Rennes : Genesio déplore la construction du calendrier

Rennes : Genesio déplore la construction du calendrier©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le jeudi 14 avril 2022 à 21h25

Ce jeudi, à la veille de Rennes-Monaco (vendredi, 21 heures), Bruno Genesio a fustigé l'organisation du calendrier de Ligue 1, qui ne laissera que trois jours entre Nantes-Rennes et Rennes-Marseille.


Bruno Genesio n'avait pas le cœur à rire. Troisième de Ligue 1 et lancé dans la course à la qualification pour la prochaine Ligue des Champions, Rennes recevra l'AS Monaco, vendredi pour le match d'ouverture de la 32ème journée du Championnat de France (21 heures). Alors que le club princier n'est situé qu'à 6 points, le technicien n'a pas caché son ambition de quasiment "éliminer de la course à la Ligue des Champions", la formation de Philippe Clement.

"Pour l'équité, c'est vraiment très bien fait"

Mais la critique de Genesio a été centrée autour de la construction globale du calendrier. En effet, entre la 35ème journée (réception de Saint-Étienne) et la 36ème (déplacement à Nantes) le club breton aura une grande coupure, avant de devoir composer avec un rythme très compact par la suite, ce qui n'a pas manqué d'agacer l'ancien entraîneur de l'OL. "On aura entre Saint-Étienne et Nantes une coupure de douze jours puisque les gens qui font le calendrier ont eu la bonne idée de mettre la finale de la Coupe de France pendant une journée de championnat (le 7 mai, ndlr). Ce qui est pour nous très arrangeant car on jouera le mercredi avant de recevoir Marseille le samedi", a-t-il pesté.


Se rangeant du côté de Christophe Galtier qui avait déjà critiqué l'organisation des rencontres, Genesio a manié le sarcasme. "Pour l'équité, c'est vraiment très bien fait", a-t-il assuré, avant de continuer sur sa lancée : "un jour, peut-être qu'on nous consultera avant de faire des choses incohérentes. Bref, on fera le point le soir du match de Saint-Étienne (le 30 avril, ndlr) pour savoir ce que l'on est capable de jouer". Dans un sprint final toujours complexe à gérer, le technicien de Rennes a évalué la gestion de son jeune groupe. "Je ne ressens pas d'anxiété ou de crispation. Et ça doit être l'une de nos forces sur cette fin de saison car aujourd'hui, on est largement dans les objectifs fixés en début de saison et il faut qu'on se concentre là-dessus", a-t-il affirmé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.