Une mauvaise blague à l'origine de l'affaire autour du match Caen-Angers

Une mauvaise blague à l'origine de l'affaire autour du match Caen-Angers©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 11 mai 2019 à 21h48

Selon le quotidien Ouest-France, le rapport d'enquête sur le possible trucage du match entre Caen et Angers révèle que tout est parti d'une blague entre joueurs du centre de formation de Guingamp et un autre évoluant à Angers.

Alors que le 13 avril dernier, le président guingampais Bertrand Desplat a donné l'alerte sur une possible manipulation de ce match de la 32eme journée de Ligue 1, l'éléphant va-t-il accoucher d'une souris dans l'affaire du match Caen-Angers ? En effet, le patron du club breton a averti Didier Quillot, le directeur général de la LFP, de ce qu'il a pu entendre auprès de certains joueurs, l'idée que le match entre SMC et SCO serait arrangé. Face à de telles déclarations, une enquête a été ouverte, menée par René Brugger, et le rapport a pu être consulté par la rédaction du quotidien Ouest-France. Un document dont les conclusions font apparaître que cette affaire est bien moins sérieuse qu'elle en a l'air. Dans le cadre de cette enquête, après avoir entendu un joueur du centre de formation de Guingamp, la vérité a fini par être découverte.

Caen-Angers n'a pas été arrangé

Ce joueur, ami avec un autre membre du centre de formation du club breton et avec un autre joueur évoluant à Angers, a échangé via le réseau social Snapchat au sujet du match. Le joueur incriminé aurait ainsi poussé ses deux amis à parier sur Caen-Angers en supposant qu'il était truqué. « Cela a été dit sur le ton de la blague. Jamais, je n'aurais pensé que cela aurait de telles conséquences. Je suis franchement désolé », a-t-il déclaré face aux enquêteurs missionnés par la LFP. Face à ces déclarations, René Brugger confirme dans son rapport qu'« aucun élément ne permet en l'état de penser que l'intégrité du match Caen-Angers est mise en cause ». Ce rapport détaillé va désormais être transmis à la Commission de Discipline de la LFP qui va l'analyser puis se réunir ce mercredi pour prendre, si nécessaire, des sanctions. Une affaire qui a pris des proportions incroyables quand on réalise d'où tout est parti.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.