L1 - Bordeaux : Un arrêté ministériel interdit le déplacement des supporters bordelais à Marseille

L1 - Bordeaux : Un arrêté ministériel interdit le déplacement des supporters bordelais à Marseille©Media365
A lire aussi

Victor Menant, publié le vendredi 16 février 2018 à 18h35

Ce vendredi, le ministère de l'intérieur a mis en place un arrêté visant à interdire le déplacement des supporters des Girondins de Bordeaux à Marseille dimanche soir. Un épisode de plus dans la « guerre » entre les Ultramarines, l'un des plus fervents groupe de supporters girondins et les instances françaises.

La préfecture des Bouches-du-Rhône avait, dans la semaine, pris un arrêté contraignant les supporters bordelais à ne pouvoir se déplacer à Marseille dimanche pour accompagner leur équipe. Ce vendredi, c'est au tour du Ministère de l'Intérieur d'imposer son empreinte en évoquant comme motif : les «troubles à l'ordre public du fait du comportement violent de certains supporters» bordelais en déplacement, le  «comportement violent» de certains fans marseillais à domicile et la «rivalité ancienne et violente entre des groupes de supporters de ces deux clubs, en contradiction avec tout esprit sportif». Le document communiqué et publié au Journal officiel interdit «le déplacement individuel ou collectif, par tout moyen routier, ferroviaire ou aérien, de toute personne se prévalant de la qualité de supporter des Girondins de Bordeaux ou se comportant comme tel entre les communes du département de la Gironde, d'une part, et la commune de Marseille, d'autre part ». Cet épisode n'est qu'un énième rebondissement dans l'affaire entre les supporters des Girondins de Bordeaux et les instances françaises. En effet, 150 inconditionnels du club ont été reconduits chez eux le 20 janvier dernier lors du déplacement à Nantes. Deux semaines plus tard, 47 d'entre eux ont été placés en garde à vue près d'une journée suite à leur apparition dans les travées de la Meinau à Strasbourg. Ces répressions ont eu lieu suite à la décision des supporters bordelais de ne plus respecter les interdictions de déplacement émises à leur égard par la Ligue de Football professionnel. Dans ce cas présent cependant, la LFP n'a émis aucune décision visant les supporters bordelais.« Un dialogue qui demeure malheureusement trop souvent unilatéral »Le club au scapulaire a préféré calmer le jeu en publiant un communiqué demandant à ses supporters de respecter la décision de la ligue. Cependant, les Ultramarines comptent bien démontrer « par a + b l'absurdité de ces interdictions totalement irresponsables » où ils expriment leur incompréhension et leur colère « La mort des groupes Ultras en France, c'est la mort des stades. C'est ainsi, n'en déplaise aux autorités. Nous sommes des acteurs incontournables de ce sport. Et, cela pourrait être une chance pour tous, nous n'évoluons pas dans la clandestinité. Nous avons des représentants et des responsables qui jouent la carte d'un dialogue qui demeure malheureusement trop souvent unilatéral ». La mobilisation de groupes de supporters en soutien aux Ultramarines dans de nombreux stades en France et en Europe est de plus en plus conséquente, comme récemment dans les travées de Geoffroy-Guichard à Saint-Etienne ou encore de l'Allianz Arena à Munich.« La France a les moyens et le savoir-faire pour gérer les déplacements de supporters »Laurent Perpigna, porte-parole des Ultramarines pointe du doigt un certain retour en arrière: « Les interdictions de déplacement sont vraiment une aberration et la remise en cause des progrès de l'apprentissage fait par la France dans les années 1990 en matière de supporters. Des espaces sécurisés pour les visiteurs ont été construits, l'encadrement des supporters est devenu systématique et dans l'ensemble, tout au mieux, géré. Seulement, depuis quelques années, la Ligue de Football et les préfectures sabordent ce travail en pondant systématiquement ce genre d'arrêtés. La France a les moyens et le savoir-faire pour gérer les déplacements de supporters qui - hormis deux ou trois matchs chauds et qui ne concernent même pas Bordeaux - ne sont pas des éléments insurmontables ». Le conflit entre le club actuellement 7eme de Ligue 1 et les autorités hexagonales ne va sûrement pas prendre fin immédiatement.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU