PSG : De la prison ferme pour le maître chanteur de Kurzawa

PSG : De la prison ferme pour le maître chanteur de Kurzawa©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mardi 15 septembre 2020 à 22h23

Un homme qui avait tenté de soutirer une grosse somme d'argent à Layvin Kurzawa, en le menaçant de diffuser une vidéo où le défenseur du PSG critiquait Didier Deschamps, a écopé lundi de 16 mois de prison ferme.

 

Mercredi, Layvin Kurzawa pourrait écoper d'une lourde sanction de la part de la commission de discipline de la LFP suite à son expulsion de dimanche soir. Il a récolté l'un des cinq cartons rouges distribués par l'arbitre M. Brisard lors d'un PSG-OM sous haute tension, suite à une altercation avec Jordan Amavi. Un défenseur marseillais qui aurait "essayé de calmer les choses" avant d'être "violemment agressé par Kurzawa" selon l'entraîneur phocéen Andre Villas-Boas. En attendant de connaître la durée de sa suspension, l'ancien Monégasque était concerné mardi par un autre jugement, celui de son maître chanteur. 

"L'empathie" de Deschamps

A l'été 2017, un homme avait contacté le latéral gauche via la messagerie Whatsapp pour lui réclamer 250 000 euros. Il affirmait détenir une vidéo où Kurzawa égratignait Didier Deschamps, le sélectionneur tricolore. Le joueur a déposé plainte, après avoir averti "DD" de l'existence de cette vidéo. Deschamps ne lui en avait pas tenu rigueur et avait continué à l'appeler en équipe de France. "On en a discuté. Il était au courant bien avant", expliquait ainsi Kurzawa pour Téléfoot après ce qu'il qualifiait d'"erreur de jeunesse." Le champion du monde 1998 avait lui rappelé que ses joueurs avaient "droit à l'erreur. (...) Je dois faire en sorte de comprendre tout, d'avoir de l'empathie, d'essayer de me mettre à leur place." 

"Il connaissait depuis longtemps deux de ses maîtres chanteurs"

Trois hommes, âgés de 28 à 32 ans, étaient soupçonnés d'avoir participé à cette sombre affaire, rapporte Le Parisien. Ils étaient entendus devant le tribunal correctionnel de Versailles, alors que deux autres suspects seront entendus ultérieurement. Et si deux d'entre eux ont été relaxés, le troisième, un certain Aboubakary, a été condamné à 16 mois de prison ferme, mais laissé libre. Des maîtres-chanteurs qui envisageaient notamment de séquestrer le joueur avec une arme. "C'est une affaire assez triste car il connaissait depuis longtemps deux de ses maîtres chanteurs", a déclaré le procureur. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.