L1 - Bordeaux : Sur le départ, le Brésilien Malcom n'a pas de préférence

L1 - Bordeaux : Sur le départ, le Brésilien Malcom n'a pas de préférence©Media365
A lire aussi

Robert LANGER, publié le vendredi 09 mars 2018 à 15h35

Interrogé par nos confrères de Sud-Ouest, le milieu de terrain offensif de Bordeaux a assuré ne pas avoir la moindre préférence pour sa future destination.

Malgré un engagement qui court jusqu’en juin 2021, Malcom (21 ans) ne devrait pas s’éterniser sous les couleurs de Bordeaux. Auteur de huit buts et six passes décisives cette saison en Ligue 1, le milieu de terrain offensif brésilien suscite l’intérêt de plusieurs poids lourds européens, et il serait étonnant de le voir continuer sa carrière aux côtés des partenaires de Benoît Costil. Son départ apparaît inéluctable, mais l’ancien joueur du Corinthians n’a pas l’intention de terminer en roue libre. « Je veux gagner le maximum de matchs, a-t-il expliqué à nos confrères de Sud-Ouest. Et si je pars, je veux que l’équipe soit qualifiée pour la Ligue Europa. J’ai envie de profiter d’être ici. »

Le Brésilien rêve de C1Suivi de très près par le Bayern Munich, qui a lancé des négociations avec son entourage, Malcom assure qu’il n’a jamais été question d’un départ lors du dernier Mercato d’hiver. « Il y avait des clubs intéressés et c’est toujours bien d’avoir de nouveaux objectifs dans sa carrière, a confié le numéro 7 des Girondins. Jouer la Ligue des Champions est un rêve que tout joueur a. Mais j’ai parlé avec le président (Stéphane Martin). Il avait ma parole que je reste jusqu’à la fin (de la saison). Je lui ai dit qu’il pouvait compter sur moi. Après, je ne sais pas. »

Au moins 50 M€ pour un transfert Alors que des clubs anglais ont aussi manifesté leur intérêt, Malcom a indiqué ne pas avoir la moindre préférence pour sa future destination. « Peu importe, a déclaré l’international U23. J’ai envie d’aller un jour dans un très grand club et d’y jouer. Mes agents, le club, le président, Nicolas De Tavernost décideront. » Montant du deal : au mois cinquante millions d’euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.