L1 - Bordeaux / Stéphane Martin : " Il y a eu une dégradation progressive avec Poyet "

L1 - Bordeaux / Stéphane Martin : " Il y a eu une dégradation progressive avec Poyet "©Media365

David HERNANDEZ, publié le vendredi 17 août 2018 à 13h20

Au lendemain du coup de sang de Gustavo Poyet en conférence de presse, Stéphane Martin a décidé de mettre à pied son entraîneur. Le président des Girondins de Bordeaux s'est exprimé sur cette décision vendredi matin en conférence de presse.

Stéphane Martin, que s'est-il passé ce vendredi matin ?

Gustavo Poyet a été mis à pied ce matin et il n'entraînera pas l'équipe professionnelle cette semaine. Nous le recevrons vendredi prochain. Nous lui avons annoncé la décision lors d'un entretien, selon la procédure classique. C'est un entretien préalable en vue d'un éventuel licenciement,

Cela veut-il dire que Poyet peut être nouveau le coach après vendredi ?

Nous sommes dans une période où il peut y avoir des échanges, tout est possible. C'est une période d'une semaine pendant laquelle les parties peuvent se rapprocher et échanger. On a estimé que hier que les bornes avaient été dépassées, donc le club a pris cette décision.

Il a critiqué le recrutement jeudi, est-ce le point de départ de cette mise à pied ?

Depuis deux mois, vous avez pu voir qu'il y a plus de tensions qu'auparavant. Le début du mercato a marqué des tensions qui sont apparues et qui n'ont fait que s'envenimer avec le point d'orgue d'hier soir. Ça reste une surprise d'avoir une sortie aussi virulente, surtout après une victoire. Après de telles déclarations, il est difficile de faire comme si de rien n'était.

Il y a donc bien eu des désaccords entre lui et vous concernant le marché des transferts ?

C'est essentiellement une frustration par rapport à un mercato qui a démarré lentement. De la frustration et du stress liés à l'absence de recrue durant le mois de juillet (Basic, Kalu, Briand, Palencia sont tous arrivés en août, ndlr).

N'avez-pas peur que ça plonge le club dans des eaux troubles ?

Ce ne sont pas des situations qu'on est heureux de vivre et qu'on souhaite en tant que dirigeant, surtout que les résultats sur le terrain sont bons. Mais ce n'est pas nous qui avons souhaité en arriver là.

Quelle a été la réaction des propriétaires ?

Au niveau de M6 ou d'un fonds d'investissement, on ne peut pas tolérer qu'un cadre supérieur, qui est l'équivalent d'un comité de direction d'une entreprise, tienne de tels propos sur une institution.

Vous avez fait un communiqué pour le soutenir il y a quelques semaines, est-ce compliqué pour les dirigeants bordelais d'en arriver là ?

Jusqu'il y a deux mois, humainement tout se passait très bien. Il y a eu une dégradation progressive, je reste surpris de la dégradation des rapports professionnels.

On a entendu que certains joueurs ne voulaient pas s'entraîner. Dans quel état d'esprit sont-ils ?

Les joueurs n'aiment pas changer d'entraîneur quand ça se passe bien, donc ils sont perturbés. On a fait une réunion avec eux qui a duré un peu de temps à la vue des circonstances, mais vous les avez vus sur le terrain.

Allez-vous prendre une décision rapide concernant le futur entraîneur ?

Pour l'instant, nous sommes dans une procédure qui n'est pas terminée. On va attendre vendredi prochain avant de parler de nouvel entraîneur. Ce n'est qu'une mise à pied, c'est important de le rappeler. Jusqu'à hier soir, le fait de changer d'entraîneur n'était pas une hypothèse. Aujourd'hui, on est un peu pris au dépourvu.

Quand vous l'aviez recruté, vous saviez que Poyet avait un gros caractère. Vous êtes plus surpris par le timing ?

Ce qu'on lui reproche, ce n'est pas d'avoir trop de personnalité. Avoir du tempérament n'exclut pas de ne pas respecter les règles de base de savoir-vivre et le respect d'une institution. Il y a eu une dérive de comportement dans laquelle il pensait être le patron du club. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas, les patrons c'est moi et les propriétaires.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU