L1 - Bordeaux : Les Girondins font appel devant le CNOSF pour Malcom

L1 - Bordeaux : Les Girondins font appel devant le CNOSF pour Malcom©Media365
A lire aussi

Victor Menant, publié le vendredi 23 février 2018 à 15h00

Suite à la suspension alourdie de son maître à jouer brésilien Malcom, le président des Girondins de Bordeaux Stéphane Martin a indiqué que le club allait demander un recours devant le CNOSF.

En conférence de presse, le président des Girondins de Bordeaux Stéphane Martin a annoncé que le club allait demander une conciliation au Comité National Olympique Sportif et Français (CNOSF) concernant l'affaire Malcom. L'attaquant Brésilien est coupable d'une simulation grossière face à l'Olympique Lyonnais le 28 janvier dernier qui avait donné lieu à un penalty en faveur des Marine et Blanc. Le joueur de 22 ans avait d'abord écopé d'un match de suspension et d'un autre avec sursis, avant de voir sa peine s'alourdir à deux matches ferme en appel. Pour Stéphane Martin la situation est incohérente : « Plusieurs choses sont surprenantes. La sanction s'il est pris sur le fait est un carton jaune. Là nous sommes à deux matchs de suspension, c'est-à-dire six cartons jaunes. Si on se replace par rapport à la vie normale, même si c'est la justice sportive et pas la justice civile, on est dans la situation où vous êtes arrêtés pour excès de vitesse au bord de la route par un gendarme qui vous dit : désolé, mon radar est cassé mais j'ai vu que vous alliez trop vite donc on vous enlève 6 points au lieu de 2. On demande poliment au gendarme de nous expliquer et il nous enlève 12 points. On va encore demander une explication. Il y a aussi une autre incohérence à mon sens avec cette aggravation de sanction : dans le cas de Malcom, on est sur une sanction multipliée par 6 ; dans le cas d'Ivan Santini (Caen, le 16 janvier face à Bordeaux), s'il est pris sur le vif, il aurait écopé de deux matchs de suspension pour brutalité. Il a été pris à la vidéo, il en a pris un. Tout ça nous amène à essayer de continuer à discuter. Nous avons été respectueux et constructifs jusqu'ici. On va continuer à l'être. Néanmoins, on veut épuiser tous les recours possibles. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.