Saint-Etienne : Caiazzo justifie sa politique

Saint-Etienne : Caiazzo justifie sa politique©Media365
A lire aussi

, publié le dimanche 27 mars 2016 à 21h25

Invité ce dimanche du Canal Football Club sur Canal+, Bernard Caiazzo, le président du comité de surveillance de l'AS Saint-Etienne, s'est longuement étendu sur les ambitions des Verts et n'a pas pu s'empêcher de glisser une petite pique à l'intention de l'OL.

Bernard Caiazzo s'est livré à un grand oral dimanche sur le plateau du Canal Football Club. Alors que Saint-Etienne est toujours en course pour terminer sa saison avec une qualification européenne, voire même terminer sur le podium, son président du comité de surveillance a fait le point sur la politique menée depuis plusieurs années dans le Forez. « Tous les grands clubs d'Europe sont avant tout populaires, a affirmé le dirigeant stéphanois. Le Barça, Dortmund ou encore le Bayern Munich le sont. Ce n'est pas antinomique d'être un club populaire et d'essayer, dans le même temps, de se développer. Le budget de l'ASSE est passé de 50 M€ à 72 M€ en deux-trois ans donc des efforts importants sont faits. Nous sommes l'un des rares clubs français à l'équilibre tous les ans depuis six ou sept ans. Donc on ne perd pas d'argent. Et avec un niveau de performance qui reste satisfaisait et une progression peut-être lente mais régulière. »

Caiazzo justifie le système du « salary cap »
Interrogé sur les ambitions stéphanoises en termes de titre, Bernard Caiazzo n'a pas caché que la présence du tout puissant PSG rendait les choses très difficiles : « On a gagné une Coupe de la Ligue quand même en 2013 mais, quand vous voyez le Paris Saint-Germain qui truste tous les titres français... Les quatre derniers matchs de coupe, nous les perdons contre le PSG à chaque fois. Il faudrait éviter le PSG ou les rencontrer en finale (sourire). » Le collègue de Roland Romeyer est ensuite revenu sur le « salary cap » mis en place depuis plusieurs années (90 000 M€ maximum par mois sans bonus par joueur). « Il faut savoir que, selon la place en championnat, entre terminer huitième ou troisième, cela ne change pas financièrement puisque toutes les sommes vont aux joueurs. Un joueur de Saint-Etienne sait qu'il va pouvoir payer ses impôts grâce aux primes de classement. Donc il y a une forte motivation. En fait, on a transféré le risque sportif aux joueurs ».

Le contre-modèle lyonnais...
Un système qu'apprécie en plus Christophe Galtier. Et l'exemple du voisin et meilleur ennemi lyonnais ne motive pas spécialement les Verts à en changer... « En changer, pourquoi pas, on y a pensé. Quand Sonny Anderson est arrivé à l'Olympique Lyonnais (en 1999 contre près de 18 M€), il a créé un boost. Mais bon, avec Gourcuff, ils n'ont pas été particulièrement satisfaits de ce que cela a pu leur coûter (ndlr : 22 M€ plus 4,5 M€ de bonus). Je ne sais pas si avec Valbuena et ses 500 000 € par mois, ils sont en plus extrêmement satisfaits, a lancé Caiazzo avec un air malicieux. Blaise Matuidi et Dimitri Payet, s'ils étaient aujourd'hui à l'AS Saint-Etienne, même en leur donnant cinq millions d'euros par an, on ne pourrait pas leur donner le salaire qu'ils ont actuellement donc, à un moment donné, on fait avec nos moyens. » Des moyens qui permettent aux Verts d'être l'une des formations françaises les plus régulières ces dernières années. Alors que l'ASSE était en Ligue 2 il y a un peu plus de douze ans...

 
5 commentaires - Saint-Etienne : Caiazzo justifie sa politique
  • sa politique des salaires mène l'ASSE , tout droit dans le mur .aucun joueur de renom ne viendras plus . et moi aussi je suis un vieux supporter, il y en as au moins deux qui ne devrait pas être dans le staff .; ROMEYER et ROCHETEAU. a quoi servent ils ? voilà de l'argent dépensé pour rien . et quand les résultats suivrons , là oui il y auras de bons joueurs qui viendrons

  • Depuis toujours ,je suis un "fan" des VERTS ....Nostalgie quand tu nous tiens!....mais de grâce arrêtez cette guéguerre ,lyon c'est Lyon,les verts c'est un état d'esprit....AULAS souvent ,CAIAZZO parfois font polémiques ,leurs propos et échanges verbaux n'apportent rien ,il y a deux stratégies footbalistiquesopposées ,voilà le constat chacun lutte avec ses moyens,mais cela doit rester du sport ,au delà de la rivalité régionale ,qui doit avant tout rester au niveau du "folklore",il faut savoir raison garder et ne pas tomber dans la provocation stérile car,il y a déjà assez d'abruti chez certains pseudos supporters des deux camps et dans tous les clubs de l'hexagone d'ailleurs,pour ne pas en rajouter ou,pour ne pas tomber dans l'éructation permanente.......pensez aux enfants et au spectacle que vous donnez.
    ASSEZ,il faut calmer le jeu.
    N'y a t'il pas en ce moment des sujets plus importants?
    Le sport doir rester un exhutoire certe ,mais dans le RESPECT de l'adversaire,car le sport ,le foot ,ne sont pas la guerre.....
    A MEDITE SVP!.....
    SPORTIVEMENT

  • Toujours aussi dingue de foot Bernard Caiazzo !
    Qu'il est loin le temps ou il faisait ses premiers pas avec le P.F.C.
    Que certains Presidents (dont son "voisin")le prennent en exemple et notre foot ne s'en portera que mieux
    De l'action et moins de tchach. Bravo !!

  • Le coprésident justifie sa politique des salaires mais ce sera pour des verts qui ne seront pas sur le podium et pas sur qu'il jouent une coupe d'Europe. Ils ont loupé le train quand ils ont perdus contre Caen et suite... encore une fois, tout est dit.

  • En temps que simple téléspectateur de football et non supporter, je dirais que la politique menée par ce Président, si elle n'autorise certes pas l'ASSE à "faire de folies" lui permet, néanmoins, de bien figurer au niveau hexagonal et d'être l'un des clubs les plus réguliers de France.
    Bien entendu, au niveau européen, il en faut beaucoup plus pour faire des résultats.
    Le football "moderne" implique des investissements colossaux et de mon point de vue personnel "totalement déconnectés" des réalités économiques et sociales de ce continent...
    Refiler 500 000 € /mois de salaire à un type pour qu'il tape (Même de façon parfaite...) dans un ballon, me paraît disproportionné.
    et aberrant ...Dans cette affaire ce ne sont pas toujours les joueurs qui sont à blâmer, mais les agents (souvent gourmands) et les présidents qui acceptent ces doléances...
    Je trouve donc le Président Caiazzo fort avisé et à vrai dire pertinent, réaliste et semble-t-il, bon gestionnaire.
    Et puis honnêtement, gagner 90 000 € / mois qui s'en plaindrait ?
    De toute manière tout le monde ne joue pas dans une principauté ou ne touche du fric du qatar ...Donc !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]