Bordeaux : Gourvennec réagit à l'élimination

Bordeaux : Gourvennec réagit à l'élimination©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le dimanche 07 janvier 2018 à 17h49

La crise est sans fin à Bordeaux. Après les fêtes, les Girondins espéraient relever la tête et attaquer 2018 avec davantage de sérénité. Raté.

Ce dimanche, ils ont chuté à Granville, pensionnaire de N2, en 32emes de finale de la Coupe de France (2-1 ap). Une élimination terrible pour les Aquitains, déjà très mal en point en championnat, et pour Jocelyn Gourvennec, cible des supporters depuis plus d'un mois. « En deuxième période on a été très présents, on n'a pas concédé une seule occasion. On peut se reprocher de ne pas avoir fait le break car on a les occasions pour mettre un deuxième but. Et puis il y a ce but à la 94eme, un panier à trois points au buzzer... Cela a reboosté Granville, et le scénario a été incroyable. C'est du jamais vu », a commenté l'entraîneur de Bordeaux en conférence de presse d'après-match. Même s'il n'a pas voulu chercher des excuses à ses joueurs, l'ancien coach de Guingamp a mis l'accent sur le fort vent qui soufflait ce dimanche à Granville. « C'était très difficile de ressortir les ballons avec le vent. Granville a eu le même problème en deuxième période. Ça soufflait beaucoup et c'était très difficile de jouer », a expliqué Jocelyn Gourvennec. Confirmé dans ses fonctions en fin d'année, l'entraîneur bordelais va de nouveau être confronté à la fronde locale et sait à quoi s'attendre. « Le résultat n'est pas là, mais le match ne se résume pas à l'élimination, tente-t-il de se défendre. On a fait une semaine de travail qui a été très bonne, le groupe a retrouvé de la fraîcheur. Le match a montré qu'on avait plus de dynamisme et de force, et ça se joue à rien sur la fin du temps additionnel, et puis la prolongation a très mal tourné à tous points de vue. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.