom, absent la semaine dernière et incertain jusqu'au dernier moment pour cette rencontre, que les Bordelais ont réellement haussé le ton offensivement. Sans succès. « Il a fait l'effort pour aider l'équipe, s'est félicité Gourvennec. Il a serré les dents. Son retour est au moins un point positif. Et mercredi, il sera prêt. » Autre choix fort de l'ancien coach de Guingamp : le remplacement de Jérôme Prior par Benoît Costil dans le but. Une décision assumée, malgré la fébrilité du nouveau numéro 1. « Quand les choses ne fonctionnent pas et que ça dure, il faut jouer sur tous les ressorts. Il était important que Jérôme apporte sa grinta, son peps et son dynamisme. Mais la concurrence est pour tout le monde. Car s'il y a des bonnes choses, il y a aussi des manques et on ne peut pas se contenter de ça. » Gourvennec : « Il faut s'inspirer de Nice » Bordeaux n'ayant remporté qu'un seul de ses douze derniers matchs toutes compétitions confondues, la réception de Montpellier mercredi devient « vitale », de l'aveu même du coach aquitain. « L'enjeu contre Montpellier est entier. Il faut retrouver le goût de la victoire. Il faut s'inspirer de Nice, qui était en difficulté après Lyon (0-5) et qui est revenu. » Les Aiglons pointent aujourd'hui à la 6eme place, neuf de mieux que les Bordelais. Une situation impensable en début de saison. Et pourtant, Gourvennec ne semble pas prêt à rendre les armes. « Moi, je suis dans mon match, dans mon métier. Je suis à la bagarre avec mon équipe et mon groupe. (...) Personne ne lâche. C'est important que l'on soit unis. C'est dans les moments difficiles que l'on voit les hommes. Je ne vois personne lâcher. » A l'écouter, ce ne sera pas lui le premier.

 
7 commentaires - Les Girondins " n'ont jamais lâché ", leur coach non plus
  • supporter bordelais depuis 30 ans je me marres gorvennec demission cela couteras 5m au club pour mettre qui a sa place bedouet ou rame non merci les supporters encourager vos joueurs aller au stade comme moi arreter de demander des tetes

  • supporter bordelais depuis 30 ans je me marres gorvennec demission cela couteras 5m au club pour mettre qui a sa place bedouet ou rame non merci les supporters encourager vos joueurs aller au stade comme moi arreter de demander des tetes

  • supporter bordelais depuis 30 ans je me marres gorvennec demission cela couteras 5m au club pour mettre qui a sa place bedouet ou rame les supporters encourager vos joueurs aller au stade comme moi arreter de demander des tetes

  • supporter bordelais depuis 30 ans je me marres gorvennec demission cela couteras 5m au club pour mettre qui a sa place bedouet ou rame les supporters encourager vos joueurs aller au stade comme moi arreter de demander des tetes

  • ça évolue très mal ...jouer avec les gardiens dénote une grosse panique ...
    Tout le monde voulait garder C. Carrasso ,sauf ceux qui décident ...
    Cela se paie très cher...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]