OM : Villas-Boas, des menaces condamnées par l'UJSF

OM :  Villas-Boas, des menaces condamnées par l'UJSF©Media365

Axel Allag, publié le jeudi 17 décembre 2020 à 19h45

Les menaces d'André Villas-Boas, l'entraîneur de l'OM, envers un journaliste de La Provence en conférence de presse, ont été "fermement" condamnées par le syndicat des journalistes de Sport en France.

André Villas-Boas, l'entraîneur de l'OM, a affiché un comportement tendu, envers un journaliste de La Provence, mercredi soir en conférence de presse, après la défaite de son équipe sur la pelouse de Rennes (2-1). Et les paroles prononcées par le technicien lusitanien ,"continue comme ça, je t'attrape moi. Si j'ai la chance de t'attraper...", ne sont pas au goût de l'Union des Journalistes de Sport en France (UJSF), qui a réagi, ce jeudi à travers un communiqué. L'instance condamne "fermement l'attitude" du coach.



"En l'espace de huit jours, les reproches verbaux du technicien portugais, mécontent d'un article retraçant son bilan chiffré en Ligue des Champions, ont pris un tournant inacceptable. Soucieuse, entre autres, de lutter contre toutes les atteintes à la liberté d'informer, l'UJSF, par l'intermédiaire de sa section Provence, suivra avec une attention particulière l'évolution de ce dossier", indique l'Union des Journalistes de Sport en France.

Des négociations pour la prolongation du contrat de Villas-Boas

Alors que l'OM occupe la quatrième place de Ligue 1 (avec deux matchs en retard à disputer), l'avenir de Villas-Boas à Marseille se dessinait avec un certain optimisme, ces derniers temps. Le 8 décembre dernier, au micro de RMC Sport, l'ancien entraîneur de Porto ou Chelsea avait notamment indiqué que des négociations étaient en cours dans l'optique d'une éventuelle prolongation de son contrat, qui s'achève le 30 juin 2021.

"Pablo Longoria est allé voir mes agents à Lisbonne. Ils ont aussi été convoqués par le club, c'est bien. Ça commence à discuter. On verra selon le projet de l'OM. Il y a une situation financière compliquée à cause du fair-play financier, de la crise sanitaire et d'une chaîne TV qui a décidé de rigoler avec tout le monde. Si j'envisage de rester à l'OM ? Oui, je n'ai jamais dit le contraire", avait-il fait savoir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.