Bordeaux : Règlement de compte en interne

Bordeaux : Règlement de compte en interne©Media365

Rémi Farge, publié le vendredi 22 mars 2019 à 18h34

François Kamano charge violemment ses anciens entraîneurs Ricardo et surtout Eric Bedouet dans les colonnes de L'Equipe.

Dimanche dernier, pour la première de Paulo Sousa sur le banc de Bordeaux, François Kamano a retrouvé le chemin des filets contre Rennes (1-1) après trois mois de disette. Hasard ou coïncidence ? Le Guinéen, lui, assure se sentir plus à l'aise sous les ordres de l'entraîneur portugais, comme il l'explique dans L'Equipe : « Avec ce staff-là (ndlr : l'ancien staff), je ne pouvais pas prendre de plaisir. Les trois derniers mois, c'était chaque jour la même chose : toro et c'est fini. Tu ne transpirais même pas à l'entraînement. En une semaine avec Paulo Sousa, on a déjà vu la différence. » Dans cette longue interview à paraître samedi, l'ancien Bastiais ne s'arrête pas là. Il charge sans retenue Ricardo et Eric Bedouet, qui n'ont celui pas été à ses côtés au moment de son transfert avorté à Monaco. « Je n'ai pas été aidé. Je m'attendais à avoir une discussion avec eux, qu'ils essaient de savoir ce qui n'allait pas. (...) Eux, ils s'en foutaient. Ils en ont même profité pour m'enfoncer », pense François Kamano.

Bedouet est encore au club !

Ce dernier emploie même des mots très violents à l'encontre d'Eric Bedouet, qui est pourtant resté au club en reprenant son poste de préparateur physique. « L'autre (ndlr : Bedouet) n'était pas un vrai coach. Ce n'est pas la première fois qu'il se comporte comme ça. À chaque fois qu'il a dû prendre la relève, assurer une transition, il m'a mis sur le banc. » François Kamano poursuit, toujours au sujet de son ancien coach : « Lui a beaucoup parlé sur moi. Peut-être qu'il y prenait du plaisir... Moi, de toute façon, je ne l'écoutais pas, il n'avait rien à dire. J'ai du respect pour lui et ce qu'il a fait pour le club mais, à un moment, il faut dire les choses. Il m'a dit qu'il m'aimait bien, mais c'est parce qu'il m'aimait bien qu'il m'a mis sur le banc ? », s'interroge l'international guinéen, actuellement en sélection. Des propos qui risquent de provoquer des remous en Gironde, où les retrouvailles entre le joueur et le préparateur physique des Marine et Blanc s'annoncent tendues à la fin de la trêve internationale...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.